Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Spam en septembre : Ebola s’invite dans les lettres « nigérianes

novembre 2014 par Kaspersky Lab

Les spammeurs ont actualisé la vieille escroquerie de la « lettre nigériane », en faisant cette fois référence au virus Ebola. Selon les experts de Kaspersky Lab, plusieurs mailings ont exploité ce thème en septembre.

Les chiffres du spam

- La part du spam dans le trafic e-mail de septembre a atteint en moyenne 66,5 %, soit 0,7 point de pourcentage (pp) de moins qu’en août.

- Les principales sources de spam ont été les Etats-Unis (12 %), le Vietnam (9,3 %) et la Russie (5,8 %).

- En septembre, l’Allemagne est devenue le pays comptant le plus de détections par des antivirus (9,11 %) suivie du Royaume-Uni (8,45 %) et des Etats-Unis (8,26 %) ;

- Le phishing financier a représenté 36,97 % de l’ensemble des détections effectuées par le composant anti-phishing de Kaspersky Lab, une proportion en hausse de 1,7 point par rapport au mois précédente.

Du spam « infecté »

En septembre, nous avons vu passer un courriel provenant d’une riche Libérienne en train de mourir d’Ebola. Cette missive contenait un long récit à propos de ses enfants décédés du virus et d’un dispensaire local qui refusait de lui venir en aide. La personne se disait disposée à faire don de plus de 1.5 million de dollars à un destinataire qui se chargerait de transférer cet argent à des œuvres caritatives.

Les auteurs d’un autre envoi frauduleux se présentaient comme des employés de l’Organisation mondiale de la santé, usant d’un stratagème inhabituel pour attirer l’attention : le lecteur était invité à une conférence consacrée à Ebola et à d’autres questions médicales. Le destinataire se voyait également offrir un emploi - payé 350 000 euros par an - ainsi qu’une voiture de fonction pour occuper un poste de représentant britannique à l’OMS.

« Les spammeurs essaient généralement d’exploiter les sujets d’actualité. Les escrocs laissent rarement passer l’occasion de se servir d’événements très médiatisés par capter l’attention des internautes et les convaincre de l’authenticité de leurs messages. C’est pourquoi, après les premières annonces du déclenchement de l’épidémie Ebola en juillet, il n’a guère été étonnant de voir apparaître dès le mois de septembre des mailings exploitant les gros titres sur ce thème pour tenter d’extorquer de l’argent aux destinataires », commente Tanguy de Coatpont, Directeur Général France et Afrique chez Kaspersky Lab.

Le texte complet de l’étude sur le spam en septembre est disponible sur le site Web Securelist.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants