Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Tiphaine Leduc, Bretagne Développement Innovation : BDI, le référent cyber pour les PME bretonnes

mai 2018 par Emmanuelle Lamandé

BDI est l’agence de développement économique et d’innovation en entreprises pour la région Bretagne. Elle assure ainsi au quotidien la promotion de l’économie bretonne et accompagne le développement, en France et au-delà, des entreprises (PME, start-ups, SSII…) issues de filières stratégiques pour la région, comme la cybersécurité. BDI est d’ailleurs aujourd’hui le référent cyber des PME bretonnes, et anime tout l’écosystème dédié. Tiphaine Leduc, Coordinatrice de la filière cybersécurité au sein de BDI, nous présente plus en détails cette filière et ses principales missions.

Global Security Mag : Pouvez-vous nous présenter Bretagne Développement Innovation (BDI) ?

Tiphaine Leduc : Bretagne Développement Innovation est l’agence de développement économique et d’innovation en entreprises pour la région Bretagne. Elle compte actuellement 46 salariés. L’activité de BDI s’articule autour de grands programmes sectoriels prioritaires déterminés dans 5 domaines clés pour la région Bretagne, à savoir les énergies marines renouvelables, les réseaux électriques intelligents, au travers de notre programme SMILE, le numérique dans la filière agriculture & agroalimentaire, la voile de compétition, et la cybersécurité. Outre ces secteurs verticaux, BDI travaille également sur des sujets transverses relatifs à ces différents secteurs, et son activité se décline aussi autour des métiers suivants :

- L’ingénierie visant à alimenter la connaissance, les études et les bases de données relatives aux filières stratégiques pour la Bretagne et secteurs d’avenir prioritaires pour BDI, notamment au travers de la plateforme CRAFT. En 2017, nos équipes ont par exemple pu établir par ce biais un annuaire des professionnels du bois en Bretagne, mais aussi des différents acteurs opérant dans le domaine des biotechnologies dans la région. Grâce à cette activité, nos filières sont extrêmement bien renseignées et régulièrement actualisées.

- Le marketing territorial et la communication, visant à promouvoir l’économie régionale et la marque Bretagne. L’objectif est à la fois d’attirer les talents et les entreprises dans la région, mais aussi de les aider à se développer à l’export en renforçant notamment leur visibilité, par exemple lors d’événements majeurs dans leur secteur d’activité.

- Le pôle Europe : 15% du budget de BDI provient de fonds européens. Cette dimension européenne est donc prépondérante pour BDI, et les initiatives multiples. L’objectif est à la fois de positionner la Bretagne sur la carte de l’Europe, mais aussi d’accompagner les entreprises dans leur développement européen et international.

- La créativité et le design, au service de l’innovation et de la transformation des entreprises. L’objectif de ce pôle d’activité est d’aider les entreprises à améliorer leur façon de travailler et à se structurer différemment pour accroître leur productivité. BDI organise d’ailleurs en ce sens l’événement « 360 possibles », qui réunit chaque année près de 2 000 personnes à Brest autour d’un objectif commun : essayer de penser différemment, quel que soit votre domaine d’activité.

Ces différents pôles d’activité permettent à tous les collaborateurs de BDI de bénéficier d’une véritable boîte à outils, adaptée à leurs différents besoins.

GS Mag : Quelles sont plus précisément les missions de la filière cybersécurité de BDI et votre rôle en tant que coordinatrice ?

Tiphaine Leduc : BDI est aujourd’hui le référent cyber pour les PME bretonnes. A l’heure actuelle, nous avons référencé dans la filière cyber 130 entreprises bretonnes, dont 50 pure players. L’objectif de BDI est, en premier lieu, d’accompagner l’ensemble de ces entreprises dans leur développement, qu’il soit individuel ou collectif, et de favoriser leur intégration dans l’écosystème dédié. Cet accompagnement varie en fonction des besoins de chacune d’entre elles et de leur stade d’évolution : création d’entreprise, développement à l’export, ouverture d’une antenne dans la région… De plus, les acteurs de cette filière ont aussi certains intérêts communs et sont parfois plus forts collectivement. C’est pourquoi nous menons également des démarches de développement collectives, comme par exemple la présence groupée d’entreprises sur un Pôle Bretagne lors d’événements cyber. Avoir sa propre identité n’empêche pas d’avoir aussi une identité collective, bien au contraire.

En tant que coordinatrice de la filière cybersécurité, ma principale mission est de contribuer à animer le réseau de cette communauté cyber au sein de l’agence, et de répondre aux attentes des entreprises dans ce domaine. Pour ce faire, il faut avant tout bien connaître la filière et rencontrer l’ensemble des acteurs qui opèrent dans ce secteur en Bretagne. L’objectif est de savoir qui fait quoi, et de mettre sur pied une méthodologie de développement qui soit adaptée à chaque secteur. J’effectue également une veille régulière relative à la cybersécurité (actualité, presse, réseaux sociaux…). BDI organise, en outre, différents évènements visant à accompagner les entreprises dans la connaissance de leur marché et le développement de leur réseau. Dans le domaine cyber, nous organisons par exemple tous les mois sur Rennes les Cyber Breakfast, à destination des PME cyber locales. Cet événement mensuel permet de parcourir en 1h30 la veille nationale relative à la filière cybersécurité, l’actualité technique des incidents et failles parues dans la presse, mais aussi de traiter en collaboration avec un expert d’un enjeu de cybersécurité. Nous souhaitons d’ailleurs à terme étendre cette initiative dans d’autres villes bretonnes, comme Brest ou Vannes… Autre évènement majeur dans le domaine cyber, qui reflète d’ailleurs l’animation de toute cette communauté : le Breizh CTF.


© Studio Corsaire

GS Mag : Pouvez-vous nous présenter plus en détails le Breizh CTF et sa philosophie ?

Tiphaine Leduc : Le Breizh CTF est une compétition de sécurité informatique, qui se déroule depuis 4 ans à Rennes. Conçu par deux membres du groupe Hexpresso, SaxX et kaluche, et organisé par BDI, ce challenge « Capture The Flag » est ouvert à tous, que vous soyez professionnels, étudiants, passionnés de sécurité informatique ou simplement curieux. La 4ème édition, qui s’est tenue dans la nuit du 20 au 21 avril 2018, a accueilli 300 participants, soit 115 de plus qu’en 2017. Les participants, répartis en 60 équipes de 5, se sont affrontés durant la nuit autour d’épreuves de sécurité informatique diverses et variées (reverse engineering, forensic…), allant de 1 à 500 points, de manière à s’adapter à tous les niveaux. Cela fait d’ailleurs partie de notre philosophie, basée sur l’échange, l’apprentissage, et le fait que tout le monde puisse avoir sa chance. C’est pourquoi lors de cet évènement nous accueillons avec bienveillance les débutants comme les experts. Outre la présence d’entreprises spécialisées en cybersécurité, le Breizh CTF s’est également enrichi, pour sa 4ème édition, d’une journée de workshops, ainsi que d’une dizaine de « cyber rump ». Autre nouveauté, qui sera à développer lors des prochaines éditions : la présence de lycées et de jeunes venant découvrir la cybersécurité et ses enjeux.

Le Breizh CTF est désormais devenu un événement incontournable pour la communauté et monte en puissance dans le paysage cyber français. Le nombre limité de places gratuites suscite, de plus, l’engouement dès l’ouverture des inscriptions sur Internet, qui atteignent leur quota en quelques minutes seulement.

GS Mag : Quels sont les autres évènements cyber auxquels vous participez ?

Tiphaine Leduc : Chaque année, nous accompagnons les entreprises bretonnes sur différents évènements cyber majeurs en France, à commencer par le Forum International de la Cybersécurité qui se déroule à Lille au mois de janvier. Le 26 avril dernier, BDI était également présent au Forum de recrutement cybersécurité organisé par Aquitec à Bordeaux. Lors de cet évènement, 50 offres d’emplois étaient à pourvoir immédiatement dans des entreprises bretonnes de la filière cyber.

Nous structurons également nos actions autour de thématiques liées aux secteurs applicatifs ayant du sens sur le territoire, comme la santé, l’énergie, l’industrie, l’agroalimentaire, la défense, la mobilité... Le cyber doit, en effet, représenter un socle et être transversal pour toutes ces thématiques. Nous organisons en ce sens des conférences dédiées à chacun de ces domaines, lors desquelles nous allons montrer les risques et les opportunités inhérentes au cyber dans chaque secteur d’activité. Nous avons, par exemple, organisé une conférence dédiée au monde de la santé dans le cadre de l’European Cyber Week l’an dernier. Nous piloterons d’ailleurs, lors de la prochaine édition qui se tiendra du 19 au 22 novembre 2018 à Rennes, la journée « Europe » le 21 novembre sur le thème : « L’intelligence artificielle européenne au service de la cybersécurité ». Parmi les autres évènements partenaires, on peut également citer le SPACE, qui accueillera une conférence dédiée aux enjeux cyber dans la filière agricole. BDI apporte de plus sa connaissance de la filière cyber, de manière à ce que chaque entreprise bretonne, quel que soit son domaine d’activité, puisse trouver un partenaire local de confiance.

Nous sommes avant toute chose à l’écoute des besoins des entreprises (start-ups, PME, SSII…) et tentons d’y répondre au travers de services dédiés et d’actions concrètes.

GS Mag : Quels sont les principaux besoins des entreprises bretonnes identifiés actuellement dans le domaine cyber ?

Tiphaine Leduc : Le principal enjeu partagé collectivement aujourd’hui est celui du recrutement. Le marché est restreint et peine à trouver des profils adaptés, du moins autant que nécessaire. Un important travail reste donc à mener sur cette problématique. BDI a, en ce sens, participé à plusieurs actions et événements dédiés au recrutement dans le domaine cyber, comme par exemple au FIC en partenariat avec Yes We Hack, mais aussi au Forum Cyber Rennes ou au Forum Acquitec à Bordeaux. Ce type d’actions est amené à se développer, le besoin en recrutement étant bien réel et en progression constante.

GS Mag : Quel est le champ d’action de BDI au-delà de la Bretagne, en France comme ailleurs, dans ce domaine ?

Tiphaine Leduc : BDI collabore à de nombreuses initiatives nationales et internationales dans le domaine cyber. Nous participons ainsi à différents groupes de travail nationaux sur la structuration de la filière, comme par exemple l’a été le Plan 33 de la Nouvelle France Industrielle sur la cybersécurité. L’objectif de cette démarche est de structurer l’ensemble des initiatives des différents clusters nationaux, et de fédérer tous les acteurs autour d’une vision unique cyber française.

Nous avons d’ailleurs signé, dans cette optique, aux côtés du Conseil régional de Bretagne, une convention de partenariat avec l’ACN (l’Alliance pour la Confiance Numérique) lors du Forum International de la Cybersécurité 2018, afin qu’elle soit le porte-parole des différents clusters et l’instance représentative institutionnelle de la filière. Cet accord vise à échanger des informations et mener des travaux et initiatives à travers une feuille de route commune. Grâce à ce partenariat, la Région Bretagne et BDI permettent, en outre, aux entreprises bretonnes, et particulièrement aux startups et PME, d’être visibles au niveau national et européen, d’accéder de façon structurée aux secteurs applicatifs de la cybersécurité et de contribuer aux prises de position de la profession.

Nous collaborons également avec le Pôle d’Excellence Cyber, initié en 2014 par le Ministère de la Défense et la Région Bretagne, autour de 3 axes clés dans le domaine cyber : la formation, la recherche et le développement économique. Le Pôle d’Excellence Cyber s’appuie notamment sur BDI pour assurer la partie « développement économique » de la filière. Nous sommes d’ailleurs très complémentaires. Notre action se porte davantage sur le spectre des PME et start-ups, qui ne bénéficient pas d’autant de ressources que les grandes entreprises pour assurer leur développement.

BDI accueille, en outre, des délégations cyber étrangères qui viennent rencontrer les acteurs locaux. BDI vient d’ailleurs d’être labellisé avec 7 régions partenaires, dont la Région Bretagne, d’un projet européen visant à booster la compétitivité des entreprises cyber. Ce projet Intereg Cyber regroupe plusieurs régions, issues de différents pays européens, comme l’Estonie, la Slovaquie, la Slovénie, l’Italie, l’Espagne et la Belgique. Ce projet, échelonné sur une durée de 5 ans, représente une véritable opportunité pour les PME bretonnes et la région. BDI accueillera l’ensemble des représentants en juillet 2018, afin de s’accorder sur la méthodologie et les bonnes pratiques à mettre en place dans le cadre de ce projet. L’Europe est une immense machine. Faire redescendre certaines actions européennes directement au niveau régional, et ainsi au plus proche des PME, permettra de gagner à la fois du temps et de l’argent. De par notre expérience des PME, nous tenterons d’apporter une vision très pragmatique dans cette démarche.

GS Mag : Quels sont vos objectifs pour 2018 ?

Tiphaine Leduc : Nous allons continuer nos actions visant à renforcer la filière cyber bretonne, à la fois sur son territoire et au-delà. Outre l’animation du réseau et la coordination des actions, l’objectif est également de renforcer l’attractivité de la Bretagne pour l’implantation de nouvelles entreprises dans la région, mais aussi attirer les étudiants et les investisseurs.

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer à nos lecteurs ?

Tiphaine Leduc : Quels que soient les besoins de votre entreprise dans la région Bretagne, n’hésitez pas à contacter BDI ! De par la densité de notre écosystème et la coordination de nos actions, nous saurons vous conseillez et vous accompagnez ou vous mettre en relation avec les personnes en mesure de répondre à vos besoins.


Les chiffres-clés de la filière cyber en Bretagne :
- 130 entreprises
- 8 000 emplois
- 3 000 étudiants diplômés chaque année des écoles bretonnes




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants