Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Une étude d’Iron Mountain révèle les postes qui communiquent plus volontiers des informations sensibles sur leur entreprise et leurs collègues

mai 2013 par Iron Mountain

Dans l’entreprise, on ne sait pas toujours garder les secrets. A l’heure de l’examen de la législation de protection des données de l’UE et alors qu’on exige des entreprises qu’elles protègent les données qu’elles détiennent sur leurs clients et leurs employés, une nouvelle étude[1] d’Iron Mountain montre qu’un tiers des employés de bureau en Europe (35 %) échangent régulièrement des informations confidentielles sur l’entreprise avec des collègues et qu’un quart évoquent des secrets concernant d’autres collègues.

Et notamment les employés des ressources humaines et du marketing

En haut de la liste des indiscrétions figurent les employés des ressources humaines et du marketing, avec 43 % de ceux des RH et près de la moitié de ceux du marketing (48 %) qui reconnaissent avoir partagé des informations confidentielles sur leur société, et près d’un tiers (38 et 33 %, respectivement) qui divulguent des informations d’ordre privé sur leurs collègues. Les dirigeants et directeurs des services juridique et financier relaient également volontiers des informations confidentielles, puis viennent les assistants personnels, surtout en ce qui concerne les détails de la vie privée de leurs collègues.

Les équipes commerciales, une source négligeable de commérages et d’information

Quand il s’agit de découvrir des secrets plutôt que de les trahir, l’étude révèle un sérieux écart entre les personnes dont on pense qu’elles parleront et celles qui sont, finalement, plus enclines à le faire. La plupart des employés désireux d’obtenir des infos confidentielles sur leur entreprise disent qu’ils se tourneraient d’abord vers un directeur (41 %), loin devant les autres postes, bien moins populaires. Concernant les sources privilégiées d’indiscrétions sur les collègues, les RH (27 %) et les assistants personnels (20 %) arrivent en premier ; les employés du service marketing sont à peine cités. De l’avis général, les équipes commerciales sont largement considérées comme une source négligeable de commérages et d’information.

« L’étude souligne une corrélation inquiétante entre les employés ayant le plus grand accès aux informations confidentielles et la propension à échanger des informations avec des collègues », déclare Marc Delhaie, P-DG d’Iron Mountain France. « Les entreprises doivent réaliser que les responsabilités vis-à-vis de la sécurité de l’information n’incombent pas uniquement aux archivistes et aux services IT. La protection des données n’est plus une question secondaire ; chaque employé a un rôle à y jouer. La sécurité de l’information suppose autant de développer une culture de la responsabilité de l’information sur le lieu de travail, que d’adopter des processus de protection des données et de bonne gestion des documents papier. Il s’agit autant de reconnaître les droits à la protection de la vie privée des collègues de travail que de protéger les informations des clients. Il serait illusoire de vouloir empêcher les commérages et la curiosité naturelle des salariés pour leurs collègues, mais les entreprises seraient bien avisées d’informer leurs employés sur les types d’information qui peuvent et ne peuvent pas être partagés et de faire appliquer des règles claires en ce sens. En effet, les discussions informelles autour de la machine à café risquent fort d’être répétées à l’extérieur dès que les employés quitteront le bureau. »


L’ECHELLE DE LA DISCRETION AU BUREAU : QUI PARLE ?

Qui partage volontiers des informations confidentielles avec des collègues concernant l’entreprise (en %)
- Marketing = 48
- RH =43
- Directeurs de services et au-dessus =43
- Juridique =42
- IT =39
- Finance = 37
- Assistants personnels =35
- Ventes = 32

Qui partage volontiers des informations confidentielles avec des collègues concernant d’autres collègues (en %)
- RH = 38
- Marketing = 33
- Assistants personnels =29
- Finance = 29
- Directeurs de services et au-dessus =28
- IT = 27
- Ventes =25
- Juridique =21

L’ECHELLE DE LA DISCRETION AU BUREAU : CEUX DONT ON PENSE QU’ILS PARLENT

Vers qui les employés se tournent-ils en priorité pour obtenir des informations confidentielles concernant l’entreprise (en %)
- Directeurs de services et au-dessus =41
- RH = 15
- Assistants personnels = 15
- Juridique = 6.5
- Finance =4.2
- IT =2.8
- Marketing = 2.5
- Ventes = 0

Vers qui les employés se tournent-ils en priorité pour obtenir des informations confidentielles concernant d’autres collègues (en %)
- RH =27
- Directeurs de services et au-dessus =22
- Assistants personnels = 20
- Juridique = 3.9
- IT =2.8
- Finance =1.9
- Marketing = 1.7
- Ventes =0


[1] Etude réalisée par Opinion Matters pour le compte d’Iron Mountain. Panel : 5021 employés adultes, interrogés entre le 15/04/2013 et le 01/05/2013, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants