Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

NTT Ltd. et Cisco étendent le projet Connected Conservation au Kenya afin de protéger les espèces locales

juillet 2020 par Marc Jacob

NTT Ltd. et Cisco annoncent l’extension du projet Connected Conservation au nord du Kenya. Le projet va venir en aide à six réserves naturelles couvrant plus de 25 000 hectares et habitées par 14 % des rhinocéros du pays.

Connected Conservation apporte une protection à la faune sauvage et aux personnes chargées de sa sécurité, grâce à des technologies telles que les portails LoRA WAN et les antennes radios, pour former un réseau de réserves naturelles, des capteurs, des caméras de vidéosurveillance et une infrastructure de panneaux solaires fiable. Ces technologies permettent d’identifier toute activité suspecte ou illicite avant que les animaux ne soient en danger. Le projet a démarré par une phase pilote dans une réserve animalière privée voisine du parc national Kruger en Afrique du Sud, réduisant ainsi le braconnage de rhinocéros de 96 % au cours des deux premières années de son installation. L’initiateur en a été Bruce Watson, l’un des fondateurs de Dimension Data, désormais intégrée à NTT Ltd.

En dépit du grand succès du projet en Afrique du Sud, qui a permis de diminuer de manière significative le braconnage, selon les estimations, un rhinocéros est abattu toutes les 15 heures sur le seul continent africain. La faune sauvage subit aussi des menaces croissantes en raison des fortes réductions d’effectifs de gardes des réserves, de la baisse du nombre de patrouilles, ainsi que d’un recul du tourisme dû à la pandémie de Covid-19. Tandis que ce projet crée des emplois pour les populations locales et forme les gardes à l’utilisation de nouvelles technologies, NTT Ltd. et Cisco pensent que celui-ci continuera à venir en aide aux gardes qui se voient contraints d’opérer en effectif réduit durant cette période de crise.

Grâce aux nouvelles technologies, les gardes disposent d’une visibilité sur l’ensemble de la réserve et, lorsqu’une alarme se déclenche, ils peuvent réagir rapidement pour contrer toute activité suspecte dans une zone particulière. Cela permet aux réserves de surveiller une superficie étendue et de laisser les animaux libres de leurs mouvements sans courir de risques. Un logiciel en ligne, Earthranger, permets aux gardes de collecter, d’intégrer et de présenter toutes les informations disponibles en provenance d’une réserve, leur permettant de garder une trace des précédents incidents, et d’y répondre de façon adéquate et en temps utile. Cela signifie qu’ils peuvent intercepter des braconniers rapidement mais aussi aider les populations locales en cas de conflit avec des animaux avant que la situation ne les menace.

Une technologie de transmission des données par radio, à longue portée, à faible consommation d’énergie et sécurisée, sera utilisée à terme pour connecter les six réserves à distance, permettant ainsi aux gardes de communiquer entre eux en cas de comportement suspect. Toutes les informations provenant de chaque réserve seront regroupées au sein du centre opérationnel commun principal par le biais d’un réseau point à multipoint. La retransmission vidéo en direct ainsi que l’infrastructure de panneaux solaires fiable et de mâts permettent de communiquer.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants