Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Résultats étude ExpressVPN : Français et GAFAM, je t’aime, moi non plus

juin 2021 par ExpressVPN

Les critiques à l’encontre des GAFAM se multiplient au fil des années, et les différents scandales liés à la sécurité des données semblent avoir entaché la réputation de ces entreprises auprès du grand public. C’est ce que révèle une enquête menée par ExpressVPN auprès du grand public en France. Celle-ci s’intéresse à l’image que les Français ont des entreprises de la tech, et plus généralement des nouvelles technologies qui rythment leur quotidien numérique, à la confiance qu’ils leur accordent ainsi qu’aux craintes croissantes qui leur sont associées.

• 56% des Français ne feraient pas plus confiance aux GAFAM même s’ils étaient européens
• L’utilisation de leurs données par les géants de la tech, première préoccupation des Français en matière de vie privée
• Clubhouse est classée comme l’entreprise technologique à laquelle les Français font le moins confiance avec seulement 2% d’approbation de confiance
• 55% des Français utilisent moins ou pas du tout WhatsApp depuis l’annonce des nouvelles conditions d’utilisation.
• Les Français sont divisés sur l’utilisation de la reconnaissance faciale pour aider à résoudre les problèmes de sécurité (44% pour contre 42% contre).

Les grandes entreprises de la Tech (GAFAM et réseaux sociaux) n’inspirent pas la confiance des Français

Les GAFAM sont sous le feu des critiques depuis très longtemps. Majoritairement américaines, ces entreprises n’inspireraient pourtant pas plus confiance à la population française si elles étaient européennes (56%). Cela semble être lié à leur modèle économique plutôt qu’à leur propriété : la moitié des Français se disent préoccupés par la collecte, l’utilisation et l’abus potentiel des données personnelles par les GAFAM.

Parmi les entreprises que cet acronyme désigne (GAFAM), on trouve Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, dont la cote de confiance est relativement faible auprès de la population française sur les questions de respect des données personnelles. D’autres entreprises leaders, bien connues du grand public, n’atteignent pas un score de confiance plus élevé.

Clubhouse, qui est l’entreprise technologique la moins digne de confiance des Français avec seulement 2 % d’approbation de confiance, fait également l’objet d’une enquête de la CNIL concernant sa conformité au RGPD. Cela semble également être une préoccupation pour les utilisateurs, comme le montre cette enquête. Les principales préoccupations des Français sont : la pression exercée par Clubhouse pour accéder aux contacts des utilisateurs (26%), le manque d’informations sur la confidentialité du réseau (25%), ou encore le manque de paramètres et d’options de confidentialité (24%).

Suite à l’annonce des nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp début 2021, les français déclarent utiliser beaucoup moins, voire plus du tout, l’application de messagerie instantanée (55%). Et parmi les utilisateurs actuels, 59% reconnaissent continuer à utiliser l’application car la plupart de leurs amis et de leur famille échangent encore dessus. La principale alternative à WhatsApp reste cependant Facebook Messenger pour près d’un tiers des personnes sondées (29%). Une toute petite partie se tourne vers des services plus respectueux de la vie privée comme Telegram (11%) ou Signal (7%). Malgré ces changements d’usage, WhatsApp reste l’application de messagerie la plus sûre pour 30% des Français, suivie de Facebook Messenger (25%) et iMessage (18%).

La protection des données et les risques de sécurité deviennent une préoccupation

La pandémie a accéléré la numérisation de la société, qui favorise désormais largement les entreprises proposant des services technologiques. Cependant, les Français restent méfiants face à certains abus et autres risques potentiels : par exemple, plus d’un tiers des sondés (35%) se disent préoccupés par le phishing en ligne et les arnaques visant les personnes travaillant à domicile.

Sur le thème de la sécurité de leurs données personnelles et de la vie privée, la collecte, l’utilisation et l’abus potentiel des données personnelles par les GAFAM inquiètent 46% des répondants. Ils sont également 45% à craindre la fuite d’informations personnelles à la suite d’une violation de données en général.

Reconnaissance faciale : entre préoccupations en matière de vie privée et avantages en matière de sécurité

Par ailleurs, les Français sont opposés à l’utilisation à grande échelle de l’intelligence artificielle (IA). En effet, 44% estiment que l’État devrait utiliser, par exemple, la reconnaissance faciale pour garantir la sécurité sur le territoire national. En revanche, 42% pensent que ces technologies destinées à renforcer la surveillance de la population représentent un danger pour la vie privée. Parmi ces répondants, 31% sont sceptiques quant à la possibilité de préserver l’anonymat ; 29% sont mal à l’aise avec l’idée que les technologies d’intelligence artificielle puissent être utilisées pour détecter le port de masques sur le visage.

Et pour en revenir aux Big Tech : l’utilisation par Facebook de la reconnaissance faciale pour identifier les photos sur le réseau social dérange vraiment près de la moitié (43%) des Français.

Harold Li, vice-président d’ExpressVPN, a déclaré :

"Avec les gros titres qui nous rappellent quotidiennement que les entreprises collectent nos données personnelles sans notre consentement éclairé et qu’elles en font souvent un mauvais usage ou ne les protègent pas, il n’est pas étonnant que les consommateurs français deviennent plus protecteurs de leurs données. Ils prennent réellement conscience de la nécessité de prendre en main leur vie privée et leur sécurité en ligne.

Dans le cas de la reconnaissance faciale, l’un des aspects les plus dangereux est qu’il n’y a pas d’option "changer de mot de passe". Une fois que vos données biométriques sont volées ou utilisées à mauvais escient, il sera incroyablement difficile de réparer les dégâts."


Méthodologie

Étude réalisée par OnePoll auprès d’un échantillon de 1 000 répondants, représentatif de la population française métropolitaine âgée de 18 ans et plus. Cette enquête a été réalisée par internet entre le 24 et le 29 mars 2021.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants