Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Veeam Data Protection Report 2021 : une panne informatique dure en moyenne 72 minutes

juin 2021 par Veeam Software

A l’image de la panne qui a affecté le journal télévisé de TF1 le 18 février 2021, les temps d’arrêt imprévus continuent d’impacter une grande majorité d’entreprises françaises, et ce malgré des améliorations apportées à la fiabilité du matériel. Avec son Veeam Data Protection Report 2021, Veeam révèle que les entreprises sont encore et toujours confrontées à des pannes et à des pertes de données entraînant une perte de confiance des clients et des employés, une atteinte à l’intégrité de la marque, une baisse du cours des actions et des poursuites judiciaires.

Le défi de la restauration des données

Selon le rapport, le temps moyen d’un temps d’arrêt imprévu en France est estimé à 72 minutes, et la panne la plus longue subie par les entreprises françaises au cours des 12 derniers mois aurait atteint 216 minutes, soit plus de 3h. Parmi les causes invoquées, les entreprises font majoritairement état de pannes provenant du serveur (58 %) ou de l’infrastructure et du réseau (54 %).

Si les causes sont désormais bien identifiées, le risque zéro n’existe pas et un temps d’arrêt est toujours possible. Pour lutter contre, il faut impérativement améliorer le temps de restauration des sauvegardes et des applications. Le Veeam Data Protection Report 2021 révèle que 81 % des entreprises françaises souffrent d’un « écart de disponibilité » entre la vitesse à laquelle elles peuvent restaurer leurs applications et celle à laquelle elles devraient le faire. Lors d’une panne, les entreprises mettent trop de temps à restaurer leurs applications, ce qui explique en grande partie les temps moyens enregistrés par le rapport.

Les temps d’arrêt ont un coût caché

En 2020, Veeam avait estimé que le coût d’une heure d’arrêt pour une application hautement prioritaire était de $67 651 et de $61 642 pour une application « normale ».

Il y a également un coût immatériel qui ne doit pas être négligé par les entreprises, car il en va de leur compétitivité sur leur marché. Selon le Veeam Data Protection Report 2021, l’impact potentiel le plus préoccupant de l’indisponibilité des applications pour 49% des entreprises françaises serait la perte de confiance des clients, suivi de près par une atteinte à l’intégrité de la marque (48 %) et la perte de confiance des employés (35 %).

Pour Thierry Lottin, Country Manager France de Veeam : « Aujourd’hui, les conséquences d’une panne imprévue vont au-delà du niveau informatique et deviennent de véritables enjeux business qui impactent la réputation de l’entreprise sur le long terme. En cas de défaillance d’une sauvegarde, des données sensibles peuvent se retrouver sans protection, ce qui constitue une préoccupation majeure pour les entreprises, étant donné les conséquences que cela peut avoir sur la confiance des clients, l’intégrité de la marque et la confiance des employés. Puisque 24% de l’ensemble des sauvegardes en France pourraient ne pas être restaurées en raison de sauvegardes se terminant par des erreurs ou débordant de la fenêtre qui leur était allouée, il est urgent de combler cette lacune compte tenu de la pression exercée sur les entreprises françaises pour qu’elles modernisent leurs plans de reprise après sinistre et de continuité d’activité afin de mieux servir les clients à tout moment dans l’économie numérique. »

La règle « 3-2-1-1-0 » de sauvegarde Veeam – qui consiste à disposer de 3 copies différentes des données (au moins) sur 2 supports différents (ou plus) avec 1 copie hors site et 1 copie isolée ("air-gapped") et sécurisée, immuable ou hors ligne, avec 0 erreur de récupération grâce à la vérification SureBackup - représente un premier pas conséquent pour les entreprises qui l’appliquent, afin de s’assurer que leurs données peuvent être restaurées à tout moment et réduire ainsi le risque de prolonger un temps d’arrêt.


Méthodologie de l’enquête
Veeam a confié au cabinet indépendant Vanson Bourne la réalisation d’une étude quantitative sur les tendances du marché de la protection des données, les solutions adoptées et les perceptions des grandes entreprises à travers le monde. L’enquête a été menée auprès de 3000 décideurs informatiques (dans des entreprises de plus de 1000 salariés) de 28 pays, selon une méthode quantitative non biaisée de façon à assurer l’impartialité des résultats.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants