Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

L’informatique consomme toujours trop d’énergie en entreprise, selon une étude Brocade

juillet 2009 par Brocade

Près de 80 % des dirigeants informatiques récemment interrogés par Brocade, contre 44 % l’année dernière, rapportent que leur entreprise dépense un quart de son budget IT total pour des frais liés à l’énergie.

Malgré l’optimisation constatée de la gestion des coûts en entreprise, plus de la moitié des personnes interrogées déclare paradoxalement que les services informatiques sont pressés par leur direction de réduire leurs consommations d’énergie, et plus largement leurs frais d’exploitation (OpEx). L’étude révèle qu’un défaut de coordination entre les services informatiques et les services généraux freinerait la diminution des dépenses énergétiques. Près de 50% des personnes interrogées déclarent ne pas du tout contrôler les dépenses énergétiques liées à l’informatique, notamment parce que les factures en question sont gérées par les services généraux. Parmi celles-ci, 60% déclarent que leurs entreprises ne mettent pas assez de procédures en place pour mesurer la consommation énergétique du service informatique.

« Notre étude démontre que dans la plupart des cas, les services généraux ont le pouvoir de décision quant au budget mais que le service informatique n’évalue pas les effets de sa consommation énergétique sur le total des dépenses de la société. En cette période économique difficile, chaque poste de dépense est placé sous contrôle ; c’est pourquoi le service informatique doit jouer son rôle et collaborer avec les services généraux afin de gérer les dépenses énergétiques en hausse. » commente Régis Harault, Country Manager France chez Brocade.

A contrario, il est encourageant de noter que le rendement énergétique est devenu un facteur clé dans les décisions d’achat de matériel informatique. La consommation énergétique arrive en effet parmi les 5 premiers critères d’achats informatiques, précédée par l’interopérabilité, la performance, le prix et la renommée de la marque. Cependant, les personnes interrogées font également état d’un certain nombre d’obstacles significatifs pour la mise en place de solutions énergétiques plus efficaces, tels que :

- Les prix plus élevés des solutions à haut rendement énergétique,
- Un manque de solutions viables,
- Un manque d’enthousiasme et de soutien de la part de la direction.

« Lorsque nous avons réalisé cette même étude en 2008, le « Green IT » était perçu comme une tendance marketing, tandis que cette année l’enquête indique qu’il s’agit d’une véritable préoccupation stratégique pour les entreprises. » déclare Ulrich Pleschmidt, VP EMEA chez Brocade. « Actuellement, les factures d’électricité explosent et la récession mondiale menace ; nos clients et partenaires cherchent donc à tirer profit de solutions efficaces sur le plan énergétique pour optimiser leurs environnements informatiques et réduire les coûts opérationnels superflus. »


Méthodologie

Cette étude, conduite par le cabinet d’études Vanson Bourne, a sondé 1 050 décisionnaires informatiques au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Australie, en Suisse, au Benelux, en Suède, en Finlande, en Norvège, en Italie, en Espagne, en Turquie, à Dubai et en Amérique du nord.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants