Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La technologie PAM au service des cyber-investigations et de la remédiation en 2019

février 2019 par William Culbert, directeur Europe du Sud de BeyondTrust (anciennement Bomgar)

Si un cas de compromission est suffisamment grave (par exemple, la compromission des contrôleurs de domaine), les entreprises n’auront d’autre choix que de réinstaller tout l’environnement en entier. Certes, c’est le pire scénario, mais il se produit parfois. Souvent, les entreprises choisiront de nettoyer à fond les serveurs du mieux possible plutôt que d’effectuer une réinstallation complète. C’est une décision interne basée sur le risque, la faisabilité et le coût. Et ce scénario est vain si la menace est persistante et qu’elle emploie des techniques lui permettant de contourner les mesures d’identification traditionnelles. Si vous pensez que c’est de la science-fiction, étudiez les menaces comme rootkits, Spectre et Meltdown qui prouvent qu’il y a toujours un moyen d’attaquer une ressource technologique.

Les criminels en ont après vos identifiants

Quelle que soit votre stratégie corrective, vous pouvez être certain que, d’une façon ou d’une autre, ceux qui emploient les vecteurs de menace auront accès à vos identifiants. Ceci implique de ne jamais réutiliser des mots de passe ou clés préexistants dans votre travail de nettoyage. Si possible, modifiez (lancez la rotation) tous les identifiants de toutes les ressources affectées ou reliées à ces dernières. C’est là qu’intervient la gestion des accès privilégiés ou Privileged Access Management (PAM). L’étape de nettoyage ou de redéploiement doit être protégée de la réutilisation d’un ancien mot de passe ou du fait qu’un criminel puisse regagner sa présence persistante en raison d’une mauvaise gestion des identifiants dès le début des efforts de remédiation.

La gestion des mots de passe est un aspect central d’une stratégie PAM. Elle inclut l’intégration automatique, la rotation, la gestion des sessions, le reporting et les étapes de check-in et check-out des mots de passe conservés dans un coffre-fort. Si l’on utilise surtout la technologie PAM pour les mots de passe privilégiés, comme ceux des comptes admin, root, de service ou DevOps, elle peut aussi servir de solution selon le principe du moindre privilège pour supprimer les droits administratifs d’applications et de tâches. Ainsi, les utilisateurs n’auront plus besoin d’un compte admin secondaire pour effectuer leurs tâches.

Le rôle de la technologie PAM dans le nettoyage post-compromission

Cela étant dit, en quoi la technologie PAM est-elle utile pour nettoyer les compromissions de sécurité ? Lors d’un incident ou d’une compromission de sécurité, vous devez d’abord mener des investigations sur ce qui suit :

• Déterminez quels comptes ont été compromis et utilisés pour obtenir l’accès et pour opérer un mouvement latéral.
• Déterminez la présence et les ressources de tous les comptes compromis et ceux y étant reliés. Par exemple, le même compte compromis sur l’actif X ou l’application Y est également utilisé sur les actifs A, B et C pour les applications D, E et F afin qu’ils puissent communiquer.
• Identifiez et purgez tous les comptes illicites ou irréguliers créés par le criminel à l’origine de la menace.
• Identifiez et supprimez ou segmentez tout élément dit de « shadow IT », de l’IoT ou toute autre ressource faisant partie de la chaîne de la cyberattaque pour vous protéger de menaces ultérieures.
• Analysez les comptes qui ont été compromis et déterminez le niveau minimum de privilèges nécessaire pour pouvoir exécuter les fonctions. La plupart des utilisateurs et des comptes système n’ont pas besoin de comptes root ou admin locaux ou couvrant tout un domaine.
• Analysez comment les données ont été utilisées et rendues accessibles par l’agresseur lors de la compromission. Est-ce que des données révélatrices d’indicateurs de compromis (IoC) ont été capturées lors de l’utilisation abusive du compte privilégié ? Si des données ont effectivement été capturées, est-ce que cela aide à identifier la menace ? Faute de données capturées, déterminez ce qu’il faut changer pour surveiller de prochaines utilisations abusives des comptes privilégiés. Ceci inclut l’usage qui est fait des comptes privilégiés, ainsi que la surveillance de session et l’enregistrement de frappe, si nécessaire.

Cette analyse n’est pas triviale. Il faut se doter d’outils pour découvrir les comptes, identifier les ressources, déterminer les schémas d’usage et, surtout, repérer les abus potentiels. Même si toutes les données des logs sont envoyées à un système SIEM (Security Information and Event Management), il faut une étape de corrélation ou d’analyse du comportement des utilisateurs pour répondre à ces questions.

Une fois que vous avez mené l’investigation initiale, voici cinq manières dont une technologie PAM peut vous aider après une compromission et qui font qu’elle devrait être considérée comme centrale dans vos efforts de nettoyage :

1. Après l’étape de découverte, intégrez automatiquement vos comptes privilégiés et instaurez des mots de passe uniques et complexes en leur imprimant une rotation automatique. Vous vous assurez ainsi qu’une présence persistante ne puisse pas exploiter vos comptes compromis.
2. Pour tous les comptes reliés, utilisez votre solution PAM pour programmer de façon régulière leur rotation, y compris pour les comptes de service. Ainsi, les comptes sont synchronisés et potentiellement isolés d’autres formes de réutilisation des mots de passe.
3. Si cela est possible, supprimez tous les comptes privilégiés inutiles jusqu’au PC. Ceci vaut pour les comptes admin secondaires associés à une identité. Pour toute application, commande ou tâche qui requiert des droits admin, envisagez le modèle du moindre privilège qui élève l’application, et non l’utilisateur, à exercer la gestion privilégiée.
4. Avec la technologie PAM, recherchez les IoC qui suggèrent un mouvement latéral, émanant de commandes ou d’un comportement irrégulier de l’utilisateur. C’est une portion critique de la chaîne de cyberattaque où la technologie PAM peut être utile pour identifier si des ressources ont, ou non, été compromises.
5. Le contrôle d’application est l’une des meilleures défenses contre les malwares. Il s’agit de rechercher les applications de confiance qui sont vulnérables aux menaces en se servant de différentes formes de services basés sur la réputation. La technologie PAM peut ici aussi être utile. Décidez d’exécuter une application en vous fondant sur la confiance et les risques connus avant de l’autoriser à interagir avec l’utilisateur, les données, le réseau et le système d’exploitation.

La gestion des accès privilégiés ne doit pas se résumer aux nouveaux projets et aux systèmes hérités pour bloquer les vecteurs d’attaques privilégiées. On doit l’envisager également pour les besoins de forensics et de contrôle de la rémédiation après un incident ou une compromission. La technologie PAM aidera à empêcher un criminel de s’emparer de ce qui est le plus à sa portée dans votre entreprise : une mauvaise gestion des mots de passe et des identifiants.

Comme meilleure pratique de sécurité, l’accès privilégié doit toujours être limité. Quand un vecteur de menace s’empare d’identifiants admin ou root, il s’empare des clés de votre royaume. L’objectif est de l’empêcher d’y parvenir et de reprogrammer fréquemment les comptes avec des mots de passe : ainsi, même s’il vole un mot de passe, il ne pourra en faire qu’un usage limité et toute tentative d’utilisation abusive sera surveillée. Après un incident ou une compromission, c’est donc une aide précieuse pour atténuer toute présence persistante et une méthodologie tout aussi précieuse dans le processus de nettoyage et pour la pérennité de votre système.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants