Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Pierre Creveuil, Oberthur Technologies : l’identité a le vent en poupe

novembre 2008 par Emmanuelle Lamandé

L’augmentation des contrôles aux frontières et la nécessité d’accéder de façon sécurisée aux systèmes d’information et aux bâtiments sensibles ont créé de nouvelles priorités. Face aux besoins accrus de sécurité, les administrations, les gouvernements et les entreprises se lancent aujourd’hui dans le déploiement de solutions à grande échelle. Comme le souligne Pierre Creveuil, Technical Advisor Identity Division chez Oberthur Technologies, rencontré au salon Cartes, l’identité est une activité qui a le vent en poupe.

Global Security Mag : Pouvez-vous nous présenter votre société ?

Pierre Creveuil : Notre groupe est aujourd’hui regroupé en une seule entité : Oberthur Technologies. Cette société est née de l’apport à Oberthur Card Systems des branches d’activités Impression fiduciaire et Protection de valeurs de François-Charles Oberthur Fiduciaire (FCOF) et de la participation de Jean-Pierre Savare, PDG de FCOF, dans Oberthur Cash Protection. Notre activité s’articule autour de différents domaines : la protection (le transport de devises sécurisées), le paiement (carte bancaire, porte monnaie électronique), la convergence (paiement sur mobile, carte d’identité associée à la carte de transport, …), le mobile (téléphones portables, …), et enfin l’identité (solutions biométriques, …). L’identité est une activité qui a le vent en poupe.

GS Mag : Quelle nouveauté présentez-vous à l’occasion du salon ?

Pierre Creveuil : Ce qui est nouveau dans ce que nous proposons, c’est que l’empreinte est utilisée comme code d’accès à la carte elle-même. Avec notre système, les données biométriques sont contenues dans une carte que l’utilisateur détient lui-même et non sur une base de données, ce qui assure sécurité et confidentialité. On utilise les données biométriques pour accéder à la carte elle-même. Le principe repose sur la reconnaissance des empreintes digitales, l’enrollement du doigt, l’extraction des caractéristiques d’empreintes. Les modèles de minuties sont stockés dans la carte. Il s’agit du Match on Card (algorithme de reconnaissance enfoui dans la carte) : c’est la carte qui fait la vérification par rapport à un modèle associé. Lors de l’enrollement, il faut présenter son doigt 3 fois de manière à déterminer ce qui est vraiment commun. Ces minuties extraites sont stockées sur la carte mais pas lisibles. Le niveau de sécurité est donc très fort. Cette solution dérive du PIV que nous délivrons aux américains. En effet, Oberthur a fourni au marché américain 2 millions de cartes CAC (Common Access Cards) aux employés du Département de la Défense ainsi que des cartes PIV (Personal Identity Verification) aux agences fédérales.

GS Mag : Où en sont les déploiements biométriques en France ?

Pierre Creveuil : En France, tous les systèmes biométriques doivent être validés par la CNIL, ce qui ralentit le processus de mise en œuvre. Nous avons plus de clients à l’étranger. Par rapport à la culture sécuritaire en France, la biométrie est un peu forte et pas tout le temps nécessaire.

GS Mag : Quels sont les pays qui sont plus ouverts à ce type de système ?

Pierre Creveuil : De nombreux pays sont sensibles aux technologies que nous proposons. Certains d’entre eux le sont car ils ont des problèmes par rapport à la notion même d’identité. Par exemple, nous avons conclu un accord avec la Caisse d’Epargne et des Chèques Postaux de Côte d’Ivoire (CECP) pour la fourniture à ses clients de cartes d’identité à reconnaissance biométrique. Les clients n’ayant pas forcément d’identité, le taux de fraude y était élevé. Dans un pays d’Afrique du Sud, nous avons également déployé un système de pointage pour les travailleurs agricoles. Grâce à notre capteur Certis, la sensibilité à l’état et à la propreté du doigt est moindre, d’où leur intérêt pour notre solution.

GS Mag : Quelles sont vos perspectives de développement pour 2009 ?

Pierre Creveuil : L’identité est une activité qui a le vent en poupe. Notre objectif est de trouver des solutions qui anticipent les évolutions.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants