Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les escroqueries au support, 5eme menace la plus fréquente au mois de juillet

août 2018 par G DATA

Les escroqueries à l’assistance technique de faux centres d’appels sont depuis longtemps une nuisance pour les utilisateurs de Windows. Les fraudeurs sont actuellement particulièrement actifs, comme en témoignent les statistiques G DATA.

Les escroqueries au prétendu support technique sont une menace pour les utilisateurs de Windows. Les utilisateurs sont amenés à croire que leurs ordinateurs ont des virus ou d’autres problèmes de sécurité et qu’un nettoyage coûteux est nécessaire. Si dans beaucoup de tentatives d’escroquerie par Internet, l’usage de la langue anglaise des attaquants limite les risques pour les francophones, dans ces cas de fraude au support, les fenêtres d’alerte et les interlocuteurs sont bel et bien de langue française.

Les chiffres de G DATA montrent que cette escroquerie est actuellement l’une des menaces les plus courantes. En juillet, des Scripts Trojans ont généré des milliers de tentatives d’infection bloquées chez les utilisateurs de solutions G DATA. Ce type d’attaque est ainsi arrivé à la cinquième position des types de menaces les plus courantes bloquées par G DATA au mois de juillet.

Des dangers fantaisistes

Pour illustrer le danger allégué, les utilisateurs se voient présenter divers outils Windows standard - comme l’outil en ligne de commande Netstat. Les escrocs prétendent qu’à la suite d’infections virales, des "adresses IP distantes" accèderaient à l’ordinateur - ce qui est complètement faux. Dans certains cas, le texte aléatoire est affiché dans la ligne de commande de Windows - coloré en rouge, pour attirer l’attention. Aucune de ces démonstrations ne montre de réels problèmes de sécurité avec l’ordinateur.

Les fraudeurs mettent généralement les victimes potentielles sous pression émotionnelle pour qu’elles achètent un contrat de maintenance ou des logiciels onéreux. Le barème ? Comptez entre 200 et 500 € l’offre de services imaginaires .




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants