Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Selon une étude menée par Qlik et IDC, les entreprises ont encore de nombreux obstacles à franchir avant de tirer le meilleur parti de l’analytique

janvier 2021 par Qlik et IDC

Les données représentent pour les entreprises françaises une ressource essentielle dans la course à la compétitivité et c’est d’autant plus vrai dans un contexte de crise. Pourtant, les différentes étapes de la chaîne analytique restent encore un défi, et ce dès le début du cycle. Il s’agit là de l’un des enseignements tirés de l’étude IDC « Data is the New Water : The Importance of Investing in Data and Analytics Pipelines », qui met en lumière le chemin qui reste à parcourir par les entreprises pour transformer leurs données brutes en enseignements et ainsi accélérer l’exploitation de leur valeur.

L’infographie ci-dessous met en image les obstacles rencontrés par les entreprises françaises qui considèrent comme perfectible la collecte de leurs données pour 76% d’entre elles. De nombreuses optimisations permettraient d’exploiter davantage leur valeur, puisque 41% des données collectées ne sont peu ou pas analysées. Parmi les autres pistes d’améliorations, l’évolution du processus décisionnel des entreprises serait un axe à développer mais qui est à l’étude pour seulement 40% d’entre elles. Enfin, une augmentation du temps dédié à analyser les données est une stratégie adoptée par 63% des entreprises ayant déjà fait évoluer leur processus.


Méthodologie de l’enquête
En février et mars 2020, IDC a réalisé une enquête auprès de responsables informatiques et opérationnels chargés de la gestion et de l’analyse des données au sein de leurs entreprises. Un questionnaire web a été soumis à 1 200 entreprises dans 11 pays à travers le monde : Allemagne, Australie, Brésil, Canada, Chine, Etats-Unis, France, Inde, Japon, Royaume-Uni, Singapour. Les participants étaient des directeurs, et des décisionnaires au sein de l’entreprise. Les participants représentaient des entreprises de tailles variables mais comptant toutes au moins 1 000 salariés au niveau mondial. Ces entreprises appartiennent à divers secteurs : éducation, finance, administration, santé, industrie manufacturière, commerce de détail ou de gros, transport, télécommunications, services collectifs.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants