Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La France et l’Allemagne annoncent l’entrée dans une nouvelle étape du projet important d’intérêt européen commun (PIIEC) Cloud

juillet 2021 par Marc Jacob

Depuis l’automne 2020, l’Allemagne et la France travaillent intensivement à la mise en place d’un projet important d’intérêt européen commun (PIIEC) pour les infrastructures et services cloud et edge computing de nouvelle génération. Au total, onze États membres sont impliqués à ce stade (Belgique, France, Allemagne, Hongrie, Italie, Luxembourg, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, Slovénie et Espagne). Après GAIA-X, ce PIIEC constituera le fer de lance de la souveraineté technologique de l’Union européenne.

Lors du dialogue technologique franco-allemand du 13 octobre 2020, le Président de la République Emmanuel Macron et la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne Angela Merkel, sous l’égide de la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, étaient convenus d’améliorer la coopération dans le domaine du cloud et de lancer des projets communs qui seront financés par les Etats membres et le plan de relance européen (« facilité pour la reprise et la résilience »).

Sous la présidence slovène de l’Union européenne, qui fait du PIIEC cloud une de ses priorités, une réunion préparatoire se tiendra le 22 juillet pour permettre à des premières entreprises de présenter leurs projets, avant un événement de lancement organisé à Ljubljana le 29 septembre si les conditions sanitaires le permettent. Au cours de ce processus, l’ensemble des projets sélectionnés et présentés par les États membres seront mis en cohérence dans le cadre d’un projet européen global.

Ce PIIEC a pour objectif de créer un « continuum multifournisseurs » entre le cloud et l’edge computing, à la pointe de la technologie pour l’ensemble de l’Europe. L’objectif est d’amorcer le développement de nouvelles technologies pour garantir l’échange et le traitement en temps réel de très grandes quantités de données dans des systèmes décentralisés. Les données et les services de données doivent pouvoir circuler sans heurts notamment entre les infrastructures dites « edge » situées chez les entreprises (par exemple dans les usines) et les grands centres de données. Pour y arriver, le but est de développer des services en nuage et en périphérie qui soient économes en énergie, hautement efficaces, automatisés et interconnectés. Ce projet sera également consacré à développer les premières applications à l’échelle industrielle.

Les Etats membres participants à ce PIIEC visent une pré-notification à la Commission européenne d’ici la fin de l’année 2021, l’objectif étant de parvenir à son approbation pour l’ensemble des projets individuels au cours du premier semestre 2022. En tant que coordinateurs, l’Allemagne et la France ont directement élaboré le contenu de ce projet ambitieux, en lien avec les États membres participants et avec le soutien de la Commission européenne.

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance a déclaré : « Ce projet doit permettre à l’Europe d’être un leader technologique et industriel au niveau mondial, en anticipant les innovations de rupture et percées technologiques, telles que l’edge computing, qui devrait représenter 80 % du marché d’ici 2025. C’est pourquoi nous investissons aujourd’hui avec nos partenaires européens pour permettre à notre économie de disposer d’un écosystème de solutions technologiques européennes compétitives et respectueuses de nos valeurs et de nos lois. »

Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, a déclaré : « Le Cloud est une technologie incontournable et nécessaire à la modernisation de notre société. Je suis heureux de constater l’intérêt européen pour ce sujet, essentiel pour notre autonomie et notre souveraineté. L’Europe peut et doit prendre une position de premier plan sur ce marché à croissance très rapide. L’appel à manifestation d’intérêt lancé par la France, et financé dans le cadre de la stratégie d’accélération Cloud, a déjà permis d’identifier une dizaine de projets, pour un montant total d’environ 800 M€, autour des technologies du edge computing, du Cloud pour les réseaux télécom, et du multi-Cloud. »

Peter Altmaier, ministre de l’Economie et de l’Energie de la République fédérale allemande a déclaré : « Avec le PIIEC, nous allons construire en Europe une infrastructure cloud de haute performance et de nouvelle génération, dont une industrie innovante a besoin pour pouvoir façonner de manière autodéterminée de nouveaux modèles commerciaux basés sur les données. Le PIIEC est synchronisé avec les valeurs et les normes européennes de GAIA-X et permettra la mise à l’échelle rapide des applications basées sur GAIA-X. Le ministère fédéral allemand de l’économie et de la technologie a lancé aujourd’hui sa procédure de manifestation d’intérêt et sélectionnera les projets et les entreprises participantes pour le processus de jumelage européen qui aura lieu cet été. Le financement allemand de 750 millions d’euros pour le PIIEC a été obtenu grâce à l’approbation par la Commission européenne du plan de résilience de l’Allemagne. »

Thomas Jarzombek, ministre délégué auprès du ministre fédéral de l’Économie et de l’Énergie à l’économie numérique et aux start-ups, a déclaré : « Avec le projet de PIIEC, nous faisons en Europe un pas audacieux et décisif vers plus de souveraineté et d’innovation numérique. Pour construire une infrastructure en nuage de nouvelle génération, l’économie européenne doit coopérer étroitement. L’ensemble de l’Europe bénéficiera du résultat du projet et, surtout, les PME. ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants