Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Philippe Duluc, Bull : le Big Data doit s’insérer dans le SMSI

octobre 2014 par Marc Jacob

Bull participera pour la première fois aux Assises de la Sécurité en tant que société d’Atos suite à la fusion des activités de sécurité des deux groupes. La société présentera les extensions d’Hoox qui devrait faciliter son adoption par des grands groupes comme par des entreprises de taille plus modeste, mais sensibiliser aux enjeux de confidentialité importants. Bull mettra aussi l’accent sur le big data au travers de sont atelier. Philippe Duluc, vice-président de la division Sécurité de Bull considère qu’aujourd’hui le Big Data doit s’insérer dans le SMSI.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Philippe Duluc : Ces Assises sont notre première participation après l’acquisition de Bull par le leader Atos qui va permettre la fusion des activités de sécurité des deux groupes, pour créer un grand acteur européen de la cybersécurité. Nous sommes très enthousiastes sur le potentiel de cette fusion et sur la complémentarité de nos deux activités de cybersécurité, réunies au sein du groupe Atos, avec l’offre Big Data de Bull. Elle arrive à point nommé, car le Big Data va avoir un impact croissant sur les métiers de la sécurité informatique.

Sur place, les participants aux Assises verront les dernières versions de nos produits phares. Notamment l’offre de gestion des identités et des accès d’Evidian et notre smartphone Hoox, annoncé aux Assises l’an dernier, et qui poursuit son déploiement commercial. Nous présenterons des extensions de l’offre Hoox qui faciliteront son adoption par des grands groupes comme par des entreprises de taille plus modeste, mais sensibiliser aux enjeux de confidentialité importants.

Notre activité de services de cybersécurité, conçue pour apporter une protection de bout en bout, se renforce. Notamment par de nouvelles offres SOC, et par l’évolution de notre offre de sécurisation du Cloud. Notre gamme de solutions d’infrastructure de confiance poursuit son développement, et le HSM TrustWay Proteccio élargit son réseau de partenaires.

GS Mag : Quelle va être le thème de votre conférence cette année ?

Philippe Duluc : Notre keynote aura pour thème le Big Data, qui est une transformation technologique radicale poussée par les métiers et les usages, comme l’était le Cloud il y a quelques années. Les RSSI doivent donc dès maintenant prendre en compte les projets Big Data qui se créent actuellement dans 60% des organisations (chiffres Gartner), parfois de façon peu contrôlée. La bonne nouvelle est que les responsables sécurité ont dès maintenant la plupart des outils pour y parvenir. Par ailleurs, l’explosion des données d’usage et la sophistication des menaces font que le Big Data fera bientôt partie intégrante de la pratique du RSSI. Le Big Data est donc un défi, mais aussi une opportunité pour les responsables sécurité.

Nous présenterons aussi deux ateliers. L’un d’eux porte sur la Software-Defined Security (SDSec), une innovation préfigurant le futur du domaine, que nous avons réalisée et mise en place en partenariat avec notre client Numergy, qui apportera son témoignage. La SDSec répond à une question simple mais critique : quand on transfère une partie de son exploitation en cloud public, comment s’assurer du strict respect de sa politique de sécurité ?

L’autre atelier, proposé par notre filiale Evidian, présentera un témoignage pratique sur le déploiement d’un grand projet de gestion des identités et des accès au CHU de Nantes. Ce sera l’occasion de tirer les leçons d’un déploiement hospitalier, où les contraintes de confidentialité et de disponibilité sont particulièrement importantes.

GS Mag : Comment va évoluer votre offre pour 2014/2015 ?

Philippe Duluc : La réunion des activités de Bull et d’Atos va nous permettre d’offrir une palette d’activités plus large à nos clients. Elle nous apporte aussi une présence géographique étendue, particulièrement importante pour les grands clients internationaux, qui pourront bénéficier plus largement de notre offre. Des offres telles que les Security Operations Centers seront renforcées de modes d’exploitation et d’organisation diversifiés.

Autre enjeu, la disponibilité "as a service" des fonctions et services de sécurité. C’est une demande de nos clients, pour des raisons de maîtrise des investissement, et de prévisibilité des coûts. Et nous continuerons à développer nos produits de souveraineté : modules matériels de sécurité, logiciels d’infrastructure de confiance et de gestion de clés, et bien sûr la gamme Hoox.

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale pour 2014/2015 ?

Philippe Duluc : Un facteur de croissance important sera la prise en compte commerciale par Atos de notre offre de gouvernance, protection et supervision. Cela contribuera à l’internationalisation de la gamme Bull de cyber sécurité, et nous ouvrira la porte de clients que nous n’avions pas l’habitude d’aborder.

L’année 2015 verra un fort développement de notre gamme Hoox de téléphonie sécurisée, ainsi que de nos VPN souverains. L’affaire Snowden a durablement marqué les esprits des décideurs, et cela se ressent dans nos échanges avec les responsables de la sécurité informatique, notamment chez les opérateurs d’importance vitale. Ces offres connaîtront des développements en 2015, sur le plan de la gamme comme de ses usages.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Philippe Duluc : Deux messages liés : Big Data et souveraineté.

L’expansion du Big Data est une réalité, et cela aura de forts impacts pour les organisations : confidentialité, image, adaptation à un paysage réglementaire en évolution. Le Big Data doit s’insérer dans le SMSI ; cela a des impacts en termes de gouvernance et de supervision, mais surtout en termes de protection : les technologies et architectures sont nouvelles. Mais c’est aussi au RSSI de s’adapter au Big Data, des risques aux opportunités.

Souveraineté enfin, car l’entreprise doit conserver la maîtrise de sa politique de sécurité, même pour des données sorties de silo en mode en Big Data, voire externalisées en Cloud.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants