Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

MarkMonitor : Les brandjackers s’attaquent de plus en plus à la vente ligne de médicaments

septembre 2008 par Marc Jacob MarkMonitor

MarkMonitor®, spécialiste de la protection des marques des entreprises, publie son dernier Brandjacking Index™, qui révèle que les brandjackers s’attaquent de plus en plus aux marques pharmaceutiques réputées. Ces pratiques mettent en danger les consommateurs et compromet les canaux de distribution, utilisés de manière illicite pour la vente de médicaments par des pharmacies en ligne et des sites de commerce douteux. Le rapport constate également que le cybersquatting des marques a atteint un niveau record et que le phishing cible pour la première fois un nombre accru d’organisations variées.

« Notre rapport annuel met le doigt sur la gravité de la situation : le nombre de consommateurs cherchant à faire des économies en achetant des produits pharmaceutiques sur le Web est en hausse constante, tandis que les escrocs utilisent la perte de contrôle dans la vente en ligne de médicaments de manière toujours plus offensive », déclare Irfan Salim, président directeur général de MarkMonitor. « L’industrie pharmaceutique doit donc s’assurer que ces clients ne mettent pas leur vie en danger en achetant des médicaments contrefaits ou de qualité médiocre. »

Cette étude sur les médicaments, les canaux de distributions douteux et la publicité sur les moteurs de recherches pour le marché de l’industrie pharmaceutique en ligne est basée sur six grandes marques de médicaments : trois des plus connues selon le "Top 200 Brands 2007 des ventes américaines" réalisé par Drugs.com, et trois des plus populaires vendues en ligne. Les données sont analysées et comparées aux recherches menées par MarkMonitor en août 2007, fournissant ainsi un point de référence en matière de tendances.

Voici quelques exemples sélectionnés dans l’édition été 2008 du MarkMonitor Brandjacking Index :

La vente en ligne de contrefaçons, de produits périmés ou de médicaments issus du marché gris continue de croître au même rythme alors que le trafic vers des sites douteux a triplé grâce à des techniques de marketing de plus en plus offensives.

• Sur les 2986 pharmacies en ligne étudiées, seulement deux sont « Verified Internet Pharmacy Practice Sites » (VIPPS), une certification garantissant aux consommateurs la légitimité de ces pharmacies en ligne.

• Plus d’un tiers des pharmacies en ligne examinées dans le cadre de l’étude génèrent suffisamment de trafic pour entrer dans le classement Alexa (qui fournit des statistiques sur les sites Web mondiaux permettant de les classer selon une batterie de critères). Chacun de ces sites reçoit une moyenne de 99 000 visiteurs par jour, soit plus du triple de visiteurs quotidiens relevés en 2007. En utilisant les statistiques de l’industrie pour l’analyse du trafic et de la taille moyenne des commandes, MarkMonitor estime que ce commerce représente 12 milliards de dollars en ventes annuelles (soit environ 8,2 milliards d’euros) pour les six marques de médicaments étudiées, une augmentation de 4 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) par rapport à l’estimation 2007.

• La communication de ces pharmacies et de ces sites est de plus en plus agressive. MarkMonitor estime que les brandjackers dépensent 26 millions de dollars par an (17,9 millions d’euros) pour de la publicité sur les moteurs de recherche en n’utilisant que six mots-clés.

• Un échantillonnage représentatif des prix d’une marque populaire de médicaments montre un rabais moyen de 85 % pour les pharmacies illicites par rapport aux prix des pharmacies certifiées.

• 64 % de 2986 pharmacies étudiées ne garantissent pas la sécurité des données clients. Ce nombre a augmenté de 50 % par rapport à l’année dernière.

• 49 % des 2986 pharmacies étudiées sont hébergées aux Etats-Unis, suivis du Royaume-Uni (12%) et de l’Allemagne (9 %).

• Les sites marchands proposant des produits pharmaceutiques en grande quantité et au détail ainsi que la vente des principes actifs des produits sont en train de corrompre l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de médicaments. L’analyse de seulement 40 produits référencés sur des sites de commerce en ligne met le doigt sur un marché de gros pour les six marques étudiées de 30 millions de dollars (20,7 millions d’euros).

• 60 % des pharmacies identifiées en 2007 sont toujours en activité, alors que 59 % des sites BtoB identifiés en 2007 demeurent actifs.

Les brandjackers continuent de se concentrer sur le cybersquating des grandes marques, ainsi que sur les marques pharmaceutiques.

• Le cybersquatting – c’est-à-dire l’enregistrement de noms de domaine contenant le nom d’un produit, d’un slogan ou d’une marque déposée pour lesquels le registrant ne dispose pas des droits – des marques de médicaments a augmenté de 35 % pour l’année. Quant à la création de sites de commerce électronique promouvant ces produits pharmaceutiques, elle enregistre une progression de 66 % sur la même période.

• Avec 428 617 cas de cybersquatting au cours du deuxième trimestre 2008, les marques réputées continuent à être la cible de prédilection du brandjacking. Cette tendance connaît une croissance de 38 % par rapport à l’année précédente.

• Les médias et l’industrie automobile continuent d’être les secteurs les plus souvent ciblés par les brandjackers. L’industrie des médias a connu 41 797 cas de brandjacking au second trimestre 2008, une augmentation de 17 % depuis le second trimestre 2007. L’industrie automobile a connu 27 600 cas de brandjacking au second trimestre 2008, soit une augmentation de 60 % par rapport au second trimestre 2007.

• Le brandjacking de l’industrie de l’habillement a augmenté de 68 % cette année, la plus importante augmentation annuelle toutes catégories confondues. En parallèle, les attaques contre l’industrie du luxe ont augmenté de 30 % pour le trimestre, le taux le plus important de l’ensemble du secteur industriel.

• Trois sites sur quatre sont hébergés aux États-Unis, une augmentation de 55 % par rapport au premier trimestre 2008. L’Allemagne conserve sa seconde place avec 5 % des sites, tandis que la Chine est passée de la septième à la troisième position.

Les phishers (ou hameçonneurs) continuent de concentrer leur attention alternativement sur les sites d’enchères et les institutions financières. Notre étude révèle qu’un petit nombre d’entreprises représentent à elles seules 81 % des URL contrefaites.

• 35 % des 485 organisations visées par le phishing au second trimestre 2008 l’ont été pour la première fois. Le nombre total d’organisations ayant été la cible de phishing ce trimestre a augmenté de 19,5 % par rapport au trimestre précèdent et de 20% depuis l’année dernière.

• Les attaques de phishing contre les sites financiers ont augmenté de 66 % au second trimestre 2008 par rapport au 1er trimestre 2008, alors que les attaques de phishing contre les sites de vente aux enchères ont diminué de 50 %, ce qui démontre un changement cyclique des cibles visées par les attaques de phishing.

• 35% des sites de phishing sont hébergés aux États-Unis au second trimestre 2008 contre 67 % au second trimestre 2007. Les Etats-Unis continuent de détenir la première place des pays d’accueil, la Chine prenant la seconde place avec 8 % des sites de phishing.

Le Brandjacking Index est un rapport trimestriel indépendant produit par MarkMonitor, qui suit et analyse les abus subis par trente marques figurant dans l’étude réalisée par Interbrand. Le point fort de ce rapport est le volume de données publiques analysées par MarkMonitor à l’aide des algorithmes développés par l’entreprise ; aucune donnée client ni information confidentielles ne sont utilisées pour élaborer le Brandjacking Index. MarkMonitor étudie environ 134 millions d’enregistrements publics quotidiens afin de repérer les abus de marques dans les données de domaines ainsi que dans les données américaines et internationales du Bureau américain des brevets et des marques de commerce.

Les données relatives au phishing analysées par MarkMonitor reposent sur les flux des principaux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) internationaux, des fournisseurs de messageries électroniques et d’autres partenaires associés. L’entreprise a analysé des milliards de pages Web depuis novembre 2004 et traite quotidiennement jusqu’à 16 millions de courriers électroniques distincts soupçonnés de phishing.

L’édition estivale 2008 du Brandjacking Index se concentre sur les attaques contre les marques pharmaceutiques, et comprend également une enquête sur les pharmacies en ligne suspectes.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants