Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Kroll Ontrack révèle les derniers résultats de son étude sur la perte de données, recueillis grâce à son outil d’autoévaluation en ligne

février 2017 par Kroll Ontrack

Kroll Ontrack publie les résultats de son Data Loss Index (DLI) qui récapitule les causes des pertes de données collectées au moyen d’un outil d’autoévaluation gratuit et anonyme. Au cours de la période d’octobre à décembre 2016, 1348 personnes issues de 43 pays différents ont auto-diagnostiqué leur panne.

Les pannes les plus souvent identifiées lorsqu’il est question de perte de données :
• 36% sont liées aux supports de stockage non détectés
• La chute des appareils étant la deuxième cause le plus récurrente avec presque 13%)
• L’impossibilité de mettre en marche l’appareil avec à peine moins de 10% des contributions.

Les résultats globaux des quatre derniers trimestres de 2016 indiquent une forte hausse de la cause principale des pertes de données. Les supports non détectés sont passés de 25% au 1er trimestre à 27% et 29% respectivement au 2e trimestre et au 3e trimestre, et enfin 36% pour terminer l’année. Il s’agit d’une hausse globale de plus de 45% au cours de l’année dernière. Toutefois, la deuxième place dans le classement DLI - la chute des appareils - est restée constante : bien que les chiffres aient régulièrement baissé, de 10% au 1er trimestre à 9% au 2e trimestre et 8% au 3e trimestre, ce chiffre a connu une forte hausse au cours du dernier trimestre pour atteindre 13%.

D’après l’expérience des techniciens dans les salles blanches et les laboratoires de Kroll Ontrack, le problème des supports non détectés est très courant. Un support média peut ne plus être reconnu pour de nombreuses raisons, mais les trois raisons les plus fréquentes avec les disques durs et les SSD sont une tête de lecture/écriture défectueuse, un contrôleur ou une pièce électronique en panne, et enfin une zone de service – zone d’un disque dur où se trouvent toutes les informations nécessaires concernant le disque – corrompue.

Il existe d’autres causes fréquentes aux pertes de données : les données reçues suggèrent que certains participants ont eu affaire à un incendie, à des émanations de fumée, à un dégât des eaux, ainsi qu’à d’autres scénarios inhabituels.

L’incendie, le dégât des eaux et les appareils vibrants parmi les causes principales de perte de données :

Au cours de l’année 2016, 99 participants ont rapporté qu’ils avaient fait face à une perte de données à cause d’un incendie. Tandis que Kroll Ontrack n’a recueilli aucune information sur la façon dont ces incendies se sont produits, nos experts en récupération des données ont été surpris par le nombre élevé de ce type de cas.

De façon intéressante, la majorité de ces événements (76) se sont produits au cours des six premiers mois de l’année, avec des chiffres à la baisse pendant le reste de l’année (seulement 7 incidents ont eu lieu entre octobre et décembre).

Le dégât des eaux était une cause récurrente de perte de données – imaginez que vous fassiez tomber votre smartphone dans les toilettes ou votre ordinateur portable dans un jacuzzi ou dans la mer. Plus de 300 participants ont subi une perte de données de cette manière (ou d’une manière comparable). En 2016, près de deux fois le nombre rapporté de pertes de données causées par un virus, lequel atteignait 171 entrées au total dans notre outil d’autoévaluation.

Deux autres situations courantes que les utilisateurs ont affirmé avoir observées et ayant entraîné une perte de données au cours de l’année passée étaient les appareils vibrants (88 cas) et les appareils produisant de la fumée (57 cas). De façon étonnante, les participants ont rapporté qu’une perte de données due à des vibrations s’était produite non seulement avec des appareils courants, tels qu’un disque dur externe ou un ordinateur portable, mais également avec des serveurs et même des supports à bandes magnétiques. La perte de données associée à l’émanation de fumée a été rencontrée avec chaque support de stockage – disques durs externes, clés USB, appareils mobiles, ordinateurs portables et serveurs – à l’exception des bandes magnétiques.

« Bien que la technologie des ordinateurs, des appareils mobiles et des supports de stockage s’améliore en permanence, aucun appareil n’est à 100% à l’abri des défaillances », indique Jeff Pederson, directeur pour la récupération des données chez Kroll Ontrack. « Comme nous pouvons le voir au travers des rapports d’utilisateurs réels, il existe autant de raisons pour la perte de données qu’il y a d’appareils sur le marché. Tout le monde doit être conscient qu’une perte de données peut arriver avec n’importe quel appareil, à tout moment. Disposer d’un plan de récupération des données, vérifier fréquemment les supports et le matériel, et sauvegarder les données de façon régulière peut permettre de minimiser les effets indésirables. »

L’outil d’autoévaluation unique de Kroll Ontrack permet aux personnes d’effectuer une vérification initiale de leur appareil et de recevoir une assistance sur la procédure à suivre. Parmi les scénarios abordés se trouvent les dommages causés par un incendie, un dégât des eaux, les chocs physiques, et les infections de malware/virus. À la suite de cette évaluation initiale, les utilisateurs peuvent ensuite décider de faire appel ou non aux services de récupération de données. Kroll Ontrack a lancé cet outil gratuit en juillet 2015. Il a depuis enregistré plus de 10 000 cas de pertes de données anonymes dans 43 pays différents.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants