Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique





















Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

NBS System : La sécurité informatique, un enjeu méconnu et sous-estimé

février 2015 par NBS System

Avec l’actualité de ce début 2015, la sécurité informatique devient un sujet dont beaucoup de monde parle. Cependant, l’immense majorité des entreprises ne connaissent pas l’étendue des risques liés à la sécurité de leur site.

Elles ne savent pas, à proprement parler, ce qu’implique le terme de « piratage ». Beaucoup d’entre elles s’imaginent, à tort, être à l’abri car leur site n’est pas très connu, ou qu’il ne contient pas de données sensibles…

Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la sécurité concerne tout le monde et que les attaques n’arrivent pas qu’aux autres. Si certaines sont ciblées (par exemple celle de Sony en 2014), la majorité des pirates fonctionnent par pur opportunisme.

On peut faire l’analogie suivante : l’Internet est un gigantesque parking, où chaque site est une voiture. Les personnes mal intentionnées n’ont qu’à passer parmi elles et essayer d’ouvrir les portières pour en trouver une qui ne soit pas fermée afin de la voler. Peu d’entre eux vont utiliser des outils pour cibler une voiture en particulier ; ils n’ont pas besoin de connaissances techniques pour essayer d’ouvrir des portières. Ils voleront toutes les voitures ouvertes à leur disposition, quelle que soient leur marque ou leur prix.

Les pirates informatiques fonctionnent de la même manière. Ils vont passer en revue tous les sites web en espérant trouver une faille sur l’un d’eux pour investir le site.
• Ils n’ont pas nécessairement besoin de compétences techniques.
• Il existe de nombreux outils informatiques (légaux ou non) leur permettant de scanner la toile et de repérer très facilement des vulnérabilités.
• Ils visent large pour être sûrs de toucher le plus de cibles possible.

C’est également pourquoi la taille ou la renommée du site importent peu ; s’il y a une faille sur votre site, il sera piraté un jour ou l’autre.

Il est important que les entreprises se rendent compte qu’on ne peut jamais garantir la sécurité de son site à 100% et encore moins la qualité de son code. _ En effet, même si le code est écrit par des professionnels très doués, ces derniers sont rarement experts en sécurité et restent, malgré tout, des humains : des êtres faillibles. Il faut donc rester humble ; il n’existe pas de code parfait et tous les développeurs sont voués à faire des erreurs. Par exemple, en 1996, la fusée Ariane a explosé en vol à cause d’une erreur de programmation, autrement dit une erreur de code. C’est la preuve que même l’ESA (Agence Spatiale Européenne), dont les membres sont très compétents et parmi les meilleurs mondiaux, n’est pas infaillible. Votre développeur peut-il se targuer d’avoir le même niveau de compétences ?

Aujourd’hui sur Internet il y a des millions, voire des milliards, de failles existantes et pas encore découvertes ; c’est une certitude ! L’une, voire plusieurs d’entre elles est peut-être sur votre site, ou bien sur l’un de ceux que vous consultez régulièrement… L’enjeu est donc de prendre conscience de cette situation, et de se protéger afin d’éviter les attaques qui, nous le rappelons, peuvent toucher tous les types de sites, et ont des répercussions importantes sur l’image de l’entreprise et ses bénéfices.

1. Le piratage, comment ça marche ?

Il peut être très facile d’accéder aux données d’un site web via une faille. Or, accéder aux données, c’est accéder au serveur sur lequel est hébergé le site, c’est-à-dire la machine contenant toutes les informations et ressources utilisées pour le fonctionnement du site. Il existe de très nombreux moyens d’y arriver ; nous allons ici détailler l’un de ces moyens, très simple, appelé l’énumération d’identifiants.
Imaginons le site web « http://www.monsiteweb.com », site web d’une compagnie d’assurance. Pour pouvoir utiliser l’interface, le visiteur doit s’identifier et créer un compte, comprenant ses informations (telles que nom, prénom, adresse, etc…). La base de données lui administrera alors un identifiant : 12345678 par exemple.
Une fois identifié, si le visiteur souhaite modifier son adresse suite à un déménagement, il se rendra sur la page des paramètres de son compte. Dans de nombreux cas, peut-être le vôtre, le site affiche dans son URL l’identifiant du client :

Imaginons maintenant que le visiteur soit un pirate. Grâce à la présence de l’identifiant dans l’URL, il trouvera sur cette page uniquement les informations le concernant ; il comprend donc que pour les autres utilisateurs, le fonctionnement est identique. S’il modifie l’identifiant dans la barre d’adresse, en remplaçant le 8 à la fin par un 9 par exemple, et que le code source du site contient une faille et ne bloque pas sa requête, il aura accès aux informations correspondant au compte n°12345679.
Mais s’il a accès à ce compte, cela signifie qu’il a potentiellement accès à tous les autres comptes et donc à la base de données du site toute entière. Rien qu’avec la barre d’adresse, il est donc possible d’accéder à un serveur et de contourner sa sécurité. Cela peut être aussi simple que cela. Un adolescent aujourd’hui peut avoir les compétences suffisantes pour mettre en œuvre cette attaque ! De nombreux tutoriels existent même sur Youtube permettant à n’importe qui d’acquérir les connaissances de base pour mettre en place des attaques simples de ce genre.

Résultats pour une recherche de type « hacker un site web » sur Youtube

Bien qu’il existe de nombreuses autres techniques plus complexes, celle décrite ci-dessus fait partie d’un grand nombre de méthodes triviales et à la portée de tous…
Il est important de comprendre cela car une fois que le pirate a accès à la machine, il peut élever ses privilèges et obtenir autant de pouvoir que l’administrateur de celle-ci. C’est-à-dire qu’il pourra littéralement faire tout ce qu’il souhaite avec les informations et les ressources à sa disposition. Il existe plusieurs types d’attaques, chacune avec des objectifs et des impacts différents, mais aux conséquences toujours graves.

2. Les différents types d’attaque

2.1. Défiguration d’un site web
C’est le type d’attaque le plus visible, même si c’est techniquement le moins dangereux. La défiguration ou défacement de site web (defacing en anglais) consiste à modifier une ou plusieurs pages d’un site, par exemple la page d’accueil, en la remplaçant par une image, du texte...
Ces attaques sont plutôt simples à réaliser et ne nécessitent pas de compétences techniques très développées. Les pirates utilisent simplement un outil scannant les sites un par un et repérant des vulnérabilités afin de les exploiter grossièrement.
En général, la page de remplacement affichée pendant l’attaque contient le nom du pirate et un message. En effet, par ces défigurations les pirates cherchent uniquement leur visibilité. Ils souhaitent faire passer un message en général politique, ou bien veulent de la reconnaissance. Plus de 20 000 sites, dans le cadre de l’opération OpFrance, se sont fait pirater de cette manière. L’opération a commencé le 18 janvier mais aujourd’hui encore, certains sites affectés sont toujours en maintenance.
Si ces attaques ne sont pas dangereuses sur le long terme, elles ont un gros impact en termes d’image pour le site attaqué.

Un exemple de visuel utilisé dans le cadre de l’opération OpFrance (www.monherberie.fr, www.paristech.fr...)

2.2. L’exploitation des ressources d’un site web
Les attaques que nous allons décrire dans ce point et les points suivants sont beaucoup plus dangereuses, notamment parce qu’elles ne sont pas facilement repérables par le site attaqué. Si vous subissez une attaque, dans 90% des cas vous en serez informé par un tiers (source : 2012 data breach investigations report, Verizon, 2012) ; ce sont soit les autorités, soit un client, partenaire ou prestataire qui aura été une victime indirecte de l’attaque subie. Cela cause en général une énorme chute de confiance en l’entreprise. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle, comme montré sur la figure 1 le délai de découverte de plus de la moitié des attaques se compte en mois.

Figure 1. Périodes concernées par les conséquences d’une attaque, par pourcentage d’attaques. Source : 2012 data breach investigations report, Verizon, 2012 Dans le cas de l’exploitation des ressources d’un site web, tout est dans le titre. Le pirate, ayant gagné accès au serveur du site, va utiliser les ressources de la machine correspondante (processeur, mémoire, bande passante) pour son propre compte. Il pourra cependant rester dans l’anonymat et se prémunir des risques légaux, puisque c’est le site web piraté qui sera légalement responsable des actions effectuées avec ses ressources. En l’occurrence, le pirate va souvent les revendre, pour plusieurs usages : l’envoi de SPAM, les DoS (attaque par déni de service, empêchant l’accès à un site), le déchiffrement de données et les boutiques fantôme.

2.2.1. L’envoi de SPAM
Il faut savoir que chaque machine possède une adresse IP qui lui est propre, et que l’on fait correspondre au(x) site(s) web hébergés dessus. Quand trop d’e-mails sont envoyés depuis une machine, celle-ci est « marquée » comme malveillante et les envois sont bloqués. En envoyant les courriers SPAM depuis l’adresse IP du/des sites piratés, l’envoi se fera sans blocage. Ainsi, utiliser l’IP d’une autre machine en achetant ses ressources est un moyen de contourner cela, jusqu’à ce que la/les machine(s) piratée(s) soit elle aussi considérée comme malveillante…

Si cela vous arrive, vous ne pourrez plus envoyer aucun e-mail depuis votre nom de domaine ou votre adresse IP. Votre hébergeur aura également la possibilité de clôturer votre compte.
De plus, légalement, le spamming peut être puni de 5 ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende (Article 226-18-1 du Code Pénal). 2.2.2. Les DoS
Dans le cas des DoS, l’utilisation d’une machine infectée permet l’anonymat de la personne ayant commandé une attaque DoS vers une cible tierce, ou de multiplier la puissance de l’attaque en y ajoutant les ressources d’un ou plusieurs autres ordinateurs. Ici, le but est purement lucratif. Là encore, les sanctions légales sont importantes : selon l’article 323-2 du Code Pénal, « le fait d’entraver ou de fausser le fonctionnement d’un système de traitement automatisé de données est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende ».

2.2.3. Le déchiffrement de données ou mots de passe
Il est également possible d’utiliser les ressources du serveur infecté comme puissance de calcul afin de deviner des mots de passe ou déchiffrer des données, via la méthode bruteforce. Il s’agit de faire tester à une machine toutes les combinaisons possibles jusqu’à tomber sur la bonne. Plus le nombre de machines utilisées augmente, plus les ressources sont importantes, et donc plus le temps de résolution sera court. Ici, le but est majoritairement la récupération de données, pour les utiliser ou les revendre (ce type d’attaque sera traité plus tard dans l’article).
Dans les trois cas cités, le but du pirate est de prendre le contrôle d’un maximum de machines pour monnayer ces ressources.

2.2.4. Les boutiques fantôme
Enfin, certains pirates créent pour leur usage personnel, sur un site de e-commerce piraté, une « boutique fantôme ». Ils créent en réalité une nouvelle page, invisible pour les visiteurs normaux et pour l’entreprise, où ils installent leur boutique, en général de produits illicites ou obtenus illicitement. Ainsi, seuls les « connaisseurs » ont accès à cette boutique cachée, via l’URL qu’ils tapent directement. Ici également, le but est lucratif.
Dans tous les cas, le possesseur du site piraté est légalement responsable, même s’il n’est pas au courant de ce qui se trame dans son dos. C’est aussi très mauvais pour son image. Pour faire une analogie, c’est comme si un gérant découvrait, dans la cave de son restaurant de prestige, un réseau de prostitution. Même si le restaurant ignorait que sa cave était utilisée ainsi et que les organisateurs avaient fait forger une clé, il serait légalement responsable et son image en pâtirait.
Dans une moindre mesure, l’utilisation des ressources d’un site par un pirate peut également faire ralentir le site en question, qui aura moins de ressources à disposition pour satisfaire ses visiteurs légitimes. Cela peut avoir des conséquences très importantes : une perte de crédibilité pour un site institutionnel, une perte éventuelle de clients pour les industriels, une perte de revenus potentiels pour les e-Commerçants (57% des acheteurs en ligne abandonnent un site sur lequel ils ont l’intention d’effectuer un achat si la page met plus de 3 secondes à charger).

2.3. Attaque de données et confidentialité

2.3.1. Attaque sur les utilisateurs du site
Une fois qu’un pirate a pris possession d’un site, il peut modifier son code source. Il a donc notamment la possibilité de rajouter dans ce code source une « commande » qui cause le téléchargement d’un malware, ou virus, sur les appareils des visiteurs du site (ordinateur, tablette, smartphone…). Ce virus permettra au pirate de prendre le contrôle de ces appareils ou de récupérer leurs données. C’est un bon moyen pour le pirate d’augmenter facilement et rapidement son parc de machines. Là encore, cela donne une très mauvaise image du site, qui va perdre énormément de visiteurs, d’autant plus si c’est l’un d’entre eux qui révèle l’attaque suite à l’utilisation frauduleuse de ses données. De plus, un moteur de recherche tel que Google identifiera le site comme malveillant et agira en conséquence sur son référencement. Le moteur de recherche va prévenir les visiteurs que le site est douteux, ou même complétement leur bloquer l’entrée au site si la connexion n’est pas sécurisée.

2.3.2. Ciblage des codes sources
Avant d’explorer le sujet de la récupération des bases de données, arrêtons-nous sur un autre type de vol, moins connu : le vol de code source. En effet, certains sites web contiennent des codes source sensibles ou d’excellente qualité, qu’ils ne souhaitent pas voir dévoilés ou utilisés par un tiers ; c’est en réalité un vol de leur expertise. Un pirate peut par exemple créer une copie du site pour l’utiliser à des fins malveillantes, simplement imiter sa mise en page... Il va utiliser un code de qualité sans payer au développeur du code tout le travail de création, qui peut avoir été très long. Même si ce vol n’est pas aussi grave que celui d’un ensemble de numéros de carte bleue, il reste important à noter.

2.3.3. Vol de bases de données
L’une des plus grandes peurs des entreprises, à raison, est le vol de leur base de données. Enormément d’informations peuvent être récupérées : nom, prénom, informations familiales, nom des enfants et du conjoint, âge, numéros de carte bancaire, de carte d’identité, de sécurité sociale, habitudes d’achats… C’est ce qu’a vécu la compagnie d’assurances américaine Anthem Inc, d’après un communiqué du 4 février 2015 : des pirates informatiques ont récupéré les noms, dates de naissance, numéros de sécurité sociale, adresse, numéro de téléphone, e-mail et informations professionnelles d’environ 70 millions de clients. On entend régulièrement parler de ce type d’attaques, ce n’est que la dernière en date officiellement divulguée.
Il est par exemple tout à fait possible de déterminer, via un site de réservations, quand une famille part en vacances afin de pouvoir aller cambrioler sa maison au bon moment. Cela se fait beaucoup actuellement et ces informations s’achètent facilement auprès des pirates. En fait, en recoupant plusieurs sources, on peut facilement tout savoir sur n’importe qui.

De plus, si un utilisateur s’enregistre sur un site piraté via un compte de réseau social (Facebook, Twitter…), le pirate aura également accès au compte en question, sur lequel il pourra publier du contenu non approuvé. Les pirates peuvent également usurper l’identité des personnes présentes sur la base de données. Ils peuvent par exemple envoyer des e-mails en leur nom, à leurs amis, afin de tenter d’infecter leurs machines et d’en prendre le contrôle. _ Il n’y a aucune limite à ce qu’un pirate en possession de ces informations peut faire.
Là encore, c’est l’image du site qui est très affectée, et au-delà l’entreprise. Selon les Echos, en France, une entreprise perd en moyenne 4,5% de ses clients lorsqu’il est découvert qu’un incident a touché l’intégralité de ces données.

2.4. Fraude au paiement
Quand un pirate contrôle une machine, il peut y déposer un programme qui regarde et enregistre tout ce qu’il se passe sur le site correspondant. Ce programme est invisible sans analyse poussée du code source ; il est donc tout à fait possible que l’un d’entre eux soit déjà présent sur votre site. Il a ainsi accès aux identifiants et codes de tous les clients se connectant (ce qui constitue également un vol de données).
Il peut aussi prendre une commission sur toutes les transactions, ou même rediriger certains paiements vers son compte plutôt que celui de l’e-commerçant ; c’est ici du vol pur et simple.
Il lui est également possible de faire du shoplifting : le pirate va utiliser une faille pour ne pas payer le prix demandé par le commerçant, mais un prix qu’il aura fixé lui-même. Il pourra donc payer 1 € un produit qui vaut en réalité 200€. La transaction ayant été complétée sans problème à cause de la faille, l’e-commerçant recevra une confirmation de paiement sans erreur et ne se rendra compte de l’arnaque que trop tard. Une faille de ce type concernant les paiements via Paypal sous la plateforme Magento a d’ailleurs été révélée en 2012. Cette faille a bien sûr été corrigée depuis. Le but ici est très clair : l’argent. C’est le moyen le plus direct pour un pirate d’en gagner.

2.5. Intrusion Il est possible d’aller encore plus loin et de ne pas se limiter aux actions touchant le site web. Un pirate peut facilement atteindre le serveur interne de votre entreprise via celui de votre site internet. C’est ce que l’on appelle les attaques par rebond.
En fait, le serveur interne (physique) est souvent relié au serveur hébergeant le site internet via un tunnel VPN. Il s’agit d’une connexion (physique ou virtuelle) transmettant des données chiffrées, permettant au site web d’accéder à des informations contenues dans le serveur interne (par exemple, la base de données clients). Les entreprises s’imaginent que le chiffrement de leurs données suffit à protéger leur Intranet, et que dans le pire des cas seul leur site internet sera piraté.
Mais par l’intermédiaire de nombreux rebonds, il est tout à fait possible d’arriver jusqu’au serveur interne.

Ce risque n’est absolument pas hypothétique. Par exemple, Target a subi en 2014 un vol de données, touchant environ 100 millions de clients via son fournisseur de climatisation. Ce prestataire avait en effet accès au serveur interne de Target pour pouvoir réguler la température des locaux ; il a été la porte d’entrée du pirate.
Il s’agit donc ici d’avoir accès à toutes les informations sur l’entreprise, ses clients, ses locaux, ses employés…
Cela peut même aller jusqu’à l’atteinte physique de l’entreprise : au-delà des données privées et sensibles contenues dans l’Intranet, un pirate peut, par exemple, obtenir le chiffrage des badges d’accès aux locaux et ainsi en créer d’autres, laisser les portes ouvertes, fermer l’accès à tous les badges déjà existants… Cela peut également se traduire par la prise de contrôle du réseau interne : mainmise sur le service téléphonique, accès à l’ensemble des dossiers de l’entreprise (données confidentielles, stratégiques, RH…)

Toutes ces attaques et, en général, le contrôle d’une machine correspondant à un site internet par un pirate peuvent causer la faillite d’une entreprise. C’est ce qui est arrivé à la société MtGox, plateforme d’échange de monnaie virtuelle Bitcoin, après qu’une attaque informatique a causé la disparition de 750 000 bitcoins de clients et 100 000 appartenant à la société. Elle a déposé le bilan en février 2014.

3. Les solutions pour protéger votre entreprise

Nous espérons que cet article vous a fait comprendre que toutes les entreprises et tous les sites sont vulnérables aux attaques, et que la sécurité n’est plus un « bonus » à remettre à plus tard, mais bien une nécessité urgente.
Heureusement, il existe des solutions pour se prémunir efficacement contre ces attaques. Prenons l’exemple de CerberHost, une solution développée par NBS System. C’est un Cloud privé de très haute sécurité, composé de 8 couches de protection logicielles et humaines, dont le périmètre de sécurisation s’étend du site web au matériel physique, en passant par les bases de données, l’applicatif, le réseau… Il garantit la sécurité des sites à 99,9%, grâce à une amélioration continue permise par l’équipe R&D. En effet, ces solutions doivent toujours s’adapter pour intégrer les nouveaux types d’attaques, dans un contexte toujours en évolution.

L’objectif, avec ce type de solutions, est de protéger les sites contre tous les cas possibles via une sécurisation optimale et en rendant les attaques trop chère, pénibles ou complexes afin de décourager les pirates et les faire changer de cible. Il est important de mettre votre site entre les mains de personnes compétentes et surtout spécialisées en sécurité, pour le bien de votre entreprise comme celui de vos clients.

Pour en savoir plus : https://www.nbs-system.com/hebergem...




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants