Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Opentext : 86 % des Français n’ont « aucune idée » du nombre d’entreprises qui accèdent à leurs données personnelles

janvier 2021 par OpenText

Il règne actuellement dans l’opinion publique un climat d’incertitude et de défiance concernant le traitement des données des consommateurs par les entreprises. Ainsi, un tiers (33 %) des Français ne leur font pas confiance pour ce qui est de la gestion de la sécurité et de la confidentialité de leurs informations personnelles.

Voici les principaux résultats d’une enquête* réalisée auprès de 2000 consommateurs français :

- La majorité (86 %) des Français n’ont « aucune idée » du nombre d’entreprises qui utilisent, stockent ou accèdent à leurs données personnelles, telles que leur adresse e-mail, leur numéro de téléphone ou leurs coordonnées bancaires.
- Pourtant, près d’un tiers (32 %) se disent très bien informés de la législation destinée à protéger leurs données. En conséquence, 23 % se disent prêts à entrer, de leur propre initiative, en contact avec une entreprise afin de vérifier l’utilisation faite de leurs données personnelles ou la conformité de leur conservation. Près d’un sur dix (9 %) a déjà effectué cette démarche au moins une fois.
- À peine plus d’un consommateur sur dix (11 %) juge que les entreprises remplissent aujourd’hui leurs obligations légales concernant la protection de la confidentialité des données de leurs clients. Du reste, près d’un quart (22 %) des personnes interrogées considèrent que cela n’arrivera que dans un avenir lointain, voire jamais.
- Seuls 17 % des Français seraient prêts à payer plus cher leurs achats auprès d’une entreprise qui s’engage à protéger la confidentialité de leurs données personnelles, soit une proportion nettement inférieure à leurs homologues anglais (49 %), allemands (41 %) ou espagnols (36 %).

Benoît Perriquet, VP Worldwide Global Accounts chez OpenText commente :

« La crise du COVID-19 a accéléré le rythme de la transition numérique, contraignant les entreprises à passer rapidement au télétravail et au commerce en ligne. Le numérique est désormais au centre de quasiment toute interaction commerciale, produisant une plus grande quantité de données que les entreprises doivent gérer et protéger. Cette tendance, conjuguée aux attentes accrues des consommateurs en matière de confidentialité de leurs données, met aujourd’hui les entreprises sous pression pour veiller à ce que leurs solutions destinées à préserver cette confidentialité s’adaptent correctement à cette ère privilégiant le numérique. »

« Dans notre nouvelle économie numérique, les consommateurs à travers le monde sont de plus en plus sensibles à la manière dont leurs informations sont collectées, stockées et utilisés. Le RGPD a inauguré une nouvelle ère qui a renforcé la sensibilisation à l’importance de la protection et l’exploitation des données personnelles. Certains pays se sont inspirés du RGPD pour établir leurs propres réglementations. C’est le cas au Brésil et, dernièrement, en Californie avec l’adoption du CPRA (California Privacy Rights Act). D’autres nations suivent la même voie. Des mesures sont ainsi prises au Canada, en Chine et en Inde pour moderniser et compléter les législations locales en matière de droit à la vie privée et de protection des données. »

« Avec le renforcement de la protection des données privées et la possibilité pour les consommateurs d’agir sur leurs droits, les entreprises doivent se préparer à déployer des technologies adaptées et à mettre résolument en œuvre leurs programmes de protection des données afin de se conformer aux normes les plus exigeantes. Au-delà des amendes encourues, toute entreprise qui ne respecte pas la législation sur la confidentialité des données s’expose au risque de rompre la confiance avec ses clients. En investissant dans des capacités complètes de gestion de la confidentialité reposant sur la gouvernance des informations et sur l’automatisation, les entreprises peuvent intégrer la protection des données par défaut dans la conception de leurs produits et services et, ce faisant, satisfaire à leurs obligations réglementaires, s’éviter des pénalités pour non-conformité et, plus important encore, conserver la confiance de leurs clients. »


*Étude réalisée via Google Surveys en avril-mai 2020. À la demande d’OpenText, 12 000 consommateurs ont été interrogés anonymement en Allemagne, en Australie, au Canada, en Espagne, en France, au Royaume-Uni et à Singapour. Le panel français comprenait 2000 participants afin de donner un aperçu du point de vue des consommateurs sur la protection de la confidentialité des données pendant la crise du coronavirus.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants