Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Nutanix Enterprise Cloud Index 2018 : 70% des entreprises françaises déçues du cloud public avec des budgets dépassés dans 41% des cas

novembre 2018 par le cabinet VansonBourne pour Nutanix

Une étude mondiale réalisée par le cabinet VansonBourne pour Nutanix, révèle que les entreprises françaises interrogées prévoient de multiplier par trois la quantité des charges de travail tournant sur des infrastructures hybrides d’ici 12 à 24 mois.

Nutanix, un leader du cloud computing d’entreprise présente aujourd’hui son étude Cloud Entreprise Index réalisée par le cabinet VansonBourne. Selon la première édition de cet index 91% des décideurs IT interrogés déclarent que le déploiement sur du cloud hybride répond idéalement à leurs besoins en termes d’infrastructure. Ils ne sont toutefois que 18% avoir déployé une infrastructure hybride aujourd’hui.

Pour réaliser cet index, le cabinet d’études américain VansonBourne a interrogé 2 300 décideurs IT à travers le monde (les Amériques, l’Europe, le Moyen Orient, l’Afrique (EMEA) et l’Asie Pacifique (APJ) sur la deuxième partie de l’année 2018 pour dresser un état des lieux multi-pays de l’utilisation des clouds public, privé et hybride et de leur devenir.

Selon l’index du cloud entreprise publié, seules 42% des entreprises dans le monde déclarent que le cloud public a répondu à leurs besoins. En France, ce chiffre chute de 12 points et passe à 30% d’utilisateurs. Dans 35% des cas, les décideurs interrogés qui ont une infrastructure de cloud public soulignent avoir dépassé les budgets initialement prévus. En France, le dépassement budgétaire en mode cloud public dépasse la moyenne globale et atteint les 41%.

Dans l’hexagone comme au niveau mondial et européen, les entreprises prévoient ainsi de massivements se tourner vers le cloud hybride. Le pourcentage de charge de travail tournant sur ce type d’infrastructure sera multiplié par trois d’ici 12 à 24 mois. La zone EMEA devrait d’ailleurs dépasser le continent américain en matière d’adoption du cloud hybride dans les deux années à venir.

Le rapport met également en évidence ces critères :

- Le cloud hybride est le plus indiqué pour répondre aux enjeux business : Dans le monde, 87% des personnes interrogées ont déclaré que le cloud hybride avait un impact positif sur leurs entreprises.
- La sécurité, une priorité : Parmi les personnes interrogées dans le rapport global, 71% ont classé la sécurité des données et la réglementation en tant que facteur déterminant pour choisir où déployer leurs charges de travail. Viennent ensuite les performances avec 62%, la facilité de gestion avec 53% et les coûts avec 52%.
- Les développeurs applicatifs contournent l’IT : 57% des personnes interrogées ont déclaré que leurs développeurs contournaient les systèmes informatiques pour décider du lieu d’exécution des applications, ce qui mettait l’organisation en danger.
- Des talents hybride IT difficiles à trouver : Malgré une évolution claire de l’IT vers un modèle hybride, les répondants affirment que la pénurie d’experts dans ce domaine est un défi. 54% affirment que la rétention des talents est une partie du problème.

Plus spécifiquement, sur le marché français, l’Enterprise Cloud Index commandité par Nutanix montre que :

- Les infrastructures traditionnelles et le cloud privé sont très représentés : plus des deux tiers des charges de travails des entreprises françaises tournent sur des datacenter traditionnels (48%) ou des cloud privé (39%). Les clouds hybrides et public sont donc très minoritaire.
- Le cloud public est cher et ne répond pas à toutes les attentes : Plus que partout ailleurs dans le monde, les entreprises, françaises ont été déçues de leurs utilisations du cloud public. Ainsi, seules 30% d’entre elles affirment que ce dernier a répondu à leurs attentes quand, dans le monde, 42% des entreprises se sont dites satisfaites de leur utilisation du cloud public. 41% des sondés français déclarent par ailleurs avoir dépassé les budgets initialement prévus pour leur utilisation du cloud public. Soit 5 points de plus que dans le monde.

Face à ces différents constats, les entreprises françaises semblent se tourner massivement vers le cloud hybride. Ces dernières assurent que d’ici 12 à 24 mois, 40% de leurs charges de travail tourneront sur des infrastructures regroupant clouds public et privé. Inversement, la part des charges fonctionnant sur des datacenters traditionnels et des clouds privés va drastiquement baisser et supporter moins d’un tier des charges à la même échéance.

Malgré, la tendance qui émerge en faveur du cloud hybride cette étude indique que le cloud public devrait continuer de jouir d’une certaine aura, surtout pour les déploiements multi fournisseurs. Si le pourcentage de charges de travail, tournant sur des infrastructures publiques uniques va baisser de 5 points et passer à 10%, celui des charges fonctionnant sur des infrastructures publiques regroupant plusieurs acteurs va doubler et passer à 22%.

« Alors que les entreprises exigent une mobilité et une interopérabilité des applications de plus en plus strictes, elles tendent à adopter une infrastructure hybride », a déclaré Ben Gibson, CMO de Nutanix. « Si l’avènement du cloud public a accru l’efficacité de l’informatique dans certains domaines, les fonctionnalités de cloud hybride constituent l’étape suivante pour fournir la possibilité de provisionner et de gérer de manière dynamique des applications en fonction des besoins de l’entreprise ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants