Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

LANDesk propose les réponses adéquates à l’étude d’IDC consacrée à la sécurité des points d’accès mobiles

juin 2009 par Marc Jacob

LANDesk, une société d’Avocent, propose ses réponses aux résultats d’une nouvelle étude menée par IDC sur la sécurité des points d’accès dans les trois principales économies européennes : le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne. Cette étude soulève l’existence de problèmes importants concernant l’attitude des entreprises face à la menace croissante qui pèse sur la sécurité des points d’accès et à la gestion d’un parc informatique de plus en plus complexe, tout en soulignant les tendances actuelles positives en matière de dépenses informatiques.

Cette étude a été menée de manière indépendante par IDC, auprès des DSI d’entreprises de ces trois pays. Chacune des personnes interrogées travaille dans une entreprise comptant au moins 2 000 salariés, dont 23 % emploient plus de 5 000 personnes et 41 % plus de 10 000 personnes.

IDC estime que les résultats de cette étude soulèvent d’importantes questions quant à la façon dont les entreprises réagissent (ou peuvent réagir) face à la menace croissante qui pèse sur la sécurité des points d’accès de leur infrastructure informatique. Compte tenu de l’influence du Web en tant que « nouveau vecteur de menace privilégié par les hackers et les cyber-délinquants » et du point de bascule qui va survenir en 2009 lorsque les livraisons de PC portables dépasseront celles des PC de bureau, les risques sont de plus en plus élevés pour la sécurité des points d’accès.

Cette vision est renforcée par le fait que le nombre d’utilisateurs mobiles va passer de 750 millions de personnes à travers le monde en 2006 à 1 milliard d’ici 2012.

Pour Robert Redgate, Consulting Manager du cabinet IDC EMEA Consulting, les résultats de cette étude devraient favoriser l’adoption de la technologie HIPS. « Environ 46 % des personnes interrogées déclarent ne pas connaître la technologie HIPS ou ne pas être certaines de ses avantages. Ce manque de connaissance est confirmé par le fait que 23 % des personnes interrogées déclarent de façon catégorique que cette technologie ne constitue pas une "nécessité pour assurer la sécurité au niveau de chaque poste de travail" ».

Pour IDC, la mobilité croissante et les menaces de plus en plus fortes qui pèsent sur la sécurité imposent l’administration centralisée de la sécurité des points d’accès comme « la solution évidente face à l’incertitude et à la complexité opérationnelle des systèmes informatiques ». Malgré tout, seulement 19 % des personnes interrogées déclarent que leur technologie de sécurité est « totalement performante » dans la mesure où elle leur permet de modifier et d’actualiser les règles de sécurité concernant les points d’accès qui ne sont pas reliés au réseau de l’entreprise ou via un VPN. IDC prévient que « la complexité croissante inhérente à la mobilité professionnelle ouvre une énorme brèche dans les défenses informatiques ». Robert Redgate en conclut que « dans l’ensemble, les entreprises couvertes par l’étude IDC ne disposent pas des atouts nécessaires pour faire face à la menace conjuguée de la complexité informatique et des attaques externes au niveau des points d’accès ».

Les interrogations soulevées par l’étude IDC peuvent être prises en charge au moyen des solutions de sécurité LANDesk existantes. À titre d’exemple, la suite LANDesk® Security permet d’améliorer la visibilité, d’assurer la mise en conformité et de sécuriser les points d’accès tout en fournissant une console unique pour simplifier les tâches administratives. Le système LANDesk® de prévention des intrusions au niveau hôte (Host Intrusion Prevention System - HIPS) combat les attaques malveillantes et les fichiers rootkit au moyen d’un outil conçu pour empêcher l’exécution d’applications malveillantes, ce qui évite les menaces zero day avant-même qu’un correctif soit disponible.

L’étude indique par ailleurs que l’actuelle ignorance dont pâtissent la technologie de protection des points d’accès et l’adoption limitée des consoles d’administration centralisées n’est pas liée à des contraintes budgétaires : si 68 % des personnes interrogées n’ont pas souffert de coupes budgétaires cette année, 71 % prévoient que leur budget restera identique cette année ou augmentera par rapport à l’année précédente. Le budget alloué à la sécurité est encore plus solide, 84 % des entreprises prévoyant d’augmenter leurs investissements cette année et un pourcentage similaire tablant sur une augmentation des budgets sécurité au cours des deux prochaines années.

“Face à la récession économique mondiale, les tendances budgétaires optimistes soulignent l’importance que les entreprises accordent à la sécurité informatique. Cependant, elles ne se résolvent pas à déployer les outils qui leur permettraient de maîtriser les risques pour la sécurité et de faire face à la complexité inhérente à a prolifération des solutions mobiles en entreprise”, déclare Andy Baldin, Vice-président de LANDesk Software pour la région EMEA. “Les solutions LANDesk sont conçues pour aider les DSI à mettre en œuvre des solutions de gestion des points d’accès, qui permettront de bénéficier d’autres avantages, à savoir, une hausse de la productivité, une baisse des coûts informatiques liée à la réduction de l’activité des postes-clients, une diminution du nombre d’appels de help-desk et une baisse des coûts de gestion des postes de bureau en stabilisant l’image du système, tout en améliorant la gouvernance d’entreprise et la conformité aux réglementations en vigueur. ”




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants