Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Plus d’un dirigeant français sur deux s’attend à connaître une crise de cybersécurité dans les années à venir

novembre 2019 par PwC France

Le cabinet de conseil et d’audit PwC dévoile la toute première édition de l’étude « Global Crisis Survey [1] » menée dans 44 pays dont la France. A quelles menaces les entreprises font-elles face ? Comment se préparer aux crises ? A l’heure où les dirigeants font face à des risques variés, ces derniers doivent développer la capacité de leur organisaton à anticiper les crises et à prendre en compte le facteur humain.

- En France, plus de 3 dirigeants sur 4 (72%) ont connu au moins une crise au cours des cinq dernières années

- 52% des dirigeants français s’attendent à connaître une cyber-crise prochainement

- Seules 44% des entreprises françaises ont mis en place une équipe dédiée et structurée pour répondre aux différentes crises

- 55% des dirigeants français ont ajusté leur dispositif de gestion de crise à la suite d’un retour d’expérience

La cybersécurité : une menace clairement perçue par les entreprises françaises

En France, 72% des dirigeants ont fait face à une crise ou plus dans leur entreprise au cours des cinq dernières années. Ces crises concernent principalement la cybersécurité (28%), les incidents informatiques (28%), la réputation de l’entreprise (21%), les crises financières et les catastrophes naturelles (respectivement 19%). 52% des entreprises françaises s’attendent à connaître une cyber-crise dans un avenir proche.

L’étude PwC souligne également l’impact global des conséquences d’une crise pour l’entreprise et ses parties prenantes : clients, collaborateurs, actionnaires, mais aussi leurs fournisseurs et partenaires. Leurs impacts sont principalement d’ordre opérationnel (rupture de l’activité, arrêt de certaines relations commerciales), humain (turnover, difficultés pour attirer des talents) et réglementaire (sanctions).

« La question n’est pas de savoir si les entreprises vont subir une crise mais plutôt quand ! Il est illusoire de croire que le risque zéro est atteignable, notamment dans le domaine de la cybersécurité. Il est donc primordial de se tenir prêt pour atténuer les impacts. L’entreprise du futur sera capable de maîtriser les risques et d’en faire un atout pour valoriser son image et sa position concurrentielle. En cela, la résilience peut défintivement être un outil de création de valeur pour les entreprises » , affirme Thierry Delville, Associé au sein du pôle Cyber Intelligence chez PwC.

Face aux crises, les entreprises doivent poursuivre le développement de leur résilience

Encore une entreprise française sur cinq interrogée n’a aucun dispositif de gestion de crise. 40% d’entres elles réalisent des exercices de gestion de crise ponctuellement et 44% des répondants ont mis en place une équipe dédiée et structurée (contre 29% au niveau mondial).

Par ailleurs, 55% des dirigeants français ont ajusté leur dispositif de gestion de crise à la suite d’un retour d’expérience.

L’aspect humain de la crise encore trop souvent mis de côté

L’étude souligne l’importance du facteur humain dans la gestion des crises. Cet aspect est encore trop souvent oublié.Or, « une gestion efficace des crises exige une combinaison de processus de gestion de crises et de compétences non techniques – les softs skills. La gestion du stress, la prise de décisions sous pression, la communication sont autant de qualités qui permettront de surmonter la crise, de rebondir et d’atténuer les impacts. Le dirigeant doit savoir communiquer et tout particulièrement dans ses moments de forte intensité, agir en équipe », conclut Thierry Delville.


[1] Les résultats sont issus d’entretiens conduits auprès de 2 084 dirigeants d’entreprises de tailles variées et opérant dans 25 secteurs différents dans 43 pays et en 15 langues. 60 dirigeants répondants en France.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants