Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Mettre fin aux ransomwares pour bâtir un monde plus sûr

juillet 2020 par Kaspersky

Avec plus de 140 familles de ransomwares découvertes et décryptées, No More Ransom fête son quatrième anniversaire.

Alors que les attaques par ransomwares sont plus que jamais d’actualité et ne cessent de se multiplier, à l’image du cas récent de Garmin, l’initiative No More Ransom, co-fondée par Kaspersky, fête ses 4 ans et fait un état des lieux de ses actions : 4,2 millions de téléchargement des outils, plus de 632 millions de dollars de sauvés des mains des cybercriminel et de plus en plus de partenaires dans le monde.

Lancée en juillet 2016 par la police nationale néerlandaise, Europol, McAfee et Kaspersky, l’initiative No More Ransom compte aujourd’hui 163 partenaires dans le monde. Le portail a ajouté 28 nouveaux outils l’année dernière et peut désormais décrypter jusqu’à 140 types d’infections produits par des rançongiciels. Le portail est disponible en 36 langues.

Au cours des deux années qui viennent de s’écouler, les solutions de décryptage de Kaspersky, publiées sur le site web de NoMoreRansom, ont été téléchargées plus de 216 000 fois. Parmi celles-ci, les deux décrypteurs les plus populaires étaient WildFireDecryptor et CoinVaultDecryptor. Tous deux visent à aider les victimes ciblées par des ransomwares à récupérer leurs données.

Célébrant son quatrième anniversaire ce mois-ci, le dépôt d’outils de décryptage No More Ransom a enregistré plus de 4 millions de visiteurs de 188 pays différents depuis son lancement et a permis d’empêcher que l’équivalent de 632 millions de dollars ne finissent dans les poches de criminels.

« Le succès de l’initiative No More Ransom est dû à un travail commun des services de police et du secteur privé. En unissant nos forces, nous renforçons notre capacité à lutter contre les criminels et à faire en sorte qu’il leur soit plus difficile de porter atteinte aussi bien aux individus, qu’aux entreprises et aux infrastructures. L’omniprésence des ransomwares dans le paysage des menaces informatiques prouve néanmoins qu’il reste encore du travail vers la protection des utilisateurs et à mon sens, la collaboration entre les acteurs du public et du privé est indispensable pour lutter contre cette forme de criminalité. Dans le cas des ransomwares, la prévention prévaut sur le traitement, car une fois infectée, une entreprise n’a que très peu de chance de recouvrer ses données. Il est très important de garder en tête que si vous êtes victimes d’une attaque, il ne faut surtout pas payer la rançon, mais prévenir la police. En effet, tant que les entreprises paieront, les attaques perdureront. » explique Tanguy de Coatpont, DG de Kaspersky France, Afrique du Nord, de l’Ouest et Centrale.

Parmi les nouvelles façons d’extorquer de l’argent via des malwares se retrouve l’exploitation de mots de passe peu fiables pour les protocoles de bureau à distance (RDP) et le lancement à distance du décrypteur.

À cet égard, il est extrêmement important pour tous les utilisateurs d’utiliser des mots de passe forts pour sécuriser chaque compte, et il est également recommandé de ne pas autoriser l’accès ouvert via les RDP pour les connexions en ligne et de préférer une connexion au réseau d’entreprise via le VPN.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants