Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Sébastien Lamour, Analyste IDC France : Le marché français du Cloud Computing franchit le cap des 2 milliards !

mai 2013 par IDC

La dernière étude IDC confirme l’importance grandissante du Cloud Computing en tant que modèle d’achat de ressources informatiques par les entreprises. Elle réaffirme son rôle en tant que locomotive de la croissance pour le secteur informatique et télécoms, avec des opportunités existantes pour tous les segments.

Un nouveau modèle déjà incontournable pour le marché

En 2012, le marché du Cloud Computing, incluant le Cloud public, le Cloud privé ainsi que les services associés, a pesé 1.959 milliards d’Euros. En 2013, IDC estime que ce marché pèsera 2.645 milliards d’Euros. Il dépassera alors en poids, des marchés de référence tels que celui de l’externalisation applicative, le marché du conseil en informatique ou encore le marché des postes de travail pour les entreprises.

En 2012, en termes de taille de marché, les 3 principaux segments du Cloud Computing étaient :

• Les services professionnels pour le Cloud privé, incluant le conseil, l’intégration, les développements applicatifs et l’hébergement de Cloud privés.

• Les logiciels sous forme de services (Saas en Cloud public), incluant les logiciels applicatifs et les logiciels d’infrastructure.

• Les infrastructures sous forme de services (IaaS en Cloud public), incluant les capacités de calcul (serveurs) et de stockage.

En 2016, ces 3 segments resteront les plus importants en taille de marché.

« Au-delà de ces segments, la différence de taux de croissance constatée en 2011 et 2012, puis évaluée jusqu’en 2016, entre le modèle traditionnel et le modèle Cloud Computing, démontre que les fournisseurs de solutions informatiques sont en train d’opérer un virage stratégique en termes d’offres afin de maintenir leur croissance » précise Sébastien Lamour, Analyste IDC en charge de l’étude.

« Ainsi, IDC prévoit que le marché informatique connaîtra une croissance moyenne de 1.7% entre 2011 et 2016, cette croissance se décomposant entre 34,4% de croissance pour le modèle Cloud Computing et -0,3% de croissance pour le modèle traditionnel ».

Des entreprises qui transforment leurs modèles d’achats

Le Cloud Computing est désormais une approche largement diffusée en France. En effet, comme l’illustre l’étude IDC, 96% des DSI français d’entreprises de plus de 20 salariés connaissent ou ont déjà entendu parler de Cloud Computing.

Par ailleurs :

• 44% des entreprises ont déjà déployé au moins une solution Cloud au sein de leur structure. A titre de comparaison, en novembre 2011, elles étaient 22% à avoir déployé une telle solution. Ainsi, en l’espace de 12 mois, le nombre d’entreprises utilisatrices de solutions Cloud en France a tout simplement doublé.

• Parmi les entreprises non équipées, 24% ont un projet à l’étude.

• A l’horizon 2015, près des 2/3 des entreprises françaises (60%) auront acquis au moins une solution en mode Cloud.

Le datacenter, pierre angulaire des entreprises et du Cloud Computing

La dernière étude IDC confirme largement que l’apparition et la maturité de certaines technologies qui accompagnent le Cloud Computing (virtualisation, infrastructures convergentes …), associées à des tendances lourdes au niveau des clients et consommateurs (mobilité, réseaux sociaux, explosion du volume de données …) ont très fortement impacté la physionomie du datacenter.

Celui-ci n’est plus simplement l’endroit où une organisation regroupe ses serveurs. Il s’agit souvent du premier point de passage entre cette organisation et ses clients et de plus en plus de la pierre angulaire pour le développement de nouveaux modèles économiques pour des secteurs d’activité entiers : distribution, médias, utilities, banque, finance, assurance…

Notre étude évalue le comportement de 2 cibles spécifiques : les organisations utilisatrices et les fournisseurs de solutions informatiques, disposant chacun de plus de 100 serveurs. Cette étude met ainsi en valeur les principaux changements constatés compte tenu de ces évolutions :

• Le nombre de machines virtuelles est déjà élevé et continuera à se développer.

• Sous l’effet de la virtualisation, le nombre de serveurs présents au sein des datacenters baissera en nombre dans les organisations, alors qu’il continuera de croître chez les fournisseurs de solutions, compte tenu d’une hausse des besoins supérieure aux effets de la virtualisation.

• L’augmentation prévisionnelle des capacités de stockage est très élevée : +43% pour les organisations et +91% pour les fournisseurs de solutions.

• Face à ces évolutions, l’archivage, le stockage et le back-up, mais aussi les solutions de collaboration et d’analyse (BI/décisionnel) sont les environnements applicatifs pour lesquels les attentes sont les plus fortes.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants