Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Wieland Alge, Barracuda Networks : la Commission Européenne prend au sérieux la cybercriminalité

janvier 2013 par Wieland Alge, vice président et directeur général de la zone EMEA, Barracuda Networks

Avec la création du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3), la Commission Européenne prouve que la cybercriminalité est prise au sérieux. C’est une nouvelle dont il faut se réjouir. En effet, puisque le cyber-crime a une échelle internationale où les frontières ne suffisent plus à réfréner les actes criminels, avoir un organisme capable de superviser et coordonner les choses est un vrai pas en avant. Cependant, même avec cette initiative à dimension européenne, il est très difficile de mener les criminels menaçant nos vies et notre économie devant la justice. Et pour ce qui est des poursuites judiciaires nationales, elles ne sont tout simplement pas suffisantes.

Puisque les crimes ont une dimension mondiale, la poursuite en justice des criminels doit se faire sur des bases internationales. Toutefois, la protection contre ces attaques doit être mise en place dans chacun des pays où résident les victimes. Pour faire face à cela et soutenir le développement des initiatives internationales, des précautions doivent être prises, à tous les niveaux, pour éviter dans un premier temps, que le crime puisse avoir lieu. Pour bien commencer, il faudrait d’abord s’assurer que des défenses de périmètre efficaces, comme les pare-feux, et que de solides politiques de sécurité sont mises en place.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants