Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Prédictions 2021 : une année charnière pour dessiner l’après-COVID de l’IT

janvier 2021 par Patrick Rohrbasser, Regional VP Southern EMEA et Afrique chez Veeam

Après une année 2020 très fluctuante et incertaine, frappée de plein fouet par la "tempête COVID", les entreprises de tous les secteurs regardent vers l’avenir avec l’espoir d’y voir le bout de la crise et de pouvoir rapidement redresser le navire. Comme à chaque nouvelle année, de nouvelles tendances IT émergent ou se précisent pour répondre aux enjeux des entreprises. Ainsi pour Patrick Rohrbasser, Regional VP Southern EMEA et Afrique de Veeam, les tendances à observer de près dans les prochains mois sont le développement de la conteneurisation, des modèles software-defined et l’’apprentissage automatique.

Les développeurs auront davantage leur mot à dire quant à l’orientation technologique et à la stratégie de leurs entreprises en matière de données Quels que soient les secteurs, les solutions en libre-service vont connaître un essor massif. Cette nouvelle donne va entraîner un changement de comportement chez les DSI qui se reposeront davantage sur leurs équipes de développeurs pour décider des orientations de leurs entreprises en matière de technologie. Traditionnellement, les équipes de développeurs ont toujours adopté une approche descendante pour transférer leurs données dans le cloud, mais cette méthodologie a changé avec la pandémie et l’essor des environnements cloud. En 2021, les équipes de DevOps auront de plus en plus leur mot à dire sur la stratégie de gestion des données et, par conséquent, la mobilité des charges de travail va s’intensifier, à mesure que les techniques de gestion des données dans le cloud se perfectionneront.   Les entreprises seront plus attentives à la gestion des données provenant des plateformes de travail collaboratives dans le cloud
La répartition des équipes de travail sur différentes localisations, qui était déjà de plus en plus fréquente avant le début de la pandémie, a connu un essor exceptionnel ces derniers mois. Alors que les entreprises s’apprêtent à étendre les possibilités de télétravail jusqu’au printemps prochain, elles vont incontestablement se reposer de plus en plus sur les plateformes collaboratives dans le cloud, telles que Microsoft Teams ou Slack. Il en résulte que les équipes seront encore plus nombreuses à mettre à profit la puissance du cloud pour stocker leurs données entrantes via ces plateformes. En 2021, l’attention et les besoins se porteront donc davantage sur la protection et la gestion des données en provenance de logiciels collaboratifs.   Le déclin des équipements physiques au profit des modèles software-defined Les équipements physiques qui, il y a 10 ans, faisaient figure de jouets flambant neufs sur lesquels tout le monde voulait faire main basse, n’ont pas eu la longévité attendue, et ils perdront progressivement en attractivité à mesure que les entreprises se tourneront vers des modèles software-defined. Le télétravail en temps de pandémie a eu un impact non négligeable sur la manière dont cette question a été abordée en 2020 et la tendance va se poursuivre en 2021, alors que les modèles définis par logiciel occuperont le devant de la scène.   L’apprentissage automatique se démocratisera autour des données dans le cloud
Certaines entreprises ont déjà pris conscience du potentiel illimité des données dont elles disposent. La réutilisation des données constituera l’une des orientations principales des entreprises en 2021 et nombre d’entre elles se tourneront vers l’apprentissage automatique pour y parvenir. Si cette tendance est encore dans sa phase émergente, elle va s’intensifier à mesure que les entreprises prendront conscience de l’intérêt de l’apprentissage automatique pour les aider à analyser et à réutiliser les données dont elles disposent déjà. Grâce à son utilisation dans le cloud, elles finiront nécessairement par perfectionner leur intelligence concernant les données.   Les sanctions liées à la conformité se feront de plus en plus rares
La protection des données personnelles et la réglementation afférente continueront à se renforcer en 2021, notamment dans l’Union européenne où un durcissement de la réglementation concernant les données personnelles sortantes en direction des Etats-Unis est à prévoir. Si en 2019 nous avions constaté une hausse significative du nombre de sanctions, dans le but d’insister sur le sérieux avec lequel les réglementations comme le RGPD devaient être prises, elles se sont faites de plus en plus rare en 2020, et cette tendance est amenée à se poursuivre. Aujourd’hui, ces règlementations sont l’objet d’une attention accrue et la tendance est à un renforcement de la cohérence de la réglementation en matière de protection des données personnelles au niveau européen et international.

Un rebond des dépenses IT à prévoir, avec une priorité pour la sécurité et les équipements physiques
Malgré les perturbations économiques engendrées par la pandémie en 2020, nous assisterons à une hausse de 5 à 10 % des dépenses générales liées à l’IT et ce dès le début de l’année 2021. Les fonds alloués seront principalement dédiés à la sécurité, à la modernisation générale des systèmes (sauvegarde, applications, migrations dans le cloud, etc.) et au remplacement des équipements physiques. De plus, les entreprises s’intéresseront aux dépenses annuelles récurrentes en matière d’IT qui auront été gelées en 2020. Le report, durant la pandémie, du remplacement des équipements, qui doit en général se faire tous les trois ans, devrait être l’un des premiers points à l’ordre du jour en 2021 pour de nombreuses entreprises.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants