Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Twitter 1- Facebook 0, selon le baromètre Digimind 2012

juin 2012 par Digimind

Digimind a mené une étude sur le marché des professionnels de l’information (de l’Intelligence économique à la veille stratégique en passant par le marketing) afin de dresser un panorama des différentes pratiques de veille des entreprises en France mais également à l’étranger. Cette nouvelle enquête révèle que près de 80% des entreprises surveillent désormais les réseaux sociaux mais que Facebook et Google + ne sont pas encore considérés comme des sources essentielles.

L’étude de Digimind montre que la majorité (79,2%) des praticiens de l’information surveille les médias sociaux pour en extraire les informations relatives à la concurrence, aux développements d’un secteur ou aux tendances de consommation. Ainsi, 62,5% suivent Twitter et 69,4% surveillent LinkedIN quotidiennement dans le cadre de leurs activités de veille. Cependant, Facebook et Google + ne sont pas encore considérés comme des sources essentielles à surveiller, avec respectivement 47,2% et 35,2% à les suivre régulièrement.

Dans un monde 2.0 où il est souvent question de l’importance des informations à glaner sur les médias sociaux, il est intéressant de noter que 21% des entreprises n’exploitent pas le potentiel des réseaux sociaux comme source d’informations précieuse. En dépit du fait que les deux tiers (60,6%) des répondants travaillent actuellement sur des projets d’intelligence économique.

A propos des résultats, Christophe Jénot, Directeur Général de Digimind commente : « Une petite proportion d’entreprises restent prudentes quant à la valeur potentielle des informations issues des médias sociaux, mais la grande majorité y voient une source complémentaire à d’autres sources de collecte d’informations. La surveillance des médias sociaux n’est plus l’apanage des environnements B to C et les mentalités sont en train d’évoluer pour de nombreuses entreprises ou organisations de veille."

L’enquête a également révélé quelques surprises sur la façon dont le secteur de l’intelligence économique garde le cap malgré un contexte économique difficile. Une grande majorité des répondants (84,2%) a indiqué que la situation économique n’avait pas eu d’incidence sur leur organisation et leurs équipes. Cependant, les trois quarts des personnes interrogées précisent qu’il n’y a pas de recrutement prévu au sein de leurs équipes en 2012 et pour 28%, leur budget a même été diminué au cours des 2 dernières années.

Les autres grandes tendances couvertes par cette étude concernent le budget des cellules de veille, les salaires moyens des professionnels de l’information, les ressources, les pratiques de veille ou encore le temps passé à collecter l’information...

La majorité des répondants à cette enquête Digimind sont des responsables de veille stratégique ou concurrentielle ainsi que des directeurs marketing, des planneurs stratégiques et Business Development Managers. Les principaux secteurs ont été représentés dans l’enquête, dont une majorité des répondants issus du secteur des services (28,2%) mais également du secteur informatique et télécoms (10,7%), de l’industrie (10,7%) et du secteur pharmaceutique (11,7%).




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants