Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Jean-Dominique Quien, inWebo : la sécurisation des accès est un sujet trop sensible pour être confié à des acteurs qui n’y ont pensé qu’après coup

septembre 2019 par Marc Jacob

Lors des Assises de la Sécurité, inWebo présentera deux innovations majeures : : Lors des Assises de la Sécurité, inWebo présentera deux innovations majeures : la compatibilité prochaine de sa technologie d’authentification forte avec les tokens FIDO. Et sa technologie de scellement qui établit un lien dynamique entre une opération, son montant, son destinataire et son émetteur conformément à la DSP2. Jean-Dominique Quien, Head of Marketing d’inWebo estime que la sécurisation des accès est un sujet trop sensible et trop crucial pour être confié à des acteurs qui n’y ont pensé qu’après coup.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Jean-Dominique Quien : Cette année, inWebo présente deux innovations majeures aux Assises.

En premier lieu, nous avons analysé de près la norme FIDO (Fast IDentity Online). Notre technologie d’authentification forte va supporter les tokens de cette norme. Et nous irons encore plus loin en permettant d’élever et de maîtriser le niveau de sécurité FIDO, notamment en associant les tokens à nos clés dynamiques aléatoires propriétaires et brevetées et à une politique de code PIN.

En second lieu, inWebo se positionne évidemment comme un acteur incontournable pour la mise en conformité des banques et des prestataires de paiement en ligne avec la directive DSP2. Pour garantir la sécurité des paiements et transactions, nous proposons notre technologie de scellement qui établit un lien dynamique entre une opération, son montant, son destinataire et son émetteur conformément à la DSP2.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Jean-Dominique Quien : Cette année, inWebo propose une conférence en partenariat avec CMA-CGM. Notre Président, Olivier Perroquin, et Alexandre Agius, IT Cloud & Security Architect chez CMA-CGM, présenteront un retour d’expérience sur la mise en oeuvre de l’authentification forte sur un portail métier à grande échelle.
A cette occasion, nous détaillerons les bénéfices de notre solution en termes de sécurité et démontrerons, exemple à l’appui, la facilité de son intégration et de son déploiement y compris sur une audience très vaste et très dispersée géographiquement.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2019 ? Quid des besoins des entreprises ?

Jean-Dominique Quien : La principale menace à laquelle les entreprises sont confrontées est le phishing. Utilisant des méthodes parfois très simples, parfois très compliquées, le phishing, qui consiste à récupérer les facteurs d’identification des utilisateurs pour exploiter les droits associés à leur identité à des fins frauduleuses, reste d’une efficacité redoutable. A tel point que, selon un rapport de Kaspersky Lab, le nombre d’attaques a plus que doublé dans le monde en 2018, le secteur financier étant la cible de presque 50% d’entre elles.
La bonne nouvelle est que des solutions existent pour une protection efficace contre le phishing. A ce titre, inWebo est la solution fournissant aujourd’hui la meilleure sécurité du marché contre le phishing. Notre technologie, certifiée par l’ANSSI, s’appuyant sur des clés aléatoires dynamiques et des tokens logiciels universels (mobile, PC, browser, SDK), a été pensée pour se protéger de ce type d’attaques ainsi que des attaques man-in-the-middle, key logger et man-in-the-browser.
Avec inWebo, toute usurpation d’identité ou de compte est ainsi rendue virtuellement impossible. Il est important que les entreprises aient en tête que le phishing et les risques associés ne sont pas une fatalité. Il faut simplement s’équiper d’une solution véritablement efficace, proposant une authentification multi-facteurs vraiment sécurisée, contrairement, par exemple, à toutes les solutions s’appuyant sur de l’authentification par SMS.
Autre besoin que nous relevons chez nos clients : la nécessité d’intégrer de l’authentification forte dans leurs applications grand public. Qu’il s’agisse d’une banque, d’une startup de la fintech ou de la healthtech ou même d’un outil marketing en mode SaaS, toutes les entreprises qui proposent des services protégés par codes d’accès, a fortiori celles qui manipulent des données sensibles, ont besoin de mettre en place des solutions pour vérifier l’identité des accès de leurs utilisateurs et les droits qui leur sont associés.
A ce titre, il peut être particulièrement intéressant pour une entreprise de s’équiper d’une solution d’authentification forte capable de s’intégrer aussi bien dans les outils et environnements internes que dans les applications externes/grand public.
Enfin le dernier grand besoin que nous relevons est celui dit de la compliance, c’est-à-dire la mise en conformité avec les nouvelles normes de protection des données et des identités. Le mouvement lancé en Europe par le RGPD dans le domaine des données personnelles et par la DSP2 dans le domaine des transactions financières n’est que le début de la régulation du secteur digital. D’autres marchés, aux Etats-Unis notamment, réfléchissent déjà à la mise en oeuvre de régulations similaires.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ? Jean-Dominique Quien : inWebo se positionne clairement comme un spécialiste de l’authentification forte (MFA). De nombreux services ont intégré une brique MFA en standard. Si la promesse d’un déploiement facilité par cette intégration peut sembler tentante, il faut prendre en compte le fait que ni la sécurité ni l’expérience utilisateur proposées ne sont au niveau de ce que peut offrir un pure player comme inWebo.
L’autre avantage d’une solution spécialisée est son universalité. Contrairement à des solutions embarquées, inWebo peut s’intégrer dans l’ensemble des services à protéger d’une entreprise (SSO, VPN, messagerie, services cloud, applications destinées aux partenaires, au grand public…), offrant ainsi non seulement une expérience utilisateur unifiée mais aussi des économies d’échelle significatives.
La mission d’inWebo consiste à fournir le plus haut niveau de sécurité en toute simplicité aussi bien pour nos clients que pour leurs utilisateurs.

GS Mag : La sécurité et la privacy « by design » sont devenues incontournables aujourd’hui. De quelle manière intégrez-vous ces principes au sein de votre entreprise et de votre offre ?

Jean-Dominique Quien : La sécurité constitue l’ADN d’inWebo depuis la création de l’entreprise puisqu’il s’agit tout simplement de notre coeur de métier. Notre solution et nos process suivaient les principes de la sécurité et de la privacy “by design” bien longtemps avant que ceux-ci ne soient érigés en règles d’abord par les guides de bonnes pratiques puis par la loi. Cela nous confère aujourd’hui la légitimité et la crédibilité indispensables pour porter le sujet de la sécurité dans des entreprises de taille mondiale, confrontées à des enjeux financiers qui se comptent en milliards de dollars.

GS Mag : Quels sont vos conseils en la matière, et plus globalement pour limiter les risques ?

Jean-Dominique Quien : Le discours consistant à expliquer qu’il faut s’équiper d’une solution d’authentification multi-facteurs pour se protéger est aujourd’hui insuffisant. Les évolutions technologiques, les enjeux financiers du monde digital, le retard pris dans la sécurisation de nombreuses applications stratégiques, tout cela constitue un contexte particulièrement attrayant pour des fraudeurs ultra-compétents. Détourner les SMS d’authentification, mettre en place de faux sites web, s’emparer de centaines de milliers de combinaison login/mot de passe, tout cela est directement accessible à un coût dérisoire.
Il faut donc être particulièrement vigilant sur le niveau de sécurité réel proposé par la solution de MFA. A ce titre, la directive DSP2, en disqualifiant les solutions de sécurisation des transactions par SMS, est un pas dans le bon sens pour une prise de conscience générale de l’insuffisance notoire des solutions communément adoptées aujourd’hui pour sécuriser les applications.

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux RSSI ?

Jean-Dominique Quien : Gérer la cybersécurité d’une entreprise est, dans le monde actuel, une lourde tâche. La sécurisation des accès est un sujet trop sensible et trop crucial pour être confié à des acteurs qui n’y ont pensé qu’après coup. Faire un appel à un spécialiste vous offre une garantie inégalée sur la sécurité tout en vous ouvrant des perspectives d’économies d’échelle et de facilité de déploiement significatives.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants