Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les architectures hybrides et multicloud enregistrent une forte progression à l’heure où les entreprises cherchent à réduire leurs coûts et à gagner en résilience

avril 2020 par Denodo

Denodo dévoile les résultats de sa troisième enquête annuelle sur l’utilisation du cloud. Celle-ci révèle que les architectures hybrides et multicloud sont devenues la norme, ce type de déploiement étant plébiscité par plus de la moitié des entreprises (53 %). Réalisée auprès de plus de 250 responsables et professionnels de l’informatique aux profils variés, cette étude révèle qu’en matière de déploiement cloud, les configurations de cloud hybride l’emportent largement sur les clouds publics et privés (avec 42 % contre 18 % et 17 % respectivement). D’après les répondants, les clouds hybrides et les configurations multi-cloud offrent de nombreux avantages, puisqu’ils permettent entre autres de diversifier les dépenses et les compétences, de gagner en résilience et de choisir des fonctionnalités et capacités en fonction des points forts de chaque fournisseur de services cloud, sans avoir à dépendre d’un prestataire spécifique.

De plus en plus plébiscitée pour leur évolutivité et la portabilité du cloud, les technologies de conteneurisation ont progressé de 50 % sur douze mois. Pour la production, la conteneurisation reste populaire auprès des professionnels du DevOps, car elle est synonyme de reproductibilité et de déploiements automatisables. Alors qu’environ 80 % des personnes interrogées exploitent une plateforme de conteneurisation, Docker est la plus prisée (46 %), suivie de Kubernetes (40 %) qui gagne du terrain et est désormais prise en charge par tous les principaux fournisseurs de services cloud.

En matière d’adoption, le cloud est arrivé à maturité, plus de trois quarts (78 %) des répondants exécutant une charge de travail dans le cloud. L’année dernière, l’usage du cloud s’est en effet généralisé et a enregistré une augmentation d’au moins 10 % chez les utilisateurs débutants, intermédiaires et avancés. Environ 90 % des organisations qui adoptent le cloud choisissent Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure, preuve que ces prestataires de services continuent d’asseoir leur domination sur le secteur. Mais les utilisateurs ne se contentent pas de migrer leurs applications sur site dans l’un ou l’autre de ces clouds (voire les deux) : plus d’un tiers (35 %) seraient prêts à remanier leurs applications en fonction de l’architecture cloud la mieux adaptée.

Le cloud est souvent implémenté à des fins d’analytique ou de business intelligence, puisque deux personnes interrogées sur trois (66 %) déclarent y avoir recours pour des projets d’analyse du Big Data. Si AWS, Azure et Google Cloud ont chacun des atouts différents, tous sont principalement employés dans le cadre d’initiatives analytiques. Parmi les autres cas d’utilisation répandus, on peut citer les entrepôts de données logiques (43 %) et la data science (41 %) dans le cloud.

En ce qui concerne les formats de données, les deux tiers des données utilisées sont toujours dans un format structuré (68 %), alors qu’il existe un vaste pool de données non structurées qui ne cesse de se diversifier. Le stockage d’objets dans le cloud (47 %) et les données SaaS (44 %) sont fréquemment mis à profit pour améliorer la facilité de calcul et l’optimisation des performances.

Parallèlement, les places de marché cloud connaissent une croissance phénoménale et bénéficient d’une popularité grandissante. Elles ont su convaincre la moitié des personnes interrogées (50 %), principalement grâce à la tarification à l’usage (19 %) et au modèle libre-service qui limite la dépendance informatique (13 %). Le fait de ne pas avoir à s’engager à long terme a également été cité comme un facteur important par 6 % des répondants.

« Alors que le cloud tend à devenir le centre de gravité des données, la gestion des données repose de plus en plus sur les architectures multicloud et de cloud hybride. Dans ce contexte, l’intégration des données dans le cloud reste un défi de taille pour 43 % des participants », a déclaré Ravi Shankar, SVP et CMO de Denodo. « Aujourd’hui, les utilisateurs cherchent à simplifier l’intégration des données dans un environnement hybride/multicloud, sans migration ou réplication de données d’envergure. Cela peut expliquer pourquoi près de 50 % des répondants considèrent la virtualisation des données comme un élément clé de leur stratégie d’intégration et de migration cloud. »

Méthodologie :

L’enquête 2020 Denodo Global Cloud Study a été menée en février 2020 auprès d’un peu plus de 250 entreprises. Cette édition repose sur les témoignages de participants aux profils variés, notamment en termes de poste occupé et de régions. Cliquez ici pour télécharger le rapport complet.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants