Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Près de 50 % des entreprises françaises estiment qu’elles n’arrivent pas à exploiter la moitié du potentiel de leurs données

décembre 2020 par Rubrik

Rubrik annonce les résultats d’une étude réalisée par IDC et sponsorisée par Rubrik qui identifie que 48,8 % des entreprises françaises n’arrivent pas à exploiter la moitié de leurs données. Seules 11,3 % d’entre elles assurent qu’elles parviennent à exploiter la quasi-totalité du potentiel offert par leurs données.

D’après cette étude, la principale problématique à laquelle font face les entreprises françaises reste la prolifération des données. En moyenne, elles doivent composer avec entre 21 et 50 emplacements pour leurs données qui sont cloisonnées entre différents sites (datacenter, cloud public, etc). C’est deux fois plus que dans le reste du monde où les répondants déclarent avoir entre 11 et 20 emplacements de données. Ainsi, 12,5 % des entreprises françaises se disent insatisfaites de leur politique de gestion des données.

Par ailleurs, 28,9 % des répondants ont également estimé que la multiplication des données était au premier rang des défis et des priorités à traiter en matière de gestion des données. C’est presque deux fois plus qu’au niveau mondial (17 %). Et pour cause, les entreprises françaises gèrent un volume de données 31 % supérieur à celui des entreprises du reste du monde ayant des caractéristiques similaires. Presque la moitié des répondants français (46,3 %) s’attendent en outre à affronter une croissance annuelle de 40 % du volume de leurs données au cours des deux prochaines années. Les entreprises françaises interrogées ont également indiqué que les garanties en matière de sauvegarde et de protection des données ont été les deux principaux problèmes de gestion des données rencontrés au cours de l’année passée.

Ainsi, 78,8 % des entreprises interrogées dans l’Hexagone ont indiqué que la gouvernance des données constituait un enjeu «  majeur  » ou «  extrêmement important  ». Cependant, seulement 14,6 % d’entre elles disposent de systèmes de contrôle et de gestion des données entièrement automatisés, et 35,4 % utilisent «  essentiellement  » ou «  exclusivement  » des systèmes manuels. L’utilisation d’une plateforme unifiée de contrôle et de gestion des données permettrait à ces entreprises de résoudre leurs problèmes de gouvernance des données à l’aide de moyens automatisés particulièrement utiles en cas de volumes importants de données à traiter. Pour les 20 % des entreprises qui ont investi dans une plateforme unifiée pour le contrôle et la gestion des données, 68,8 % d’entre elles ont vu leur coût de gestion des données diminuer de plus de 20 %.

Méthodologie

Cette étude se fonde sur les réponses de 80 entreprises françaises interrogées dans le cadre d’une étude plus large basée sur des sources primaires conduite auprès d’un échantillon de 800 entreprises statistiquement représentatif en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest et dans la région Asie-Pacifique. Une large variété de secteurs d’activités, et de petites, moyennes et grandes entreprises mondiales était représentée. Tous les participants exerçaient une responsabilité directe sur la gestion des données de leur entreprise, ou en maitrisaient les tenants et aboutissants  ; 60 % étaient des responsables informatiques de haut niveau et 40 % des cadres supérieurs des fonctions métiers.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants