Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Thierry Rouquet, Arkoon : Nous sommes sur le marché américain pour trouver des contrats en OEM

avril 2008 par Marc Jacob

Thierry Rouquet, CEO d’Arkoon, était présent à la RSA Conference sur le stand de Cavium Networks, son partenaire depuis six moins aux Etats-Unis. Sa stratégie américaine consiste à faire des opérations en OEM avec des manufacturiers. Cette interview est l’occasion de faire le point sur les ambitions internationales d’Arkoon.

GS Mag : Pourquoi être présent à la RSA Conference sur le stand de Cavium Networks ?

Thierry Rouquet : Nous sommes présents sur le marché américain depuis déjà six mois en partenariat avec Cavium Networks. Cette société est notre fournisseur de chips pour nos appliances de nouvelles générations. Cavium Networks est une société californienne côtée au Nasdaq qui fabrique des processeurs multi-cœurs Risc en 64 bits dédiés aux applications de sécurité.

Dans le monde des appliances, il y a eu un débat entre les équipementiers pour savoir s’il était préférable d’avoir recours à des Asics ou à des processeurs généralistes de type X86 plus faciles à programmer mais moins adaptés aux applications de sécurité. Je considère que ce débat n’a plus court depuis la mise sur le marché par Intel ou Cavium Networks de nouveaux processeurs dédiés aux fonctions de sécurité. Ces processeurs se programment plus facilement et sont plus performants que des Asics. Ainsi, sur les processeurs Cavium Networks à 8 cœurs nous pouvons atteindre jusqu’à 20 Gigabits de Throughtput, c’est-à-dire de vitesse de traitement des informations.

GS Mag : Quelles sont vos projets à l’international ?

Thierry Rouquet : Nous avons créé une filiale en Italie, en septembre 2007. Nous avons le projet de monter un bureau en Espagne. En Allemagne, nous travaillons avec un réseau de distributeurs. En Suisse, nous avons quelques partenaires. Aux Etats-Unis, nous recherchons à réaliser des ventes en OEM avec des constructeurs qui utiliserons notre technologie FAST 350 pour créer leurs propres produits. C’est pour cela que nous sommes présents sur le RSA Conference sur le stand de Cavium Networks. En effet, cette société travaille avec des manufacturiers comme Siemens, Alcatel-Lucent… qui viennent sur leur stand pour rencontrer son écosystème dont nous faisons partie. Nous sommes la valeur ajoutée de Cavium Networks.

GS Mag : Allez-vous lancer des nouveaux produits ?

Thierry Rouquet : Effectivement, nous lancerons dans le courant du deuxième trimestre des nouveautés liées à la fois à Fast 360 et à SecurityBox.

GS Mag : Où en êtes vous avec NetWall, le firewall de Bull que vous avez acquis il y a quelques années ?

Thierry Rouquet : Nous nous étions engagés à maintenir NetWall jusqu’en avril 2008. Nous avons donc comme prévu cesser la maintenance de cette solution et fait migrer la majorité du parc sur nos appliances.

GS Mag : Microsoft vient d’annoncer son initiative End to End Trust qui devrait permettre d’améliorer la confiance dans l’internet grâce aux dialogues entre tous les intervenants de la filière. Que pensez-vous de cette initiative ?

Thierry Rouquet : Nous avons déjà un partenariat technologique fort avec Microsoft au travers de notre solution SecurityBox. Nous travaillons avec eux dans le cadre du programme sécurité et mobilité. Cela semble une déclaration d’intention, mais il faut analyser les enjeux et la stratégie que Microsoft veut développer. Dans tous les cas, Microsoft est un acteur incontournable dans la mesure où son offre est utilisée dans la majorité des middlewares des entreprises. Il est difficile de faire des offres de sécurité performantes sans être en cohérence avec Microsoft.

GS Mag : Quel est l’avenir d’Arkoon pour les prochains mois ?

Thierry Rouquet : Nous allons continuer à nous développer sur le marché français et à l’international. Nous sommes en croissance organique significative. Nous envisageons même de réaliser une opération de croissance externe. Pour cela, nous devons attendre que notre investissement sur les marchés italiens et espagnols atteigne sa vitesse de croisière.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants