Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La sécurité dans le nouveau monde de la médecine connectée

septembre 2021 par Joe Robertson

La médecine connectée a un impact de plus en plus important sur nos vies à tous, en tant que combinaison subtile de données, de technologies et d’expertise pharmaceutique. Cette activité liée aux soins de santé est considérée comme sensible puisqu’il s’agit d’arbitrer entre la valeur qu’elle génère et les risques qui en découlent.

Médecine connectée : de quoi parle-t-on ?

Le plus simple est peut-être de considérer toutes les données médicales existantes comme un écosystème qui attend d’être connecté. C’est ce qu’on appelle l’Internet des objets médicaux (IoMT), à savoir des équipements et applications qui se connectent aux systèmes informatiques de santé à l’aide de technologies réseau. Selon AllTheResearch, le marché mondial de l’IoMT, évalué à 44,5 millions de dollars en 2018, devrait peser 254,2 millions de dollars en 2026.

L’industrie pharmaceutique a besoin des données de l’IoMT pour relever les défis d’aujourd’hui. Et qu’il s’agisse de technologies, de dispositifs, de services environnementaux, d’installations, etc., tout concourt à aider le patient.

Une médecine connectée et orientée patient

Les avancées technologiques ont aidé l’industrie pharmaceutique à penser différemment. Mais surtout à garantir l’intégrité des données qu’elle utilise : la compromission de telles données pourrait, en effet, devenir une question de vie ou de mort.

C’est là que la sécurité intervient dans cet environnement. À mesure que les citoyens acquièrent une vision plus proactive de leur santé et vivent plus longtemps, des défis plus complexes émergent et nécessitent des traitements de plus en plus spécialisés. En outre, les attentes des pouvoirs publics à l’égard de l’industrie pharmaceutique, ainsi que les progrès technologiques considérables, ont conduit à une utilisation intensive des technologies opérationnelles et de la médecine connectée et, finalement, à un patient connecté.

C’est une symbiose : les patients génèrent des données brutes. Ces données sont traitées et fournissent ensuite des informations pour améliorer la prestation des soins. Un vrai cercle vertueux. D’autre part, les processus et les progrès basés sur ces données ont amené à repenser les modèles économiques. Sauf que ces données sont inutiles si elles ne peuvent être exploitées pour générer des perspectives pertinentes.

Pour analyser les données il faut une technologie : l’intelligence artificielle (IA)

Qu’il s’agisse de produits injectables, de télémédecine, de dispositifs mobiles ou d’apprentissage en ligne, les données recueillies présentent une grande valeur. Elles peuvent être utilisées dans le cadre de processus collaboratifs, et optimisés par l’IA et l’apprentissage automatique pour accélérer les processus de décision. Le partenariat avec le monde extérieur, au-delà des réseaux existants, promet un avenir passionnant, les laboratoires pharmaceutiques se considérant de plus en plus comme des prestataires mondiaux de services de santé. Simon Roach, responsable de la transformation et des opérations chez eClinicalHealth Ltd et ancien DSI de Global Pharmaceuticals R&D pour GSK, reconnaît ainsi la "grande diversité des protagonistes, tous intéressés par la totalité de l’écosystème qu’est la médecine connectée."

La visibilité collective est essentielle en médecine

En intégrant et en protégeant chaque edge de l’infrastructure en place grâce à une plateforme de cybersécurité, il devient possible de traiter et de transformer les données. La majorité des applications sur les téléphones des patients sont, d’une manière ou d’une autre, utiles à la médecine connectée, offrant un flux temps réel de données en attente d’analyse. Ces données doivent être intégrées en toute sécurité, en tenant compte des impératifs de conformité réglementaire.

Pour Christopher Callahan, DSSI chez Weichert Companies et ancien dirigeant en charge de la gestion des risques, de la conformité et des opérations de cybersécurité chez Novartis : "Si vous vous associez et collaborez avec une entreprise, la sécurité et la conformité font partie du processus. Il ne s’agit pas nécessairement d’un obstacle ou d’un inhibiteur, mais plutôt d’un catalyseur, qui favorise une culture de collaboration et des responsabilités partagées.”

Patient, innovation et collaboration

Les entreprises pharmaceutiques ne peuvent réussir et se développer qu’en sécurisant leur flux de données liées à des environnements informatiques (IT) et opérationnels (OT), au sein d’écosystèmes complexes et en constante évolution. La maîtrise des risques et l’exploitation des données de santé permettent de concrétiser ce potentiel. Véritable levier de valeur, les connaissances acquises continuent de nourrir les découvertes et d’alimenter la croissance.

De l’élaboration de médicaments à l’offre d’informations exploitables, lorsque tout le monde est sur la même longueur d’onde, la sécurité peut contribuer à favoriser une réflexion novatrice. Pour ce faire, les entreprises doivent se concentrer sur une approche globale et de bout en bout de la cybersécurité, tandis que les dirigeants et les parties prenantes doivent mettre l’accent sur les ressources nécessaires à la maîtrise de leurs risques actuels et futurs.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants