Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

David Remaud, SPIE Communications : Internet des objets quelles sont les premières briques de sécurité à mettre en œuvre ?

octobre 2014 par Marc Jacob

Pour sa nouvelle participation aux Assises de la Sécurité, SIPE Communications mettra l’accent sur la sécurité des objets connectés et sécurité informatique. Ainsi, son atelier aura pour titre : « Aujourd’hui la mobilité, demain l’internet des objets dans le monde professionnel : Quelles sont les premières briques de sécurité à mettre en œuvre ? »

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

David Remaud : SPIE Communications répondra à une problématique qui devrait devenir un enjeu pour les entreprises dans les prochaines années : la sécurité du SI face à l’émergence des objets connectés. Tout au long de l’événement et dans le cadre d’un atelier, les équipes de SPIE Communications apporteront leur expertise soutenue par le retour d’expérience et la vision d’un grand groupe européen.

GS Mag : Quelle va être le thème de votre conférence cette année ?

David Remaud : Avec l’avènement du BYOD et de la mobilité, les responsables sécurité ont dû tout d’abord prendre en compte de nouvelles menaces et mettre en place des solutions pour se prémunir des dangers inhérents à ces nouveaux usages. Ils n’en ont déjà pas terminé avec cette problématique qu’une autre semble émerger : les menaces liées aux objets connectés. Les questions sont nombreuses et les réponses incertaines. Grâce à leur implication dans de grands projets de sécurité informatique liés à la mobilité, les équipes de SPIE Communications ont évalué la situation pour permettre aux RSSI d’appréhender la question à venir de l’Internet des Objets.
L’atelier proposé le 2 octobre 2014 à 16h00, au Grimaldi Forum de Monaco – en salle Van Dongen, apportera des éléments réflexion et de réponse à ce nouvel enjeu, auquel les entreprises vont être confrontées.
« Aujourd’hui la mobilité, demain l’internet des objets dans le monde professionnel : Quelles sont les premières briques de sécurité à mettre en œuvre ? »

GS Mag : Comment va évoluer votre offre pour 2014/2015 ?

David Remaud : SPIE Communications, une offre sécurité au service des entreprises.
Etant donné la numérisation de leurs activités stratégiques, les dirigeants des entreprises sont confrontés à une augmentation de leur dépendance vis-à-vis du système d’information.
Ce dernier est de plus en plus connecté à des partenaires et des clients, voire des services web. Par ailleurs, il y a davantage d’utilisateurs en situation de mobilité qui disposent de terminaux en tout genre. Ainsi, le périmètre du SI a dépassé le périmètre physique de l’entreprise : l’environnement utilisateurs est devenu mobile et le Data Center s’externalise.

Tous ces facteurs ont un impact fort sur l’évaluation et la gestion des risques. C’est pourquoi la préservation du patrimoine numérique devient donc sensible, voire vitale pour les entreprises. Dans ce contexte difficile à appréhender, SPIE Communications, accompagne ses clients dans la sensibilisation, dans la conception de leur politique de sécurité, dans le choix et la mise en place de solutions ainsi que dans leur exploitation.

L’offre de SPIE Communications en 3 points :

1. Des ingénieurs expérimentés et certifiés en proximité
2. Une maîtrise de la sécurité de l’Environnement Utilisateurs jusqu’à la sécurité du Data Center
3. Un choix de solutions technologiques parmi les meilleures du marché

La démarche personnalisée permet aux entreprise de bénéficier d’une amélioration continue :
Avec nos services et solutions, nous vous accompagnons dans l’évolution de la politique de sécurité globale pour faire face aux nouveaux usages (BYOD, Internet des Objets, Cloud…) et à la transformation digitale des métiers de l’entreprise.

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale pour 2014/2015 ?

David Remaud : SPIE Communications est la filiale du groupe SPIE (Leader européen indépendant des services dans les domaines de l’énergie et des communications) spécialisée dans les infrastructures ICT, de l’Environnement Utilisateurs jusqu’au Data Center.
La promesse de SPIE Communications est de simplifier l’expérience numérique des entreprises.
Pour cela, sa mission est d’accompagner la transformation numériques des métiers.

Il s’agit d’innover, de transformer et d’exploiter les systèmes d’information pour les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI), pour les collectivités territoriales, pour les grands comptes nationaux et internationaux.

Sa différentiation porte sur la bonne gestion de la « proximité » : être capable d’apporter des services sur mesures à partir de procédures industrialisées au travers d’un réseau d’implantations SPIE Communications implantées partout en France. Les équipes d’experts sont définies, composés et attribuées selon les nécessités techniques et les enjeux économiques des clients.

SPIE Communications permet à la fois de partager une expérience différente des projets d’intégration et d’’infogérance.

Aujourd’hui, SPIE Communications emploie plus de 3200 personnes, dispose d’un réseau de 70 agences et exerce son métier auprès des Entreprises de Tailles Intermédiaires (ETI) et des collectivités territoriales, qui représentent 55% de son activité. Les grands groupes nationaux et internationaux et les grandes administrations publiques constituent quant à eux 45 % de son activité. Son ambition est d’etre une ENS incontournable pour les ETI, et une entreprise majeure consultée par les grands comptes.

A cette forte présence locale, SPIE Communications associe une dimension internationale, en tant que membre de la Getronics Workspace Alliance (GWA), qui regroupe un réseau mondial de prestataires de services ICT.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

David Remaud : Une préconisation pour se préparer au mieux au phénomène de l’internet des objets… : En attendant la publication de nouveaux standards qui permettraient de plus grandes interopérabilités entre les différents objets sensoriels connectés et pour faciliter la mise en place de nouvelles offres, il est pertinent, d’avoir une réflexion à propos des différents domaines suivants :

- Une évolution de la PSSI existante en intégrant un nouveau chapitre "IOT". L’analogie peut être faite avec le retour d’expérience à propos l’apparition du BYOD qui a bouleversé notre façon conventionnelle de travailler. Pour répondre à ce changement profond, les entreprises ont décidé de faire évoluer leur PSSI existant en mettant à jour la PSSI "Mobilité" par l’ajout d’un nouveau chapitre "BYOD".

- Du point de vue technique, une veille ou une consolidation sur les diverses technologies paraissent judicieux :
- A propos des nouveaux essais de standardisation qui ont été initiés par le consortium AT&T, Cisco, General Electric, IBM et Intel.
- A propos des évolutions des solutions Big Data qui ont pour vocation d’absorber des quantités astronomiques de données générées par les objets connectés.
- A propos des évolutions du Cloud pour s’adapter à l’émergence des objets connectés. En effet, munir des objets connectés de facultés sensorielles (température, vibration, mouvement, luminosité, humidité, force mécanique, …), les applications deviennent quasi infinies. Nous aurons sûrement besoin de mettre en œuvre des ressources de calcul dématérialisées qui seront faciles, rapides et de coûts financiers faibles.
- A propos des technologies de transmission de bas débit qui seront adaptées à ce type de communication de données extrêmement courte. Une approche cohérente et construite selon les besoins de chaque entreprise est indispensable à la bonne anticipation des risques de sécurité amenés par l’émergence de l’internet des objets en prenant en compte :
- Les enjeux du métier
- Les interactions multi technologies
- En pensant l’exploitation dès le mode projet
- En apportant une vue à la fois technique et organisationnelle


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants