Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Plus de la moitié des petites entreprises européennes n’a pas de plan formel de reprise après sinistre, selon une étude Quest Software

janvier 2012 par Quest Software

Plus de la moitié (58%) des petites entreprises en France, en Allemagne et au Royaume-Uni n’ont pas de plan formel de reprise après sinistre, selon une étude réalisée par Freeform Dynamics pour Quest Software auprès de 160 décideurs informatiques. De plus, près d’un cinquième des moyennes entreprises n’a pas de plan formel de reprise après sinistre.

La comparaison des niveaux de préparation des entreprises face à un sinistre potentiel révèle des différences entre les secteurs d’activité :

- Dans le secteur des services financiers, 90 % des PME ont un plan formel de reprise après sinistre.

- Dans le secteur des communications et des médias, 81 % en ont mis un en place.

- En revanche, dans les secteurs de la vente au détail/distribution et de la fabrication, ce taux chute à moins de 40 %.

Bien que reconnaissant que leur approche de la reprise après sinistre pourrait être améliorée, seulement une PME sur cinq classe la protection des données parmi les priorités absolues des plans d’investissements informatiques. Le principal objectif à atteindre pour renforcer les capacités de reprise après sinistre dans tous les secteurs est, selon 54 % des PME, de « transformer les attentes des utilisateurs et de l’entreprise ». Cette réponse va de pair avec le fait que les entreprises s’appuient davantage sur la technologie et l’automatisation, leur mode de fonctionnement plus rapide et les attentes toujours plus fortes des clients.

« Les événements de l’année écoulée, notamment les cyberattaques et les catastrophes naturelles, ont montré l’importance d’avoir un processus de reprise après sinistre robuste en place pour réagir rapidement et rester opérationnel lorsqu’une interruption majeure impacte l’entreprise », explique Kevin Norlin, vice-président, directeur général de Quest Software (EMEA). « La préparation à un sinistre ne doit pas être une réflexion après coup et aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne doit la négliger. L’information est l’une des clés du succès et il est essentiel que les entreprises s’investissent davantage dans la protection de leurs ressources les plus importantes », ajoute-t-il.

Il ressort également de l’étude que les outils de réplication des données et autres outils avancés de gestion des données doivent encore être largement déployés dans les PME : 92 % d’entre elles ont encore recours à des méthodes de sauvegarde et de restauration traditionnelles, au niveau des fichiers. Toutefois, 32 % des PME ont des doutes et des questions sur l’utilisation de ces méthodes traditionnelles.

De nombreuses PME ne sont pas convaincues que les solutions les plus sophistiquées soient adaptées à leur taille. Un facteur important contribuant à leurs interrogations est la méconnaissance du jargon du secteur. Il a été noté que de nombreuses PME sont perplexes face aux termes que les éditeurs et les spécialistes tiennent pour acquis. À l’exception des solutions de sauvegarde et de restauration « de fichiers traditionnelles » et « d’images », la plupart des autres solutions ont généré un nombre important de demandes de définitions à fournir. Cela signifie que les fournisseurs doivent se concentrer sur trois aspects des techniques avancées (« pourquoi », « comment » et « quoi »), et expliquer clairement comment leurs solutions peuvent être mises au service des PME.

« Lorsque nous avons comparé différents groupes dans le cadre de l’étude, en fonction de leur couverture de la reprise après sinistre, nous avons constaté que les entreprises les plus performantes avaient beaucoup de points communs », explique Tony Lock, responsable des programmes de Freeform Dynamics. « Outre une planification formelle et la hiérarchisation des investissements, la simple intégration d’approches modernes telles que la virtualisation des serveurs, les services hébergés et la sauvegarde hiérarchisée peut avoir un impact positif important sur les capacités de reprise après sinistre », déclare-t-il. Soulignant le rôle des fournisseurs, M. Lock ajoute : « Les technologies avancées de reprise après sinistre peuvent aider les PME (bon nombre de ces technologies sont aujourd’hui beaucoup plus conviviales qu’auparavant), mais l’étude montre clairement que les fournisseurs et leurs partenaires doivent mieux expliquer les options disponibles, dans un langage accessible à tout type d’entreprise ».

Les 7 éléments clés d’une reprise après sinistre efficace

Les éléments clés d’une reprise après sinistre efficace, qui ressortent de l’étude de Freeform Dynamics, sont les suivants :

- 1. Planification exhaustive : une approche exhaustive de la planification garantit la prise en compte de toutes les dépendances entre les opérations métier et informatiques lors de l’examen des risques et des options de reprise.

- 2. Définition des priorités et financement : une reprise après sinistre efficace implique un engagement explicite. Les entreprises les plus performantes définissent des priorités pour leurs ressources et leurs investissements.

- 3. Sauvegarde sur disque plutôt que sur bande : l’utilisation du disque plutôt que de la bande comme support de sauvegarde primaire permet l’amélioration de la rapidité et de la granularité du processus de restauration.

- 4. Utilisation de sites distants : l’envoi direct des sauvegardes ou d’une seconde copie des données à un périphérique distant réduit l’exposition aux problèmes locaux.

- 5. Utilisation de services hébergés : les services hébergés facilitent la sauvegarde à distance et donnent accès au site de reprise après sinistre au fournisseur. La restauration dans le cloud est également possible.

- 6. Investissement dans une infrastructure virtuelle : l’utilisation d’images virtuelles sur des serveurs secondaires locaux, distants ou hébergés accélère les opérations de restauration tout en offrant plus de flexibilité dans de nombreuses situations.

- 7. Utilisation de solutions avancées de reprise après sinistre : les technologies et techniques actuelles de reprise après sinistre permettent d’éliminer les traitements manuels et de mettre en œuvre des stratégies qui améliorent les processus de reprise après sinistre en termes de vitesse, d’exhaustivité, de granularité et de fiabilité.

Les solutions vRanger® et NetVault® FastRecover de Quest permettent à des milliers de clients dans le monde d’assurer une reprise après sinistre efficace. vRanger est la solution idéale pour les clients qui cherchent à protéger un environnement virtuel VMware, et NetVault FastRecover assure la protection continue des données des serveurs de fichiers Windows, Exchange et SQL. Les alliances technologiques de Quest avec Riverbed et StorSimple permettent également aux utilisateurs de machines virtuelles VMware de sauvegarder les données dans le cloud pour la reprise après sinistre, ce qui fait de Quest le meilleur partenaire pour simplifier la planification de la reprise après sinistre.

À propos du rapport

Le rapport de Freeform Dynamics pour Quest Software sur la reprise après sinistre est fondé sur une enquête réalisée au premier trimestre 2011 auprès de petites et moyennes entreprises (50 à 250 et 250 à 1000 employés). Les réponses ont été recueillies par le biais d’entretiens téléphoniques ; 160 décideurs informatiques ont été interrogés en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants