Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Kroll Ontrack révèle que 65 % des entreprises subissent de fréquentes pertes de données en environnement virtuel

octobre 2011 par Kroll Ontrack

Une étude révèle que 65 % des entreprises subissent de fréquentes pertes de données en environnement virtuel. Comparé à l’an passé, cela représente une hausse des pertes de données virtuelles de 140%. Réalisée par Kroll Ontrack, cette étude fournit un aperçu de la fréquence des pertes de données en environnement virtuel et de sa gestion. Les résultats indiquent que 53 % des personnes interrogées ont subi cinq cas de perte de données virtuelles au cours de l’année écoulée, et 12 % en ont subi plus de cinq au cours des douze derniers mois.

Les causes courantes de perte de données dans les environnements virtuels incluent la corruption du système de fichiers, l’effacement de machines virtuelles, l’altération d’un disque virtuel interne, la défaillance du matériel RAID et autre matériel serveur ou de stockage, et la suppression ou l’altération de fichiers contenus dans les systèmes de stockage virtualisés. La perte de données virtuelles peut être catastrophique pour une entreprise. Il est difficile de déterminer l’impact financier d’une interruption d’activités, dans la mesure où entrent en compte à la fois des facteurs tangibles, comme la perte de productivité, les opportunités de ventes ratées et le coût horaire du personnel, et des facteurs moins tangibles tels que des sanctions potentielles pour non-conformité, la dégradation de l’image de l’entreprise et la perte de confiance des clients. Dans une étude Forrester-DRJ, 15 % des personnes interrogées connaissaient le coût de l’arrêt de leurs activités : il avoisinait quasiment 145 000 dollars par heure en moyenne.

"Les entreprises ont conscience que toute perturbation dans l’infrastructure virtuelle, aussi minime soit-elle, aura un impact amplifié sur l’entreprise dans son ensemble", explique Paul Dujancourt, directeur général de Kroll Ontrack France. "Les fournisseurs de systèmes virtualisés déclinent souvent toute responsabilité pour l’altération, la suppression, la destruction ou la perte de données. En conséquence, il est crucial que les responsables informatiques et les spécialistes des plans de continuité d’activités incluent de façon proactive un prestataire de services de récupération de données dans leurs plans de reprise d’activité."

Outre l’installation de centres de traitement de données virtuels sur site, les entreprises se tournent de plus en plus vers des prestataires de cloud computing pour stocker des données. Lorsqu’on les interroge sur l’aptitude de leur prestataire de cloud computing à gérer correctement les incidents de perte de données, 55 % déclarent manquer de confiance. En fait, 39 % seulement des personnes interrogées ont confié que leur prestataire de cloud computing avait expliqué à leur entreprise comment il traiterait une situation de récupération de données.

"Les utilisateurs du cloud computing doivent exiger davantage dans leur SLA que le stockage hors site, la réplication asynchrone/synchrone ou les sauvegardes de bandes", conseille Paul Dujancourt, directeur général de Kroll Ontrack France. "La meilleure protection lorsque l’on adopte le cloud computing est de demander au prestataire de services de cloud computing d’instaurer un partenariat avec une entreprise réputée spécialisée dans la récupération de données. Un prestataire de services de cloud computing qui établit ce partenariat montre que la disponibilité des données est plus importante que l’accessibilité ou le temps de disponibilité du système."


369 professionnels de l’informatique ont participé à cette enquête menée en personne lors de la conférence VMworld® 2011. 79 % des personnes interrogées se considéraient comme des experts techniques de la virtualisation ou de VMware.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants