Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les services applicatifs, les impératifs du multi-Cloud et l’influence grandissante du DevOps auront un impact sur les entreprises de la région EMEA

janvier 2019 par F5

F5 Networks dévoile les résultats de son rapport State of Application Services (SOAS) 20191.

La 5è édition annuelle de ce rapport mondial unique en son genre, présente un paysage applicatif en rapide évolution qui tend à évoluer vers l’automatisation, à reposer sur le Cloud et à se montrer plus réceptif à la transformation numérique. Le rapport met également en lumière les défis opérationnels et sécuritaires les plus récents qu’impliquent ces tournants.

« Aujourd’hui considérées comme le bien le plus précieux des entreprises, les applications ont donné naissance à une nouvelle ère : celle du capital applicatif », explique Kara Sprague, vice-présidente directrice et directrice générale de la division des services applicatifs chez F5. « Ce nouveau rapport explore les approches adoptées par les entreprises dans le cadre de leur transformation numérique. Il explique comment elles optimisent les personnes, les processus et les systèmes utilisés pour développer, déployer et fournir des applications afin de bénéficier d’un avantage concurrentiel et d’un impact positif sur les revenus de l’entreprise. »

La course à la transformation numérique

Selon le rapport SOAS, les entreprises de la région EMEA considèrent la transformation numérique comme un levier stratégique majeur : jusqu’à 75 % des personnes interrogées opèrent la transformation, contre 68 % dans les autres régions.

Les entreprises de la région EMEA sont plus enclines à proposer des applications pour les clients mobiles (40 % contre 36 % dans les autres régions). 41 % indiquent que la transformation numérique les pousse à explorer de nouvelles architectures telles que la conteneurisation et les micro services.

La région EMEA attache aussi une grande importance à l’optimisation de l’IT, près de trois entreprises interrogées sur quatre (72 %) cherchant à profiter des opportunités offertes par les nouvelles technologies, contre 69 % dans les autres régions. Autres avantages clés attendus de la transformation numérique : l’optimisation des processus métiers (58 %) et une meilleure productivité des employés (53 %).

Les principales tendances qui auront un impact important sur les entreprises de la région EMEA au cours des deux à cinq prochaines années comprennent :
- le déploiement du Cloud public (48 % des personnes interrogées),
- le Software-Defined Networking (47 %)
- et l’analyse des menaces en temps réel (43 %).

À noter que, contrairement aux EU et à la région Asie-Pacifique, l’analyse du Big Data (41 %) ne figure pas parmi les trois principales priorités des entreprises de la région EMEA. Un phénomène qui est peut-être dû à l’entrée en vigueur du règlement général européen sur la protection des données (RGPD) et aux hésitations résultantes à l’égard du data mining.

DevOps : 62 % des personnes interrogées estiment qu’une approche « digital-first » change le mode de développement des applications

Cette tendance passe à 51 % dans les autres régions du monde. 46 % des entreprises de la région EMEA font état de changements positifs au niveau de la mise en production des applications, avec notamment des améliorations opérationnelles telles qu’une augmentation de la fréquence des versions.

Le rapport SOAS conclut que les besoins en matière de vitesse et d’innovation amènent le DevOps à travers le monde à se défaire de l’étiquette de facteur de différenciation stratégique pour adeptes précoces et à exercer un rôle influent sur l’activité de l’entreprise.

Le fait que 63 % des entreprises de la région EMEA implémentent désormais l’automatisation et l’orchestration chaque fois que possible dans leurs systèmes et processus informatiques est le signe de ce changement progressif. Ce pourcentage est légèrement supérieur à celui observé dans les autres régions du globe (61 %).

Le rapport SOAS note en outre que les silos internes commencent à disparaître et que les équipes interfonctionnelles sont mieux armées pour innover. Si elles veulent répondre aux changements rapides requis par les applications externes, les entreprises doivent impérativement automatiser et orchestrer les cycles de développement et de déploiement.

Les outils d’automatisation Cisco (52 %), VMware (53 %) et OpenStack (33 %) sont les plus prisés dans la région EMEA. S’ajoute aussi un ensemble de solutions open source (27 %). Parallèlement, les produits favoris du DevOps, comme Jenkins (21 %) et GitHub Enterprise (16 %), gagnent en popularité.

En matière d’automatisation et d’orchestration globales, la région EMEA est dominée par Python Scripts (59 % des personnes interrogées), Ansible (52 %), Puppet (27 %) et GitHub Enterprise (27 %).

Stratégie et sécurité multi-Cloud

45 % des personnes interrogées dans la région EMEA déterminent au cas par cas l’environnement Cloud le mieux adapté à chaque application, une tendance qui devrait s’accentuer et entraîner une montée en puissance du multi-Cloud.

Globalement, 42 % des entreprises de la région EMEA disent utiliser entre deux et six fournisseurs Cloud (contre 53 % dans les autres régions). 11 % entre sept et dix fournisseurs, et 4 % entre 11 et 20 fournisseurs. Plus d’un quart (28 %) des entreprises de la région EMEA évitent toute forme de services Cloud, en dehors du SaaS.

La question de la sécurité constitue le principal obstacle pour les entreprises n’envisageant pas de déployer leurs applications dans le Cloud public. Le plus grand défi du multi-Cloud identifié dans la région EMEA est la gestion des menaces existantes et émergentes (40 %), suivie par la conformité aux réglementations (31 %) et l’application de règles de sécurité cohérentes à l’ensemble des applications de l’entreprise (30 %).

En général, les personnes interrogées dans la région EMEA restent prudentes quant à leur capacité à protéger les applications hors site. Plus d’un tiers (35 %) se disent « peu confiantes » dans leur aptitude à résister à une attaque au niveau de la couche applicative dans les trois scénarios hors site : applications SaaS, Cloud public et datacenters en colocation. Une fois encore, la réglementation plus stricte et l’attention accrue portée à la vie privée des individus dans la région EMEA devraient renforcer la réticence existante à l’égard du Cloud public.

L’avenir des services applicatifs

Les services applicatifs les plus couramment déployés dans la région EMEA sont les pare-feu réseau (89 %), la gestion des accès et des identités via le VPN SSL (87 %), les antivirus (87 %), les systèmes de prévention/détection des intrusions (76 %), et la gestion des accès et des identités à l’aide de contrôles d’accès aux applications (74 %).

Même si, conformément à la tendance mondiale, la région EMEA reconnaît l’importance des services de sécurité, y voyant « la dernière chose dont le déploiement d’applications puisse se passer », elle s’attache davantage à la disponibilité (25 %) que les autres régions (20 %). Elle est aussi comparativement moins préoccupée par les performances et la mobilité.

À l’avenir, les passerelles IoT (38 %), le protocole DNSSEC (34 %), les passerelles HTTP/2 (32 %) et SDN (30 %), ainsi que le Service Mesh (29 %), feront partie des principaux services déployés dans la région EMEA. Selon le rapport SOAS, l’inclusion, pour la première fois, du service Mesh montre que l’attrait croissant pour les architectures applicatives modernes, les environnements Cloud et les conteneurs influe de plus en plus sur les choix technologiques.

« Le multi-Cloud est passé du stade de l’expérimentation à une stratégie complète d’innovation. Dans l’économie des applications aujourd’hui florissante, les services applicatifs s’imposent comme un facteur clé de la transformation numérique et du succès de l’entreprise », souligne Vincent Lavergne, RVP Systems Engineering chez F5 Networks.

« La transformation numérique continue à changer le paysage. Le déploiement de services applicatifs cohérents est un moyen pour les entreprises de ne pas se laisser distancer par la concurrence et de rester en phase avec l’évolution constante des technologies. L’application de règles cohérentes à des portefeuilles entiers d’applications, avec un niveau uniforme de sécurité et de disponibilité, accroît considérablement la capacité des entreprises à prospérer et à répondre aux besoins de plus en plus complexes des clients. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants