Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Prévisions cybersécurité en 2022

janvier 2022 par Paul Baird, CTSO UK, Qualys

Focus sur deux axes principaux de vulnérabilités : Outils de production et chaînes industrielles, et évolutions des processus de gestion des actifs avec le télétravail.

Si l’on se réfère à la source CVE Details, 2021 aura été l’année de la découverte du plus grand nombre de vulnérabilités logicielles, qu’il s’agisse de problèmes mineurs concernant des solutions logicielles de niche ou d’incidents critiques affectant des millions d’actifs informatiques. En parallèle, les entreprises auront dû gérer la sécurité sur les équipements distants, les services Cloud et les plateformes informatiques traditionnelles en raison du tumulte provoqué par la pandémie COVID-19.

En 2022, les entreprises seront contraintes de moderniser leurs processus pour gérer la sécurité. Cela implique notamment que l’équipe chargée de la sécurité IT endosse davantage de responsabilités dans d’autres domaines technologiques.

Le télétravail a initié la nécessaire évolution des processus de gestion des actifs.

Avec le télétravail les équipes informatiques se sont adaptées aux nombreuses entreprises qui ont dû faire évoluer leurs pratiques opérationnelles en matière de sécurité alors que leurs employés achetaient de nouveaux équipements ou logiciels afin de pouvoir travailler à distance. Dans la panique, les programmes d’inventaire des actifs en place ont été ignorés et les équipes chargées des opérations et de la sécurité informatiques ont donc perdu la visibilité sur ce qui existait en raison des actifs qui n’étaient plus sur le réseau de l’entreprise.

C’est donc la sécurité en général qui a souffert de cette situation. Aujourd’hui, les employés se sont installés dans la routine du télétravail. Cependant, les entreprises restent dans le même mode urgence lorsqu’il s’agit de sécurité, plutôt que d’envisager cette dernière comme faisant partie intégrante des opérations quotidiennes de l’entreprise.

La sécurité est mise à mal lorsque l’entreprise ne dispose pas d’un inventaire des actifs actualisé qui indique les points d’extrémité existants, à savoir ceux qui restent sur le réseau de l’entreprise et ceux à distance. En 2022 ces entreprises seront mises en difficulté car certaines comptent sur un retour à la normale qui ne se produira sans doute pas. Les équipes doivent donc repenser leurs stratégie et processus pour prendre en charge en priorité leurs collaborateurs distants et appliquer la même approche aux différents sites de l’entreprise.

Les inventaires des actifs sont précis … et alors ?

Cette nouvelle priorité accordée à une gestion universelle, homogène et permanente des actifs est l’objectif que toutes les équipes de sécurité devraient se fixer. Cependant, la réalité de la conception et des responsabilités organisationnelles peut poser un frein, pourtant l’évolution vers le télétravail oblige à réviser les processus de gestion des mises à jour et de déploiement des correctifs.

Cela ne concerne pas tant la technologie que le mode de collaboration des équipes pour gérer les correctifs et les mises à jour des activités opérationnelles. Pour les plus grandes entreprises, cette tâche peut s’avérer difficile lorsqu’elle implique plusieurs équipes, et si il y a plusieurs entités à gérer avec différentes parties prenantes sur les décisions. Les entreprises peuvent faire bouger les lignes en se penchant notamment sur l’intérêt de l’informatique pour l’activité de l’entreprise. Par exemple, faire de la sécurité une priorité métier est un sujet évoqué depuis des décennies. L’augmentation des attaques par ransomware et les coûts élevés associés, obligera les entreprises à prendre ce sujet à-bras-le-corps tandis que les décideurs définiront davantage d’objectifs pour garantir la sécurité de leurs systèmes. Aussi, responsabiliser les dirigeants notamment au déploiement des mises à jour permet de promouvoir cette approche de la gestion des risques métier.

Les machines et réseaux industriels devront s’aligner sur la sécurité informatique

Cette année, Gartner prévoit que les cyberattaquants se serviront des environnements à technologie d’exploitation (OT) comme armes pour cibler les humains d’ici 2025. Il est à craindre que cela arrive plus tôt, dès 2022. Le décès d’un nouveau-né en 2021 a par exemple été attribué à une attaque par ransomware contre un hôpital américain, dont l’ensemble de l’informatique était hors service. Davantage d’attaques ciblant des systèmes OT auront lieu et toucheront des infrastructures critiques si ces systèmes ne sont pas protégés de manière appropriée.

Or, les environnements OT reposent généralement sur des technologies obsolètes. Coûteux et devant durer des années, nombre de ces actifs présentent des failles de sécurité connues mais jamais corrigées, notamment parce que mettre à l’arrêt la chaîne de production pour appliquer un correctif peut coûter plusieurs millions d’euros en perte de productivité. De plus, il n’existe pas toujours de correctifs pour des failles qui affectent des équipements en fin de vie.

La protection de ces systèmes s’est traditionnellement appuyée sur l’air gapping, une mesure de sécurité qui permet notamment d’isoler complètement un réseau de l’Internet public. Aujourd’hui, les entreprises ne peuvent plus se passer de cette option car elles souhaitent exploiter en temps réel les données fournies par leurs systèmes pour mieux se positionner face à la concurrence, et ce malgré les risques liés à l’interconnexion de toujours plus de réseaux OT. En outre, de récentes recherches indiquent l’existence de nouveaux modes opératoires destinés à établir une passerelle avec les mesures d’air gapping si bien que s’en remettre aux seuls modèles de sécurité traditionnels ne suffit plus.

Des années durant, la technologie d’exploitation a été totalement tenue à l’écart de l’IT, au point que les équipes informatiques avaient du mal à comprendre ce qui était utilisé et à identifier les menaces. Dans la pratique, la sécurité OT a une décennie de retard par rapport à la sécurité informatique en matière de conception de bonnes pratiques et de processus. En 2022, la soif de données et les risques d’attaque contraindront à investir davantage pour renforcer cet aspect.

Les équipes en charge de la sécurité informatique seront sollicitées pour s’investir dans ce domaine car ce sont elles qui comprennent le mieux le paysage évolutif des menaces. L’entière collaboration de toutes les équipes sera requise, conditionnée par une vision globale de l’ensemble des actifs connectés, qu’il s’agisse du Cloud et des conteneurs qui peuvent être mis à jour en quelques secondes ou d’actifs OT déployés depuis des années et qui n’évolueront pas dans l’immédiat.

Définir les processus et les pratiques de sécurité qui prendront en compte tous ces actifs exigera de mettre en place une stratégie de gestion des risques adaptée. La même approche ne pourra pas être appliquée partout et définir des priorités sera indispensable au succès de cette stratégie. Il s’agira d’un travail nécessaire pour prévenir d’autres incidents comme les cyberattaques lancées contre l’opérateur américain d’oléoducs Colonial Pipeline et des établissements de santé.

En 2022, les attaques par ransomware affecteront plus souvent les actifs OT. Les cyberassureurs sont en train de revoir leur couverture concernant les attaques par ransomware afin que les entreprises ne puissent plus se reposer sur leur police d’assurance pour la prise en charge des frais. En lieu et place, les entreprises devront reconnaître l’existence de risques métier et les résoudre au lieu de se contenter de les consigner dans un registre et de faire le gros dos pour qu’une violation ne se produise pas.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants