Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Renaud Templier, Devoteam : la transformation numérique nécessite de repenser son approche sécurité

octobre 2019 par Emmanuelle Lamandé

Avec la transformation numérique, les enjeux de sécurité dépassent le cadre des organisations, et acquièrent même une dimension sociétale. Face à ce constat, Devoteam a choisi de repenser la manière dont l’entreprise accompagne ses clients sur ce sujet, et mettra en avant cette nouvelle approche lors de la prochaine édition des Assises de la Sécurité. Pour Renaud Templier, Risk & Security Director and Global Cyber Security Offer Leader, Devoteam, cette transformation exige notamment une attention toute particulière en matière de gestion des identités et des accès, de sécurité des données et de résilience.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Renaud Templier : Avec la transformation numérique, les enjeux de sécurité dépassent le cadre des organisations. Ils acquièrent même une dimension sociétale. Nous avons pris en compte cette nouvelle donne et repensé la manière dont Devoteam accompagne ses clients sur ce sujet. C’est cette nouvelle approche que nous souhaitons présenter pendant les Assises, autour de quatre piliers :
- Secure Business, ou comment assurer des processus métiers adaptés et sécurisés pour les interactions internes et externes ;
- Secure Workplace, ou comment sécuriser l’environnement de travail et impliquer les employés dans une collaboration moderne, tout en protégeant les données sensibles et en sécurisant les accès ;
- Secure DevOps, ou comment renforcer l’écosystème DevOps des organisations pour délivrer des applications efficaces et sécurisées plus rapidement ;
- Secure Cloud & Data, ou comment assurer la confiance de l’écosystème multi-Cloud et des données des entreprises grâce à une stratégie de sécurité à l’échelle et des mesures techniques agiles.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Renaud Templier : Nous avons choisi d’aborder un sujet prospectif qui impactera en profondeur les fondements de la cybersécurité dans les années à venir. Je parle ici de la gestion de l’identité et du concept de Self-sovereign identity qui replace l’utilisateur à la fois professionnel, consommateur et citoyen, au centre du système. Karim Bouami, Digital Identity & Trust Services Director de Devoteam, animera un atelier que nous avons intitulé : « Self-sovereign identity : une révolution de l’identité ou une nouvelle ère de protection des données personnelles ? ».

A la croisée des chemins entre la cybersécurité, la protection des données personnelles, la résilience et le contrôle des accès - IAM, ce dispositif permet aux utilisateurs de contrôler leurs données personnelles, ainsi que les autorisations d’accès qui y sont accordées. Une problématique essentielle au vu du contexte réglementaire actuel et des vols massifs de données auxquels nous avons assisté ces derniers mois. L’utilisateur se montre toujours plus attentif à la protection de ses données personnelles.

Nous en sommes au début et le marché doit encore mettre en place les standards d’une identité qui serait alors universelle grâce à la technologie Blockchain, qui est totalement décentralisée comme vous le savez. Certes aujourd’hui, les solutions ne sont pas encore suffisamment matures pour passer à une plus grande échelle. Toutefois, ce n’est qu’une question de temps avant que les outils soient robustes et permettent aux entreprises d’améliorer leur expérience client avec un processus d’identification plus simple et ultra-sécurisé ou la création de nouveaux services. Nous ne pouvions pas passer à côté de ce sujet.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2019 ?

Renaud Templier : Au fur et à mesure que l’entreprise se digitalise, ses données sont plus vulnérables. Au-delà de ces menaces pour lesquelles les entreprises doivent se prémunir, le risque est également juridique et financier dans le sens où les règles deviennent plus complexes avec des sanctions toujours plus importantes à la clé. Nous assistons à la mise en place d’un espace européen commun en matière de cybersécurité. RGPD, signatures électroniques, sécurité des infrastructures (directive NIS), ces textes cherchent à rétablir la confiance des Européens dans leurs services, opérateurs et produits numériques.

Au-delà de cela, les menaces proviennent des parties tierces de l’entreprise. En effet, les organisations font de plus en plus face à des attaques menées sur le système d’information de leurs propres fournisseurs et partenaires pour leur nuire - des cyberattaques qui visent non seulement les données personnelles de leurs employés ou clients, mais surtout les documents confidentiels revêtant une forte dimension concurrentielle, comme les brevets par exemple. Airbus a d’ailleurs récemment été la cible de plusieurs cyber-attaques lancées par le biais de ses sous-traitants, le motif identifié étant l’espionnage industriel. Le contexte d’économie globale, de géopolitique complexe et également de concurrence accrue incite les personnes ou organisations malveillantes à agir pour en déstabiliser d’autres. Ceci montre l’importance de sécuriser chaque maillon de l’entreprise et son écosystème.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Renaud Templier : Les entreprises sont entrées dans un processus continu de transformation digitale avec un impact très fort sur la cybersécurité. Elles déploient des outils pour faciliter la mobilité ou encore le partage d’informations avec différents intervenants internes et externes qui représentent autant de failles potentielles dans des environnements multi-clouds. Pour ces entreprises étendues, la cybersécurité n’est pas un sujet qui se traite uniquement d’un point de vue technique ou opérationnel. Il s’agit à la fois d’analyser les risques et d’assurer la continuité de l’activité en cas d’incident en déployant une stratégie qui allie maîtrise des risques et performances commerciales.

Pour autant, la cybersécurité représente une formidable opportunité pour les organisations qui s’adaptent aux nouvelles façons de travailler et intègrent des outils toujours plus interconnectés. Elles doivent équilibrer les enjeux métier avec ceux liés à la cybersécurité. Pour cela, elles doivent sécuriser leur activité avec des processus internes et externes sous contrôle, déployer leurs espaces de travail collaboratifs avec des accès prédéfinis tout en sécurisant leur écosystème DevOps pour des développements rapides. En outre, elles doivent pouvoir accéder facilement et de manière sécurisée à leurs données.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Renaud Templier : Pour répondre à ces nouveaux enjeux, Devoteam a choisi de recentrer ses activités de cybersécurité vers la sécurisation des processus métier, du Cloud, du DevOps et de la Digital Workplace, et replace ainsi la sécurité au cœur de la stratégie de l’entreprise numérique.
Nous voulons avant tout changer la perception de la cybersécurité qui est encore trop souvent perçue comme un processus qui limite, voire bloque le champ d’action des utilisateurs. Nous cherchons avant tout à être dans la confiance en développant une approche autour du risque en les identifiant pour mieux les maîtriser.

GS Mag : La sécurité et la privacy « by design » sont devenues incontournables aujourd’hui. De quelle manière intégrez-vous ces principes au sein de votre entreprise et de votre offre ?

Renaud Templier : Pour nous, l’approche Privacy & Security by Design est essentielle et conditionne même la performance sur le long terme de tout projet. C’est pourquoi l’ensemble des directions métier doivent être sensibilisées à la problématique du RGPD, notamment les achats. Ces derniers doivent être intégrés et vérifiés lors de l’instruction de conformité avant le choix d’une prestation ou la mise en place d’un traitement.

En amont de chaque projet, il faut effectuer un travail de cartographie des données pour mieux identifier les risques. La problématique de la protection des données représente une partie importante de la phase de réflexion d’un projet, afin d’intégrer des fonctionnalités internes et de choisir la solution d’hébergement la mieux adaptée.

Afin d’être conforme au RGPD, dès la conception le développeur doit adopter une posture proactive en intégrant des mesures à la fois techniques et organisationnelles pour protéger les données des futurs utilisateurs. C’est pourquoi il est recommandé de constituer durant la conception, un tableau de bord des données collectées et de leur finalité tout en établissant une politique de confidentialité intelligible par chacun – du développement à la livraison, de la recette à la maintenance, en passant par la garantie.
Dans une logique de Privacy by Design, la protection des données est ancrée dans le système lui-même avec tout un panel de fonctionnalités. Toutefois, les données représentant un bien immatériel précieux pour les entreprises, le chef de projet ou le développeur doivent concevoir un dispositif qui respecte les droits de l’utilisateur tout en tenant compte des intérêts économiques de la structure.

GS Mag : Quels sont vos conseils en la matière, et plus globalement pour limiter les risques ?

Renaud Templier : Je pense que dans un premier temps, pour bien se protéger, il faut s’appuyer sur une culture du risque, identifier tous les risques et menaces potentiels, afin de les comprendre et de trouver des mesures en amont des projets. Il faut garder à l’esprit que les failles de sécurité viennent très souvent de l’interne, cela nécessite d’effectuer un travail de sensibilisation auprès des utilisateurs et de mettre en place une politique stricte de gestion des identités et contrôle des accès. Dans le cas de l’innovation, il est nécessaire d’adapter la façon d’appliquer la sécurité dans les projets, par exemple notre offre Secure DevOps s’appuie sur un prérequis : la formation des développeurs.

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux RSSI ?

Renaud Templier : Souvent vécue comme une contrainte, la cybersécurité peut en réalité être un véritable différenciateur business. Elle renforce la résilience de l’entreprise et la confiance numérique de ses clients, de ses employés et de ses partenaires.
Ces évolutions exigent une attention particulière à la gestion des identités et des accès, à la sécurité des données et à la résilience des plateformes et des organisations, ainsi que leur maintien en conformité réglementaire.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants