Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Pascal Colin, CEO, OpenTrust : nous nous réjouissons de l’entrée en vigueur du règlement eIDAS

septembre 2014 par Marc Jacob

A l’occasion de l’édition 2014 des Assises de la Sécurité OpenTrust présentera ses innovations en matière de signature électronique en particulier en matière de garantie d’engagement, de preuve juridique…. Ainsi, son atelier aura pour thème : « Comment la signature électronique accompagne les entreprises dans leur transformation digitale ? ». D’ailleurs, le poids de la signature électronique devrait s’accroître avec l’entrée en vigueur du règlement eIDAS dont Pascal Colin, CEO, Opentrust se réjouit.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Pascal Colin : Nous allons présenter des innovations en matière de signature électronique …

Le numérique est depuis quelque temps entré dans les agences bancaires, sous toutes ses formes avec ses écrans et ses bornes tactiles c’est dans ce cadre que s’opère le déploiement massif de la signature électronique.

La signature garantit l’engagement du signataire, permet de disposer de preuves d’une force juridique équivalente à celle d’une signature sur papier et apporte une valeur probante devant un juge.

On peut donc, aujourd’hui, recueillir le consentement d’un client et réaliser une signature électronique pour des opérations financières sur une tablette type iPad ou Android.

Le client peut aussi, au cours de son parcours changer de canal sans rompre la continuité du processus ou signer en agence alors que son conjoint(e) peut signer dans le même temps (ou ultérieurement) depuis son lieu de travail ou son domicile.

Cela peut aussi être le cas dans un hangar de maintenance où la signature électronique garantit la traçabilité.

GS Mag : Quelle va être le thème de votre conférence cette année ?

Pascal Colin : Pour illustrer cette tendance, OpenTrust proposera un atelier sur le thème : « Comment la signature électronique accompagne les entreprises dans leur transformation digitale ? » avec le témoignage de Mme Di Lorenzo Riere, Responsable AMOA pour le métier Distribution Multicanal dans le cadre du Projet Nice du Crédit Agricole témoignera à nos côtés et présentera les contours du projet national de signature électronique en agence pour les clients et prospects du Crédit Agricole.

GS Mag : Comment va évoluer votre offre pour 2014/2015 ?

Pascal Colin : Dans les situations de contractualisation électronique en point de vente ou lors d’une vente nomade, il est fréquent que les organismes proposant le contrat à signer ne puissent pas garantir que la tablette du vendeur soit effectivement connectée à Internet au moment de la signature.

OpenTrust a donc inventé le premier système de signature électronique sur tablette ou smartphone en mode déconnecté (ou asynchrone) qui offre les mêmes garanties légales qu’une signature manuscrite. Ainsi, il est aujourd’hui possible de signer électroniquement à tout moment et partout avec ou sans réseau.

La signature OpenTrust off line sur tablette ou smartphone est une première en Europe, elle est conforme aux cadres règlementaires français et européen et marque une nouvelle étape pour simplifier la vie de l’utilisateur. La solution est totalement Plug & Play et ne requiert pas d’investissement si l’on dispose déjà d’une tablette.

En résumé, les bénéfices utilisateurs sont multiples : gain de temps, accélération des processus de décision, amélioration de la productivité des équipes commerciales, réduction des frais de fonctionnement, présentation des produits et signature des contrats sur le même terminal, meilleure expérience client, meilleur image de marque…..

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale pour 2014/2015 ?

Pascal Colin : Au-delà du domaine financier, où la signature électronique améliore la vie du consommateur, la transformation digitale s’adresse aussi au BtoB.

Les contrats commerciaux ou de travail, les commandes fournisseurs, … sont autant d’opportunités pour gagner du temps, de l’argent, augmenter l’efficacité des processus et la satisfaction des parties.

OpenTrust et DocuSign ont noué un partenariat afin de proposer :
• Une plateforme de gestion de la transformation numérique – DTM – permettant de définir, pour tout type de document, les circuits de validation et de signature (interne à l’entreprise ou chez un partenaire), les données à collecter auprès de chacune des parties (signature au nom de l’entreprise ou de son signataire, case à cocher, …) ainsi que la signature elle-même
• Une signature à valeur légale garantie par le Tiers de Confiance et facile à vérifier dans le Reader d’Adobe.

Cette offre SaaS est facturée à l’utilisateur ou à la transaction et le Try & Buy, disponible sur le site de DocuSign, permet de tester l’ergonomie de cette solution.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Pascal Colin : Il y a quelques jours une nouvelle étape a été franchie dans l’harmonisation européenne sur la signature électronique et les services de confiance. Le nouveau règlement européen « sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur » (eIDAS) est entré en vigueur.

Son objectif : rendre interopérable les identités numériques et les services de confiance dans tous les états membres de l’Union. Nos clients attendaient cette réglementation avec impatience, afin de pouvoir développer leurs e-services dans toute l’Europe, et de renforcer la sécurité juridique de leurs transactions numériques. Elle va donner un socle juridique solide à l’essor de la transformation digitale des entreprises et va contribuer à l’accélération de l’activité de ces dernières qui peuvent réaliser leur business en numérique de bout en bout sur toute l’Europe.

En tant qu’acteur clé de cette transformation, nous nous réjouissons de l’entrée en vigueur du règlement eIDAS.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants