Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les salariés français sont stressés par une surcharge d’information alors que le télétravail devient la norme

juin 2020 par OpenText

Le manque d’outils numériques adaptés, conjugué à une « surcharge d’information », nuit à la productivité des salariés français et accroît leur niveau de stress pendant la pandémie de Covid-19, selon une nouvelle étude OpenText réalisée auprès de 2000 Français.

Pour pouvoir travailler efficacement à distance, 38 % des employés de bureau français ne s’estiment pas équipés des outils numériques nécessaires, contre 34 % des Anglais, 37 % des Allemands et 46 % des Espagnols. Cela met en lumière le défi auquel ces derniers sont confrontés durant la crise sanitaire en termes de productivité.

En outre, le niveau d’anxiété quotidien des Français est accentué par une « surcharge d’information » : 24 % se disent stressés par une « surcharge d’information » à travers leurs différents appareils, 14 % se sentent submergés par un trop grand nombre de sources d’informations et d’applications à vérifier chaque jour et 10 % ont l’impression de ne pas pouvoir se déconnecter et d’être soumis à l’information 24h/24 et 7j/7.

L’ère de l’« infobésité »

Près de la moitié (47 %) des répondants français déclarent que le nombre de sources d’informations – messagerie, fils d’actualité, réseaux sociaux, Intranet, dossiers partagés, etc. – qu’ils consultent chaque jour a augmenté au cours des cinq dernières années. En moyenne, plus d’un sur dix (12 %) se connecte aujourd’hui à au moins une dizaine de comptes, d’outils et d’applications au quotidien.

Une telle « infobésité » a un impact significatif à la fois sur la vie privée et professionnelle des salariés. A peine près de la moitié (46 %) des Français se disent capables de limiter à trois au maximum le nombre d’outils, d’applications et de ressources nécessaires pour mener à bien un projet professionnel. Ce chiffre est plus élevé qu’en Espagne (43 %), au Royaume-Uni (41%) et en Allemagne (39 %).

De fait, plus d’un tiers (35 %) des employés français passent plus d’une minute à rechercher un fichier ou une information spécifique dans le cadre de leur travail. Seuls 45 % d’entre eux trouvent généralement le fichier nécessaire en moins de trente secondes.

« Les consommateurs font de plus en plus appel à des services numériques, que ce soit pour communiquer avec leurs proches, consulter un médecin à distance ou commander leurs courses. De même, de nombreuses entreprises se tournent vers de nouveaux services numériques pour faire en sorte que leurs salariés puissent pratiquer le télétravail en toute sécurité » souligne Benoit Perriquet, VP Worldwide Head Global Accounts. « Les utilisateurs ont donné la preuve de leur volonté à adopter de nouveaux services et outils mais ils éprouvent aussi des difficultés à gérer de multiples comptes et sources d’informations. Les entreprises doivent prendre conscience de cette tendance et trouver des solutions pour réduire la complexité, simplifier les workflows et les processus et offrir une expérience attractive à leurs clients comme à leurs employés. »

Les exigences du télétravail et de la nouvelle norme en matière d’informations

Si plus d’un tiers (37 %) des Français reconnaissent que conserver leur motivation serait leur principal défi s’ils devaient poursuivre le télétravail sur le long terme, un sur dix (11 %) voit dans les difficultés d’accès le principal problème, qu’il s’agisse d’accéder à sa boite mail, aux fichiers ou aux contenus de l’entreprise.

La collaboration constitue également un sujet de préoccupation : 17 % pensent que le plus problématique serait de collaborer et de partager des informations et documents avec leurs collègues.

En dépit de la profusion d’applications et d’outils professionnels à consulter et utiliser chaque jour, près d’un cinquième (17 %) des salariés français avouent échanger des documents relatifs à leur travail dans un système personnel de partage de fichiers tel que DropBox.

« Une mauvaise gestion de l’information peut avoir de lourdes conséquences pour une entreprise », commente Benoit Perriquet. « La productivité des salariés peut en pâtir lorsque ceux-ci sont aux prises avec des difficultés d’accès, tandis que la sécurité est souvent traitée après coup, avec la recherche de solutions de fortune. Alors que les données résident la plupart du temps dans divers systèmes hétérogènes, la quête d’une source de vérité unique peut devenir quasiment mission impossible au sein de l’entreprise. »

« La réalité est que les processus manuels de classification et d’archivage sont propices aux erreurs. Grâce à l’automatisation, les entreprises peuvent exploiter leurs informations de manière optimale et offrir une expérience utilisateur fluide à leurs collaborateurs, clients et partenaires. C’est d’autant plus crucial à l’heure actuelle, où les entreprises doivent s’adapter et répondre à la pandémie de COVID-19 et à ses conséquences sur le paysage économique. »


Méthodologie
Cette enquête a été réalisée par Google Surveys en avril-mai 2020 à la demande d’OpenText, anonymement auprès de 12 000 consommateurs répartis au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne, au Canada, en Australie et à Singapour.

Le panel français des personnes interrogées comportait 2000 participants dans le but d’offrir une vue instantanée de l’accès et de l’utilisation de l’information dans le pays pendant la crise du coronavirus, notamment chez les salariés ayant continué à travailler en période de confinement.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants