Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Stéphane Estevez, Splunk : Il est nécessaire de s’équiper de technologies transversales

janvier 2019 par Marc Jacob

Lors du FIC, Splunk abordera la valeur de l’automatisation et également l’apprentissage automatique dans la cybersécurité. Pour Stéphane Estevez, Product Marketing Director EMEA de Splunk, Il est nécessaire de s’équiper de technologies transversales et aptes à analyser rapidement chacun de nos environnements numériques, du réseau aux applications métiers, afin de détecter la menace immédiatement, évaluer son impact, identifier sa cause et y remédier.

Global Security Mag : Quelles actualités allez-vous présenter lors de la 11ème édition du Forum International de la Cybersécurité ?

Stéphane Estevez : Lors du FIC :

• Nous aborderons la valeur de l’automatisation dans le domaine de la cybersécurité. Cette technologie, déjà disponible et accessible via Splunk Phantom, permet aux équipes en charge de la sécurité des opérations d’automatiser certaines tâches secondaires grâce à des playbooks exhaustifs et des activités de remédiation, ce qui a pour effet de soulager les équipes.

• Nous évoquerons également l’apprentissage automatique dans la cybersécurité : dans une entreprise, le « chasseur de menaces » traque les menaces virtuelles les plus dangereuses en s’appuyant sur la solution Splunk UBA (Splunk User Behavior Analytics).

GSM : Selon vous, que ce soit sur le plan technique, humain ou financier, quels sont les enjeux en termes de sécurité et de privacy-by-design (protection de la vie privée dès la conception), deux thèmes majeurs du FIC 2019 ?

Stéphane Estevez : En 2019, les défis liés à la sécurité devront être appréhendés de manière holistique car n’importe quelle organisation est susceptible d’être prise pour cible, quel que soit son secteur d’activité. Dans un monde digitalisé et connecté, l’entrée en vigueur du RGPD contraint enfin les entreprises à redoubler de vigilance lorsque ces dernières collectent et traitent des données personnelles. Le RGPD impose également à l’équipe dirigeante de respecter les bonnes pratiques en matière de cybersécurité et à adopter une communication verticale pour signaler la moindre infraction au règlement aux autorités compétentes. Les organisations sont alors soumises à des audits d’évaluation du respect de la vie privée et, le cas échéant, à des amendes ou encore à des demandes d’indemnisation connexes. Cela inclut également le privacy-by-design car le développement de dispositifs intelligents doit être conforme au RGPD dès la conception.

GSM : Quels sont les trois conseils que vous donneriez aux organisations pour relever ces défis ?

Stéphane Estevez : Nos trois conseils sont :

• Les entreprises doivent tout d’abord mettre en place les fondamentaux, en veillant notamment à ce que le nettoyage des fichiers, essentiel à la sécurité, soit effectif et aussi compétitif que celles des autres entreprises du secteur, par exemple en mettant régulièrement en place des correctifs. Pour y parvenir, il est possible de mobiliser une équipe de sécurité dédiée qui s’y consacrera pleinement et qui permettra ensuite à l’entreprise de relever de nouveaux défis en matière de sécurité.

• Les entreprises doivent s’assurer que la personne ou l’équipe en charge de la sécurité soit entendue par les dirigeants, si cela n’est pas déjà le cas.

• Les organisations ont la responsabilité de construire et gérer leur propre dispositif de sécurité pour répondre aux besoins de l’entreprise. S’en remettre à un tiers pour la protection du réseau et du système ne suffit plus.

GSM : Qu’est-ce qui a changé pour les entreprises avec le RGPD et où sont-elles dans leur mise en conformité ?

Stéphane Estevez : En 2019, le RGPD sera appliqué de manière plus rigoureuse. Des amendes plus élevées et le risque de voir sa réputation entachée devraient inciter les RSSI des organisations non conformes à faire de leur mise en conformité une priorité.

Les organisations investiront dans des technologies et des processus améliorant la détection des infractions et la réponse à apporter. Ainsi, les entreprises pourront démontrer que leurs données sont sécurisées et que l’approche technologique déployée est conforme aux normes de sécurité. Personne ne veut payer le prix fort en cas de non-respect des règles de mise en conformité.

GSM : A quoi devons-nous nous attendre en 2019 en termes de cyberattaque et de cyberdéfense ?

Stéphane Estevez : En 2019, nous assisterons à des cyberattaques de plus en plus sophistiquées. En cas de non-respect du délai de notification de la violation, nous nous exposons à une amende RGPD des plus élevées.

GSM : Quel message souhaiteriez-vous faire passer à nos lecteurs ?

Stéphane Estevez : Dans le secteur de la cybersécurité, le temps où l’on construisait des murs infranchissables et des barrières résistantes est révolu. Aujourd’hui, chaque organisation risque d’être un jour confrontée à une cyberattaque ou de voir un hacker s’introduire dans son environnement après avoir franchi son système de sécurité. Ce n’est qu’une question de temps. Il est nécessaire de s’équiper de technologies transversales et aptes à analyser rapidement chacun de nos environnements numériques, du réseau aux applications métiers, afin de détecter la menace immédiatement, évaluer son impact, identifier sa cause et y remédier.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants