Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le grand emprunt, version numérique : l’Etat veut devenir un « Business Angel »

juin 2010 par Marc Jacob

Nathalie Kosciusko-Morizet a lancé le lundi 7 juin la consultation publique sur les investissements d’avenir : usages, services et contenus numériques innovants dont l’enveloppe s’élève à 2,5 milliards €. Cette consultation durera un mois jusqu’au 7 juillet prochain. Elle souhaite que les PME répondent à cette consultation.

Nathalie Kosciusko-Morizet a lancé officiellement la consultation publique investissements d’avenir : usages, services et contenus numériques innovants qu’elle mène avec René Ricol, commissaire général aux investissements. Elle souhaite que tout à chacun présente ses observations avant le 7 juillet, date à laquelle la consultation prendra fin. Nathalie Kosciusko-Morizet a insisté tout particulièrement pour que les PME répondent à cette consultation en proposant des projets quitte comme elle l’a dit haut et clair qu’elle aille les chercher dans toutes les provinces de France. Pour elle « Leur contribution est essentielle pour que les investissements d’avenir dans le numérique correspondent à la réalité du marché, aux besoins des entreprises, et à la demande réelle des citoyens ».

Cette consultation s’articule autour des 9 axes suivants :

• Développement de l’informatique en nuage (cloud computing)
• Numérisation des contenus
• Développement des technologies de base numérique
• Réseaux électriques intelligents (« smarts grids »)
• E-santé
• Sécurité et résilience des réseaux
• Systèmes de transports intelligents
• Ville numérique
• E-éducation

Dans cette consultation, le Cloud Computing est vu comme un vecteur de compétitivité surtout pour les PME. Elle leur permettra de louer des ressources à des coûts abordables. Par ailleurs, cette technologie pourrait offrir aux PME innovantes de proposer « in the Cloud » leurs innovations. Le Smart Grid sera aussi une des technologies poussées.

Enfin, la Sécurité informatique et la résilience des réseaux est aussi dans le "scope" avec un focus particulier sur l’authentification, la signature électronique afin d’améliorer la protection des données personnelles. Bien sûr, la protection des infrastructures et des réseaux stratégiques pour lutter contre la cyberguerre et le terrorisme est aussi au cœur de cette consultation.

Les résultats seront publiés en deux temps, est-il précisé. D’abord, rechercher les consensus des acteurs « sur les modalités d’intervention de l’État ». Le cas échéant, les appels à projet seront publiés « dans la foulée ».

Ensuite, elle prendra tout l’été pour creuser un peu mieux les propositions avancées et synthétiser l’ensemble.

Cette seconde grande partie pour le numérique du Grand Emprunt s’articule particulièrement autour du web, des logiciels libres et des pure players du net « avec un fort tropisme PME », a-t-elle insisté. Dans tous les cas, l’intervention de l’État se fera à la hauteur de 75 % pour des prises de participations et prêts. De l’autre côté, 25 % restant seront des subventions et des avances qu’il faudra rembourser.

« Ces investissements dans la numérisation signifient que l’État entend que des actifs soient créés ». L’Etat sera vigilant afin que les entreprises dans lesquelles il aura investi soient porteuses d’innovation et rentables. Ainsi, l’Etat souhaite devenir un Business Angel pour les PME innovantes, à suivre...

Pour en savoir sur cette consultation :

www.prospective-numerique.go...




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants