Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Kaspersky Lab prédit l’avenir….

décembre 2013 par Kaspersky Lab

Les experts de Kaspersky Lab ont établi leurs prévisions pour 2014. Sans surprise, les récentes révélations d’Edward Snowden ont d’ores et déjà imprimé leur marque sur l’année à venir.

À tous les utilisateurs, restez attentifs à …

- La vie privée

Après le scandale Snowden de 2013, les utilisateurs sont déterminés à préserver leur vie privée en dépit des efforts des agences de renseignement du monde entier. Cela implique de protéger les informations stockées sur leurs ordinateurs et autres équipements mais aussi de s’assurer que leurs activités sur Internet demeurent confidentielles. Il va en résulter une utilisation plus répandue des services VPN et d’anonymizers de type Tor, ainsi qu’une demande accrue d’outils de cryptage local.

- L’argent

En 2014, les experts de Kaspersky Lab s’attendent à ce que les cybercriminels continuent de développer des outils destinés à dérober de l’argent, directement ou indirectement. Pour commettre des vols directs, les escrocs vont encore perfectionner leurs outils permettant d’accéder aux comptes bancaires des utilisateurs de mobiles (phishing, chevaux de Troie). Des botnets mobiles feront l’objet de transactions commerciales et serviront également à la diffusion de pièces jointes malveillantes pour des tiers. En ce qui concerne les vols indirects, il est probable que nous verrons apparaître des versions plus élaborées des chevaux de Troie. Ceux-ci cryptent les données sur les mobiles et bloquent l’accès aux photos, contacts et messages, ne les rendant à nouveau accessibles qu’en échange d’une rançon. Les smartphones Android seront sans nul doute les premiers visés.

- Les Bitcoins

Pour 2014, les experts de Kaspersky Lab prévoient une augmentation considérable du nombre d’attaques sur les porte-monnaie, pools et bourses de Bitcoins. Pour savoir comment protéger vos Bitcoins, rendez-vous ici.

Entreprises, ne perdez pas de vue…

- Les fournisseurs d’accès Internet

Un certain nombre des principaux FAI ont déjà annoncé la mise en œuvre de mesures supplémentaires pour protéger les données de leurs utilisateurs, par exemple le cryptage de toutes les informations transmises entre leurs propres serveurs. L’application de mesures de protection de plus en plus évoluées va se poursuivre et deviendra vraisemblablement pour les utilisateurs un critère essentiel de choix entre des services Web concurrents.

- Les prestataires de stockage cloud

Les pirates ciblent les employés des services cloud, qu’ils considèrent comme le maillon faible de la chaîne de sécurité. En cas de succès, une attaque de ce type pourrait mettre les clés ouvrant l’accès à des volumes gigantesques de données entre les mains de cybercriminels. Non contents de voler des informations, les auteurs de ces attaques pourraient vouloir en supprimer ou en modifier certaines. Dans certains cas, en effet, la manipulation de fausses informations peut avoir encore plus de valeur pour les commanditaires des attaques. Il s’agit là d’une tendance qui ne se dément pas.

- Les développeurs de logiciels

Le vol de code source de logiciels répandus (jeux, applications mobiles, etc.) offre aux auteurs d’attaques une excellente opportunité d’y trouver des vulnérabilités puis d’exploiter celles-ci à des fins frauduleuses. En outre, en accédant aux référentiels de code de leurs victimes, les cybercriminels peuvent modifier le code source des programmes et y dissimuler des portes dérobées (backdoors).

- Les concurrents

Les révélations de Snowden ont démontré que l’un des objectifs du cyberespionnage entre États est d’apporter une aide économique à des entreprises « amies ». Ce facteur a fait tomber les barrières éthiques qui empêchaient au départ les entreprises de recourir à des méthodes peu orthodoxes face à leurs concurrents. Dans la nouvelle réalité du cyberespace, les entreprises envisagent la possibilité de mener ce type d’activité à leur profit. Elles vont donc faire appel à des cybermercenaires, des groupes organisés de pirates chevronnés, en capacité d’offrir des services de cyberespionnage sur mesure.

Les prévisions pour le Web

« Internet a commencé à se fragmenter en réseaux nationaux. Les révélations de Snowden ont renforcé la demande de règles proscrivant l’utilisation de services étrangers. Les différents pays ne sont plus disposés à laisser filtrer un seul octet d’informations en dehors de leurs réseaux. Ces aspirations vont aller croissant et des contraintes législatives vont inévitablement se traduire en barrières techniques. L’étape suivante verra très probablement des tentatives de limiter les accès aux données à l’intérieur d’un pays depuis l’étranger. A mesure que cette tendance va s’accentuer, elle pourrait à terme aboutir à l’effondrement de l’Internet actuel, qui se fractionnerait en dizaines de réseaux nationaux. Darknet, l’Internet de l’ombre, deviendrait alors le seul véritable World Wide Web », observe Alexander Gostev, expert en chef de la sécurité au sein de l’équipe Global Research & Analysis Team de Kaspersky Lab.

Plusieurs pays ont adopté ou prévoient d’adopter une législation interdisant l’utilisation de services étrangers. En novembre, l’Allemagne a annoncé que toutes les communications entre ses pouvoirs publics seraient entièrement confinées à l’intérieur du pays. Le Brésil indique son intention de construire un autre canal Internet pour ne plus avoir à utiliser celui qui passe par la Floride aux Etats-Unis.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants