Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Olaf Diehl, Aspera GmbH : Le marché français du SAM est en cours de maturation

juin 2016 par Marc Jacob

Aspera GmbH est une société allemande, fondée en 2000, spécialisée dans les solutions de gestion des actifs logiciels dit SAM. Son produit phare SmartTrack permet d’automatiser la gestion des droits exacts d’utilisation des produits donnant ainsi des rapports de conformité irréfutables. Olaf Diehl, son « Business Development & Operations » analyse le marché français. Pour lui, le marché français du SAM est en cours de maturation.

Global Security Mag : quelle est votre stratégie en France ?

Olaf Diehl : Aspera GmbH est en cours de développement sur le marché français. Notre société spécialiste du SAM cible les grandes entreprises qui ont environ 45.000 à 50.000 utilisateurs. Ces sociétés ont souvent des problèmes dénombrement des licences acquises et utilisées. Nos solutions doivent être le plus précises possible dans le dénombrement des licences pour éviter de sérieux problèmes avec les éditeurs. Nous faisons la liaison entre les responsables de l’IT et ceux qui gèrent les contrats de licences. La question est de savoir à chaque instant si les licences acquises sont en sous ou sur utilisation et surtout conformes aux contrats d’achats. Dans une organisation, pour qu’un projet de SAM aboutisse, il est nécessaire d’obtenir le support du management, il faut impliquer les gens des process et enfin il est nécessaire qu’une équipe technique s’investisse et acquière des outils techniques. Cette dernière s’appuiera sur les deux premiers points.

Global Security Mag : En fait, pouvez-vous nous expliquer quel est l’objectif premier du SAM ?

Olaf Diehl : Son objectif premier est ce que nous appelons la Compliance. C’est à dire comment on réduit les risques en cas d’audit des grands fournisseurs de logiciels comme Microsoft, Oracle, SAP... Ce risque aujourd’hui est d’autant plus élevé qu’en temps de crise les éditeurs sont plus vigilants sur les contrôles d’utilisation des licences.

Global Security Mag : Quelle est la différence entre le marché français et les autres marché européen dans le domaine du SAM ?

Olaf Diehl : En Allemagne, le marché est assez mûr. Les entreprises allemandes ont attaqué cette problématique par le côté technique. Dans ce pays, nous avons des primo-adopteurs. Ils souhaitaient avoir un système de SAM complet. Au Royaume Uni, nous avons aussi beaucoup de Primo-adopteurs. Aussi en Allemagne comme au Royaume-Uni, de même qu’en Suisse et dans les pays nordiques ce marché est mature. En France, le marché est en cours de maturation. Par contre tout dépend des secteurs d’activité. Par exemple dans les banques on est assez avancé sur ce sujet, de même que dans tous les secteurs très réglementés. En France, il y a des approches intelligentes de ce type de solutions avec souvent des feuilles Excel et une approche plus manuelle. Aujourd’hui l’approche à l’aide d’outils automatisés commence à émerger. En France nous sommes dans une phase intéressante où les entreprises sont en train de collecter des informations sur ce marché avant de passer à la phase d’action. Cette situation va nous permettre de nous développer sur ce marché.

Les technologies de SAM peuvent être soit internalisées soit externalisées avec des intégrateurs. En France, très souvent les entreprises utilisent les services d’entreprises extérieures avant de passer dans un second temps voire parfois en parallèle à l’acquisition de produits. À la différence du marché allemand où les entreprises avaient au départ acheté les outils puis avaient eu recours à des sociétés de services. Aujourd’hui en Allemagne on a une combinatoire avec des services externes, des outils, des équipes internes. L’approche française se sert donc des expériences allemandes pour déployer de manière optimale des outils de SAM. Actuellement, l’approche qui prédomine pour déployer du SAM, est celle du risque. Dans les entreprises qui n’utilisent pas d’outils de SAM, on a une approche plus complexe pour le calcul des licences. Avec un outil comme le nôtre, ils ont une vision globale. Il faut aussi préciser que notre technologie prend en compte les changements de calcul des licences par les éditeurs ce que ne font jamais les clients finaux. Ceci est un atout important pour nos clients.

Nous avons lancé récemment un outil de simulation. En cas de changement de l’infrastructure cette solution offre la possibilité d’anticiper les coûts potentiels de licences. Elle permet de ne plus subir les évolutions et d’optimiser les achats de licences.

Nous revendiquons note indépendance vis à vis des éditeurs de logiciel et notre orientation uniquement vers les clients.

Nous savons que lorsque le marché est en croissance les entreprises investissent dans du software.

Global Security Mag : L’adoption massive du Cloud annoncée, va-t-elle faire évoluer votre métier ?

Olaf Diehl : Avec le cloud les modèles vont changer toutefois ils ne vont pas fondamentalement évoluer dans un premier temps. C’est un peu comme lorsque l’on avait dit que les Mainframe allaient disparaître. Dans tous les cas il y aura toujours besoin de compter les licences utilisées. Dans tous les cas les éditeurs de softwares vont toujours vouloir maintenir leur niveau de revenu et de l’autre cotés les entreprises vont vouloir minimiser leurs coûts il faudra donc un arbitre. Toutefois, les clients restent toujours maître du jeu du calcul de l’utilisation et de déclarer ou non les sur utilisations des licences.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants