Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Philippe Verdier, DataSwift : vers un « No Single Point of Failure »…

janvier 2008 par Emmanuelle Lamandé

Présent au salon Linux, Philippe Verdier, Responsable Commercial des solutions de stockage de DataSwift, nous a présenté en avant première les nouvelles solutions en mode clustering de son groupe. Les capacités sont toujours plus impressionnantes, avec pour objectif d’atteindre le « No single Point of Failure ».

GS Mag : Pouvez-vous nous présenter votre société ?

Philippe Verdier : DataSwift est une société d’une dizaine d’années spécialisée dans les serveurs, les clusters HPC et le stockage. Notre groupe a connu une restructuration en 2007 : nouveaux investisseurs, changement de site… Maintenant la production, les stocks et la partie commerciale qui étaient auparavant éparpillés sur 3 sites sont désormais réunis à Nanterre. Nous avons tout recentralisé pour une plus grande rentabilité. Nous travaillons uniquement sur cahier des charges ; nous développons une solution et la vendons au client. Nous n’avons pas de produit préfabriqué.

Global Security Mag : Quelles sont les nouveautés que vous présentez sur ce salon ?

Philippe Verdier : Nous présentons à l’occasion de ce salon notre nouvelle gamme en mode clustering, « 2 systèmes en un ». Nous sommes désormais en mesure de procurer à nos clients deux serveurs dans un seul châssis, qui sont totalement indépendants, double carte mère, deux disques, deux Gigabits par seconde… De par ces solutions, nous arrivons à fournir un système de « No single Point of Failure ». Nous avons une version AMD et une version Intel. Ces solutions seront commercialisables début février.

GS Mag : A qui s’adressent principalement vos solutions ?

Philippe Verdier : Nos solutions sont destinées au calcul intensif (clustering), à l’audio/vidéo (montage, calcul 3D), à l’hébergement Internet, et à l’industrie.

GS Mag : Avez-vous développé votre activité à l’étranger ?

Philippe Verdier : Nous souhaitons développer notre activité autour de la France, c’est-à-dire en Espagne, Italie, Afrique du Nord,…

GS Mag : Le marché du libre a connu une croissance importante l’an passé. Quelle en est votre perception ?

Philippe Verdier : C’est un marché qui connaît une bonne croissance. Nous sommes principalement tournés vers ce modèle. 90% de notre activité se trouve dans le monde linux et nous notre groupe se porte bien.

GS Mag : Qu’attendez-vous de ce salon ?

Philippe Verdier : L’objectif est de revoir les clients que nous connaissions avant la restructuration, d’en rencontrer de nouveaux mais également de montrer nos produits qui sont originaux et qui ont de très grosses capacités (jusqu’à 48 Téra Octets).

GS Mag : Quel message clé souhaiteriez-vous faire passer à la clientèle ?

Philippe Verdier : Il y a une belle technologie à venir. Nous avons beaucoup de choses à montrer en 2008 dans notre domaine.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants