Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La demande de modernisation mainframe et de cloud s’accélère

novembre 2021 par LzLabs et Vanson Bourne

LzLabs dévoile les résultats de sa dernière enquête mondiale, menée par Vanson Bourne, qui révèle que la demande de migrer, de moderniser et d’adopter le cloud pour les applications mainframe critiques augmente rapidement chez les décideurs informatiques. La quasi-totalité des répondants à l’enquête (96 %) considèrent les applications mainframe de leur entreprise comme importantes voire critiques pour leurs métiers. Par ailleurs, la grande majorité d’entre eux déclarent qu’ils envisageraient de migrer complètement leurs applications hors de la plateforme historique (98 %).

La modernisation et la migration des mainframes s’accélèrent

L’enquête menée auprès de 650 responsables informatiques à l’échelle mondiale a confirmé que la tendance en matière de modernisation informatique hors mainframe se poursuit. En effet les entreprises cherchent à réduire l’écart entre les applications sur les plateformes héritées, et celles dans les systèmes ouverts ou le cloud. Les initiatives de transformation numérique post-pandémie ont stimulé la modernisation de l’informatique. 71 % des organisations déclarent être en train de passer, ou avoir passé, par un processus de modernisation de l’informatique, contre 64 % en 2019 et 61 % en 2018.

Cette hausse s’explique par la nécessité croissante pour les entreprises d’être en mesure d’embrasser le changement pour rester compétitives. 87 % des répondants à l’enquête s’accordent à dire que pouvoir modifier plus rapidement des applications peut améliorer les délais de commercialisation des produits. Cependant, 90 % d’entre eux estiment qu’il est difficile de modifier les applications mainframe. Plus inquiétant encore, 67 % des décideurs pensent que le mainframe de leur entreprise les freine dans leur stratégie d’innovation, et 58 % craignent que leur entreprise ne perde son avantage concurrentiel parce que l’informatique ne parvient pas à suivre le rythme des demandes.

Cependant, la bonne nouvelle, c’est que les décideurs informatiques ont désormais une vision beaucoup plus claire des objectifs qu’ils veulent réaliser avec leurs ressources mainframe, et de la manière d’y parvenir. Les personnes interrogées ont cité comme principaux avantages de la migration des applications hors mainframe une meilleure capacité à tirer parti du cloud (52 %), une augmentation de la vitesse de développement et de test des applications (44 %) et la liberté de choix du fournisseur de plate-forme (33 %).

Les compétences mainframe restent essentielles à la réussite de l’entreprise

Une grande partie des responsables informatiques mondiaux interrogés (88 %) ont également déclaré être préoccupés par le manque de compétences entre les collaborateurs confirmés et juniors de leurs équipes mainframe, soulignant le besoin urgent d’initiatives de modernisation qui permettent le transfert de connaissances essentielles entre collègues. Fait encourageant, 80 % des personnes interrogées ont déclaré que si les applications écrites dans des langages hérités pouvaient être placées dans un environnement de développement moderne, la nouvelle génération de développeurs de leur organisation pourrait apprendre à les gérer.

Sur ce sujet, la grande majorité des décideurs sont d’accord (88 %) pour dire que les spécialistes du mainframe restent importants, même si leur organisation se modernise. 97 % d’entre eux sont intéressés par une formation complémentaire de leur personnel mainframe afin de gérer et de maintenir les applications mainframe dans des environnements de cloud/systèmes ouverts. Les résultats de l’enquête soulignent toutefois l’urgence d’agir maintenant, 56 % des personnes interrogées déclarant que leur entreprise n’a pas correctement mis en œuvre un plan de succession pour que les jeunes employés absorbent les connaissances nécessaires à la maintenance des architectures mainframe héritées.

Le cloud s’impose comme l’environnement préféré pour les applications mainframe

Les entreprises choisissent massivement le cloud comme environnement cible pour les charges de travail mainframe, soulignant la reconnaissance croissante des environnements cloud comme une plateforme viable pour développer et transformer les actifs informatiques critiques. Le cloud présente désormais la plus forte proportion de développement de la modernisation de l’informatique et a connu une hausse substantielle depuis 2018 (47 % en 2021, contre 32 % en 2019 et 27 % en 2018). En outre, 82 % des personnes interrogées déclarent qu’elles utiliseraient des modèles de déploiement de cloud public et/ou hybride si elles devaient faire sortir les applications de leur organisation du mainframe.

"Les résultats de l’étude de cette année ont clairement montré que les entreprises sont prêtes à adopter des plateformes modernes et ouvertes pour leurs actifs applicatifs mainframe critiques", déclare Thilo Rockmann, PDG de LzLabs. "Il est encourageant de constater une plus grande sensibilisation aux avantages du déblocage de ces applications mainframe critiques, mais la procrastination de ces projets n’est plus une option. Les entreprises doivent embrasser le changement pour rester compétitives et faciliter le transfert des connaissances mainframe à la nouvelle main-d’œuvre technique de demain."

Le cabinet d’études de marché indépendant Vanson Bourne a interrogé 650 décideurs informatiques au sein des organisations en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada, dans la région DACH, en Italie, en Espagne et dans les pays nordiques, et dans des secteurs verticaux tels que les services financiers, les télécoms, l’informatique et les administrations. Les personnes interrogées, provenant d’organisations des secteurs privé et public comptant au moins 250 employés, ont été interrogées en septembre 2021.

Des enquêtes précédentes ont été menées pour LzLabs par Vanson Bourne en 2019 et 2018 avec respectivement 650 et 500 répondants.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants