Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Reputation VIP : Droit à l’oubli, deux ans après

mai 2016 par Reputation VIP

En mai 2014, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) prenait une décision majeure, le « Droit à l’oubli », qui permet aux internautes de demander aux moteurs de recherche de déréférencer des informations dites « inadéquates, non pertinentes ou excessives ».

Cette décision a suscité de nombreux débats. Certains y voient une opposition entre la protection de la vie privée et le droit à l’information du public. « Chez Reputation VIP nous pensons que les deux sont compatibles, c’est pourquoi notre première réaction a été de créer Forget.me, un site qui permet à ses utilisateurs d’exercer leur droit à l’oubli de manière simple et efficace », précise Bertrand Girin, président de Reputation VIP.

Depuis le 24 juin 2014, date de lancement du site Forget.me, nous avons soumis plus de 130 000 URL à Google et Bing. Ceci nous a permis de réaliser de nombreuses statistiques concernant le droit à l’oubli et sa gestion par les deux moteurs de recherche.

L’implication de Google dans le droit à l’oubli

Entre le 29 mai 2014 (date à laquelle Google a rendu son formulaire disponible) et le 29 avril 2016, Google a reçu 423 974 demandes représentant 1 479 174 URL. 8,3 % des demandes à Google sont passées par Forget.me (122 653). Les statistiques qui suivent fournissent des données sur ces URL pour mettre en lumière la façon dont Google traite les informations.

Trimestre d’envoi Délai de traitement moyen (jours)
2014-Q2 49
2014-Q3 50
2014-Q4 60
2015-Q1 30
2015-Q2 20
2015-Q3 16
2015-Q4 17
2016-Q1 14
Total 31

Google continue à diminuer le temps de traitement des demandes

Au cours de la première année, nous avons constaté des améliorations dans le temps de traitement par Google qui est passé de 49 jours en moyenne lors du lancement du droit à l’oubli à 20 jours en moyenne un an après. Le moteur de recherche a réduit le temps à 14 jours pendant le premier trimestre de 2016.

Trimestre d’envoi Oui Non
2014-Q2 57% 43%
2014-Q3 37% 63%
2014-Q4 27% 73%
2015-Q1 28% 72%
2015-Q2 26% 74%
2015-Q3 26% 74%
2015-Q4 24% 76%
2016-Q1 26% 74%
Total 29% 71%

Google refuse plus de 70% des demandes

Le taux de refus des demandes par Google, relativement faible au départ (43 %), a atteint plus de 70 % dans les premiers 6 mois du droit à l’oubli. Au cours de la dernière année, ce chiffre se stabilise autour de 75%.

Type de demande % d’URL
Atteinte à la vie privée 62,1%
Atteinte à la réputation 9,6%
Atteinte à l’image 4,2%
Procédure pénale 3,0%
Usurpation d’identité 2,9%
Atteinte à la présomption d’innocence 1,3%
Personne décédée 1,1%
Homonymie 0,8%
Autres 14,9%
Total 100%

Une majorité de demandes concernent l’atteinte à la vie privée

Les tendances générales par rapport aux types de demandes sont restées relativement constantes au fil des années.

La catégorie « Atteinte à la vie privée », qui comprend des demandes concernant notamment une adresse personnelle divulguée, une opinion religieuse ou encore politique affichée contre son gré, a augmenté de 5 points entre 2014 (57%) et actuellement (62 %).

Type de refus % d’URL
Concerne votre vie professionnelle 29,7%
Vous êtes à l’origine de ce contenu 19,9%
L’information concerne une autre personne 9,4%
Pas de nom sur la page 8,4%
Il s’agit de votre profil de réseau social 7,6%
Toujours d’actualité et d’intérêt public 7,4%
Pertinent, d’actualité et d’intérêt public 6,3%
Ne concerne pas une personne physique 5,8%
Vous êtes un personnage public 3,5%
Données gouvernementales 1,6%
Autres 0,5%
Total 100%

Google refuse de plus en plus les demandes concernant la vie professionnelle Lorsqu’une URL concerne l’activité professionnelle de la personne, Google semble se montrer particulièrement réticent à déréférencer le contenu. Il y a un an, 26% des refus concernaient les activités professionnelles, contre 29,7% aujourd’hui. Les catégories « Vous êtes à l’origine de ce contenu » et « Il s’agit de votre profil de réseau social » sont de moins en moins refusées (elles représentent 27,5% des refus aujourd’hui contre 35% il y a un an).

Les sites de presse sont peu touchés par les demandes de droit à l’oubli 3,8 % des demandes de droit à l’oubli concernent la presse, et 19 % les réseaux sociaux.

Les annuaires représentent 13 % des demandes. Il s’agit des personnes qui ne souhaitent pas voir des informations privées publiées sur Internet, tels que leur adresse ou leur numéro de téléphone.

Répartition des URL par type de site Internet
Type de site Internet Nombre d’URL % d’URL
Réseaux sociaux / Plateformes communautaires 15 911 19,0%
Annuaires / Agrégateurs de contenu 10 896 13,0%
Blogs 3 443 4,1%
Sites de presse 3 151 3,8%
Wikipédia 115 0,1%
Autres (immobilier, e-commerce, annonces, événements…) 50 270 60,0%
Total 83 786 100%

Pourcentage de réponses positives de Google pour désindexation, par type de site Internet

Le plus haut pourcentage de réponses positives de Google concerne les annuaires, ce qui indique la compréhension du moteur de recherche des préoccupations des particuliers. Les blogs et les réseaux sociaux ont chacun un taux d’acceptation de Google 27 % tandis que seul 19% des demandes relatives à la presse sont acceptées par Google.

Le Royaume-Uni et l’Allemagne représentent plus de 50 % des demandes Les 10 pays qui font le plus de demandes pour le droit à l’oubli sont présentés ci-dessous. L’Allemagne a dépassé le Royaume-Uni qui avait envoyé 26,5 % des demandes il y a un an et la France a pris la troisième place devant les Pays-Bas qui représentait 11,1 % des demandes en 2015.

Pays % d’URL envoyées Nb d’URL envoyées
#1 Allemagne 28,1% 34 474
#2 Royaume-Uni 23,6% 28 918
#3 France 14,5% 17 741
#4 Pays-Bas 7,3% 8 918
#5 Belgique 3,7% 4 533
#6 Espagne 2,2% 2 653
#7 Roumanie 2,0% 2 497
#8 Suède 1,8% 2 165
#9 Autriche 1,6% 1 999
#10 Suisse 1,6% 1 919

Et Bing dans tout ça ? Google est le moteur de recherche de référence pour les Européens (en avril 2016, Google représentait 90,75 % du marché européen des moteurs de recherche et Bing 4,47%). Sans surprise donc, Forget.me a envoyé moins de demandes à Bing : 8 261 URL par rapport à 122 653 envoyées à Google. Bing représente donc 6 % de toutes les URL envoyées par Forget.me. Il est aussi à noter qu’en moyenne, les utilisateurs font moins de demandes d’URL à Bing : 3,7 URL par utilisateur sur Bing et 10,7 URL par utilisateur pour Google.

Type de demande % d’URL
Atteinte à la vie privée 62,8%
Atteinte à la réputation 7,6%
Atteinte à l’image 5,3%
Procédure pénale 3,9%
Usurpation d’identité 2,1%
Atteinte à la présomption d’innocence 1,9%
Personne décédée 1,2%
Homonymie 1,0%
Autres 14,3%
Total 100%

L’atteinte à la vie privée : la typologie de demande la plus fréquente sur Bing La typologie « atteinte à la vie privée » représente 62,8 % des demandes sur Bing, ce qui est comparable avec les demandes sur Google (62,1 %).   Trimestre d’envoi Délai de traitement moyen (jours)
2014-Q3 132
2014-Q4 100
2015-Q1 88
2015-Q2 51
2015-Q3 34 _2015-Q4 47
2016-Q1 41
Total 73

Bing traite les demandes plus lentement que Google

Alors que la tendance générale dans le temps de traitement a diminué pour Bing, il lui faut encore 41 jours en moyenne pour répondre à une demande, par rapport à 14 jours pour Google.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants