Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

TIBCO dévoile les résultats d’une étude qui met en évidence la fracture numérique entre les entreprises qui peuvent tirer avantage du traitement des données et celles qui ne le peuvent pas

octobre 2012 par TIBCO

Selon une nouvelle étude réalisée par Vanson Bourne, un cabinet d’experts indépendants pour TIBCO Software Inc. (NASDAQ : TIBX), deux tiers des entreprises anglaises subissent les conséquences de la fracture numérique. L’étude, menée auprès de DSI en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France, met en évidence leurs inquiétudes concernant l’émergence d’une possible dévalorisation du traitement des données dans les entreprises. En outre, cette étude montre que le marché britannique arrive derrière ses homologues allemands et français.

TIBCO souligne ainsi la différence entre les entreprises qui sont en mesure de collecter et d’analyser d’importantes quantités de données historiques sur de multiples sources, et qui peuvent le faire immédiatement, en temps réel par rapport à leur activité, et celles qui ne le peuvent pas.

Chiffres clés de l’étude :
- Les entreprises françaises disposent en moyenne de 835TB de données. Presque la moitié (43 %) utilise ces données pour détecter de nouvelles opportunités dans le cadre de leur activité. En comparaison, les entreprises allemandes le font à hauteur de 53 % et la Grande-Bretagne à 38 %.
- En France, la majorité des DSI est consciente des dommages potentiels que peuvent provoquer la non maitrise de l’explosion des données. 12 % pensent que ne pas être capable d’identifier et d’agir sur de nouvelles opportunités aura un impact catastrophique sur leur activité ; 45 % pensent que l’impact sera significatif alors que 31 % espèrent un impact modéré. Seuls 12 % pensent qu’il n’y aura pas d’impact sur leur activité.
- Sur les 57 % des entreprises françaises qui disent ne pas maîtriser la croissance du volume des données, 43 % des entreprises déclarent qu’elles espèrent pouvoir utiliser leurs données pour apporter « éventuellement » des changements à leur entreprise. Moins encourageant : 10 % des entreprises françaises utilisent leurs données uniquement dans un cadre de « conformité » et 3 % n’en font rien.
- Les principaux freins à la mise en œuvre de systèmes qui permettent aux entreprises de maitriser l’explosion des données sont : le budget (32 %), les ressources (24 %) et pour 12 % des entreprises, il s’agit d’un manque de connaissance.

« Il y aura une nette amélioration des performances et des revenus pour les entreprises qui mettront en œuvre ce que nous appelons le Two-Second Advantage », explique Mark Darbyshire, Directeur Technique EMEA de TIBCO. « En d’autres termes, il s’agit de la capacité à détecter et à analyser en temps réel ce qu’il se passe dans une infrastructure informatique et d’agir proactivement en prévision de ce qu’il pourrait se passer. Au Royaume-Uni, il semble que les entreprises soient un peu à la traine par rapport aux entreprises européennes ».

Mark Darbyshire poursuit : « La capacité d’anticiper les dysfonctionnements ou de saisir une opportunité est primordiale. Les entreprises qui seront piégées par la dispersion des données se retrouveront dans une situation désavantageuse ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants