Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le marché allemand de la cyber : un bon potentiel pour les entreprises françaises

juin 2018 par Thomas VEIL

Au cours de cette nouvelle conférence organisé par le FIC l’accent est mis sur les opportunités que présente le marché allemand dans la cyber sécurité pour les entreprises voulant s’y insérer ou débuter une collaboration. Pour ce faire le FIC accueille Frank Venjakob, directeur exécutif de it-sa, un salon allemand ainsi que Jacques Sebag, directeur général de Rohde & Schwarz security (DenyAll) pour un retour d’expérience sur leur insertion dans le marché allemand et Jean-Paul Alibert de T-systems France filiale de Deutsche Telekom pour son insertion sur le marché français.

Frank Venjakob, directeur exécutif de it-sa nous expose les chiffres du marché allemand de la cybersécurité quant aux différents domaines d’investissements privilégiés. Ce marché est particulièrement dynamique avec un chiffre de 3 milliards d’investissement en parallèle le marché français plafonne à 1 milliard. Le marché allemand est le plus important d’Europe en termes de CA. Sue ce marché le BSI donne une impulsion positive. 48% des besoins en IT Sécurité concerne les administrations gouvernementales, les grandes entreprises. De plus il a aussi présenté l’évolution du marché du salon it-sa en terme de visiteurs et d’exposants. En effet, leur nombre n’a cessé de grimper de façon significative depuis le premier salon en 2011. Ce salon propose aux visiteurs et aux exposants de faire des retours sur le déroulement du salon. Les retours sont majoritairement positifs. Par la suite notre expert nous présente les domaines d’investissements majeurs actuels et ceux qui le seront potentiellement dans le futur. On y trouve notamment le domaine de la santé, l’intelligence artifcielle...

Le marché allemand de la cyber a un grand potentiel

Jacques Sebag, directeur général de Rohde & Schwarz security (DenyAll) insiste sur l’augmentation toujours croissante du nombre de clients dans le marché Allemand qui sont actuellement de 80. Il se présente comme la première entreprise hors Allemagne à rejoindre Rhode & Schwartz. Notre intervenant continu sur les points communs et les différences entre le marché français et allemand. Le premier point commun est en termes de choix, nous allons toujours chercher à obtenir la meilleure solution. Cependant la notion de temps est dépassée, les allemands doivent trouver un consensus entre tous les membres pour trouver solutions. La seconde différence se trouve dans les produits, contrairement au français où l’on demande à nos utilisateurs de faire des tests, le produit doit être fini lors de sa sortie avec la qualité attendue.
Pour aller plus loin Jacques Sebag met en avant l’importance de l’Allemagne dans le marché européen comme étant le plus important. Cela semblait donc naturel de s’insérer sur le marché allemand afin de s’étendre dans le reste des marchés européens. Il met en avant le besoin de conquérir dans le marché anglais qui est une étape pour aller sur le marché américain. Les deux étant assez similaires. Toutefois pour ce faire nous ne devons pas nous contenter de quelques personnes pour signer des partenariats et mais bien d’ancrer plusieurs équipes.

En matière de cyber le consensus prévaut en Allemagne

La parole est ensuite à Jean-Paul Alibert, T-systems France et de leur arrivée sur le marché français. En préambule, il rappelle l’importance du coté IT dans son entreprise. En effet, on compte près de 25.000 personnes dont 1.400 dans la cyber sécurité. Les mêmes propos sont repris sur la notion de consensus très importante pour les allemands que l’on ne retrouve pas chez les français. Un point important est soulevé quant à l’absence de cloud souverain en Allemagne. En effet, contrairement à la France où le cloud souverain a été une déception et source de conflits, l’Allemagne ne possède aucun cloud souverain. Notre expert ajoute que l’axe franco-Allemand contrairement à la France n’est pas un sujet présent en Allemagne. En effet, les allemands sont de moins en moins intéressés par cette coalition et veulent s’ouvrir de plus en plus vers des pays comme la Chine et les pays émergents.

En conclusion, il semble important de renforcer la coopération entre les entreprises et françaises de la cybersécurité afin par-delà d’avoir des retombée sur le marché européen.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants