Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Leçon inaugurale de la Chaire de Cyberdéfense St Cyr-Thales-Sogeti : les Etats ont pris conscience de l’importance la mise en oeuvre d’une stratégie de Cyberdéfense

novembre 2012 par Marc Jacob chaire de cyber défense et cyber sécurité Saint-Cyr Sogeti Thales

Le 13 novembre 2012 de 09H30 à 11H30 à l’Ecole Militaire à Paris s’est déroulée la leçon inaugurale de la chaire de cyber défense et cyber sécurité Saint-Cyr Sogeti Thales sous la présidence de M. Jean-Marie BOCKEL, Sénateur du Haut-Rhin, Ancien Ministre et en présence de Messieurs Luc-François SALVADOR, PDG du groupe SOGETI et Jean-Michel LAGARDE, Président de Thales Communications & Security et Thales Services et du général Antoine WINDECK, commandant les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

Au cours de sa leçon Monsieur Daniel VENTRE, ingénieur au centre national de recherche scientifique (CNRS) et titulaire de la chaire, nous a présenté les évolutions de la notion de cyberconflit depuis 20 ans ainsi que ses perspectives d’avenir.

Il a notamment insisté sur la volonté affichée des Etats-Unis depuis les années 1990 d’engager dans le cyberespace des moyens militaires offensifs ou sur celle de la Chine d’y avoir recours pour affronter ses adversaires.

Depuis, pour Daniel Ventre, le cyberespace, qui s’est largement complexifié, est devenu un espace de violence dans lequel les règles auraient des difficultés à imposer un semblant de sécurité. Les exemples récents de Stuxnet ou Flame sembleraient attester de l’utilisation de la « cyberguerre » comme substitut à la confrontation directe.

Daniel Ventre nous a expliqué que la libération des forces dans le cyberespace pourrait concrétiser le principe de guerre « hors limite » et que la combinaison entre usages pacifique et offensif pourrait converger vers un usage conflictuel général.

« Des Etats jusqu’alors absents de la scène du cyberconflit ont appris à en utiliser les outils et méthodes, parfois aidés en cela par leurs alliés. Si les Etats-Unis conservent une longueur d’avance importante en termes capacitaires - sur une échelle de 10, ils seraient à 8 quand les autres nations seraient au mieux à 3, d’après les récentes déclarations de Léon Panetta – il est évident que l’écosystème du cyberconflit se complexifie de jour en jour. Tout l’enjeu de la cyberdéfense pour un Etat consiste dès lors à savoir y trouver et garder sa juste place sans nécessairement se lancer dans une course aux armements trop coûteuse », cite Daniel Ventre, titulaire de la chaire de cyberdéfense et cybersécurité Saint-Cyr Sogeti Thales

« En juillet 2012, à la suite d’une réflexion menée conjointement avec THALES et Daniel Ventre, nous avons décidé de fonder la Chaire Cyberdéfense et Cybersécurité des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Notre stratégie est de soutenir les efforts de nos écoles militaires visant à se renforcer dans ce nouveau domaine de plus en plus important, la cyberdéfense et la cybersécurité, et de leur offrir notre expertise et notre soutien industriel. Nous sommes heureux et honorés de nous inscrire, par ce soutien, dans l’ambition commune poursuivie par les pères fondateurs de bâtir un programme de recherche et d’enseignements de haut niveau. Il s’agit aussi d’instruire et de fédérer une communauté nationale et internationale experte, réactive et opérationnelle sur ces enjeux majeurs – amenés à prendre toujours plus d’importance à mesure de l’accroissement de nos usages des systèmes d’information et de nos dépendances technologiques à l’égard du cyberespace », cite Luc-François SALVADOR, Président directeur général du Groupe Sogeti.

« Lors de la leçon inaugurale de la Chaire de Cyberdéfense St Cyr-Thales-Sogeti, Daniel Ventre a souligné avec brio la complexité des enjeux de cet environnement en perpétuel évolution. L’établissement d’une stratégie de cyberdéfense efficace nécessite non seulement une grande maitrise des technologies les plus récentes mais également la prise en compte de nombreux autres paramètres, qu’ils soient politiques, sociologiques, législatifs, psychologiques, doctrinaux, etc. » souligne Jean-Michel Lagarde, Président de Thales Communications & Security et de Thales Services. « A travers ce projet académique ambitieux, Thales cherche à accroître la connaissance et la compréhension de ce nouvel espace de conflit et de confrontation potentiels. La Chaire pourra également s’appuyer sur les 1 500 ingénieurs de Thales spécialisés dans la sécurité des systèmes d’information et des réseaux ainsi que sur la présence mondiale du Groupe pour assurer son rayonnement et renforcer les coopération académiques internationales, indispensables sur ce domaine ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants