Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les experts alertent sur le fait que la nomophobie* met en danger les relations amoureuses !

février 2017 par Intel Security

La dépendance au smartphone a atteint de nouveaux sommets ! 60 % des Français se sentent anxieux s’ils n’ont plus accès à leur téléphone. Cette peur d’être déconnecté des appareils mobiles, connue sous le nom de nomophobie, prend progressivement effet sur les relations amoureuses ! Plus d’un tiers des Français (41 %) ont déjà eu l’impression que leur partenaire était plus sensible aux charmes de son appareil connecté qu’aux leurs.

Et ce ne sont pas seulement les relations à long terme qui sont touchées : 34 % des Français ont estimé avoir subi la concurrence directe d’un smartphone lors d’un premier rendez-vous.

Le fait d’être connecté vous dérange ?

Au-delà du sentiment d’avoir à ‘se battre’ contre la technologie pour attirer l’attention de l’être aimé, les dernières recherches menées par Intel Security ont révélé que la moitié des Français s’est déjà disputé avec un ami, un membre de leur famille ou leur conjoint qui passait trop de temps sur leur téléphone alors qu’ils passaient un moment ensemble.

La technologie n’interfère pas qu’au moment du dîner ! 29 % des 18-24 et 20 % des 25-34 ans ont déjà vu leur partenaire utiliser un appareil mobile lors d’un moment romantique.

Alors pourquoi sommes-nous si accrochés à nos appareils ?

« Les gens sont indubitablement obsédés par leurs smartphones et il est clair que les jeunes générations le sont plus particulièrement. Chaque détail de leur vie est sauvegardé dans ces appareils mobiles - photos, messages, emails, réseaux sociaux, etc. » explique Jo Hemmings, psychologue du comportement. « Les téléphones sont devenus une manière de se réconforter à l’image d’un bébé qui mâche une couverture. Il est devenu une part essentielle de la connectivité sociale. Le smartphone être comme une extension d’eux-mêmes. »

Les téléphones : un moyen d’échapper aux conversations difficiles ?

Les smartphones sont omniprésents dans notre quotidien. Il facilite le contact, les déplacements et, dans certains cas, la rencontre des partenaires. Cependant, les Français l’utilisent de plus en plus comme un moyen d’éviter toutes conversations houleuses. La moitié d’entre eux opte pour l’envoi de SMS, d’email ou de message via un réseau social pour échapper à une discussion en tête à tête.

« Les téléphones portables affectent les relations parce que, ironiquement, ils génèrent une véritable rupture de la communication. Même si deux personnes sont dans la même pièce en même temps, mais qu’elles utilisent leurs smartphones, elles ne communiquent pas réellement entre elles. Les gens se sentent négligés à cause de l’obsession de leur partenaire envers leur téléphone. Ces sentiments de négligence se transforment souvent en un ressentiment plus profond, où les arguments d’une rupture complète de la communication deviennent plus saillants », poursuit Jo Hemmings.

Réglementer l’utilisation du mobile à la maison ?

Les Français ont cependant à cœur de ne pas laisser les appareils connectés empiéter outre mesure sur leur vie amoureuse. 29 % des couples assurent qu’ils n’utilisent pas leur téléphone au lit en raison des règles de vie communes établies entre eux.

« Notre dépendance vis-à-vis des appareils connectés a non seulement eu des répercussions sur nos relations avec notre entourage, mais a également rendu l’accès aux renseignements personnels incroyablement facile pour tous, y compris les cybercriminels. Passer trop de temps sur son mobile expose à de multiples risques de sécurité, il peut aussi être synonyme de perte de connexion avec son partenaire. Amour et technologie doivent être vécue en toute sécurité », conclut Lam Son Nguyen expert en sécurité Internet.


*La nomophobie est une phobie liée à la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile.

Méthodologie

Cette étude, commanditée par Intel Security, a été conduite en décembre 2016 par l’organisme de sondage OnePoll. Elle a été menée auprès de 13 000 personnes, âgées de 18 à plus de 55 ans. Les répondants sont des personnes utilisant un appareil connecté de façon journalière dans plusieurs pays du monde. Pour l’étude France, les résultats ont été obtenus à partir d’un échantillon de 800 personnes.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants