Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Innovation et cybersécurité : 95 % des entreprises déclarent que leurs projets d’innovation échouent avant d’être commercialisés

octobre 2020 par Kaspersky

Selon une nouvelle enquête commandée par Kaspersky, 95 % des responsables de l’innovation dans les entreprises à travers le monde déclarent que les nouveaux projets échouent souvent avant même d’être lancés (92 % en Europe). Et en effet, nombre de ces innovations ne dépassent pas les premières étapes du processus d’innovation. Le manque de coopération avec les équipes de sécurité informatique se révèle également un critère favorisant l’échec d’un projet.

S’il n’est pas rare que les entreprises échouent lors d’un lancement de produit, ces déconvenues ne sont que la partie émergée de l’iceberg. En effet, selon une étude mondiale Kaspersky réalisée auprès de 304 décideurs de haut niveau impliqués dans les processus d’innovation, la période du développement est considérée comme la phase la plus critique du cycle de vie de l’innovation (regroupant plus d’un tiers - 36 % - des répondants), suivie de la phase de design (23 % des répondants).

En Europe, en revanche, c’est la phase de design qui est jugée la plus risquée (32 % des répondants). La phase de développement arrive quant à elle en deuxième place (avec 26 % des répondants) des étapes les plus risquées.

Etapes d’un projet d’innovation et perception par les répondants du risque de chacune à faire échouer le projet :

Pour la majorité des répondants au niveau mondial (19 %), la principale raison de l’échec d’une l’innovation est l’absence de plan et de feuille de route clairs, un chiffre similaire en Europe. Un résultat qui montre que la capacité d’exécution est aussi importante que l’idée initiale, afin de pouvoir transformer un projet visionnaire en une solution réalisable et rentable.

Intégrer le RSSI dès le début des projets d’innovation

Si la cybersécurité ne figure pas parmi les principales raisons d’échecs des projets d’innovation, il existe une conviction partagée par 74 % des répondants au niveau mondial, et 86 % des répondants en Europe : en n’incluant pas un Responsable de la Sécurité des Systèmes d’Information dès le début du processus d’innovation, les entreprises augmentent la probabilité que leur innovation ne soit pas fructueuse. Dans le même temps, plus de la moitié (54 % au niveau mondial et 57 % au niveau européen) des décideurs interrogés estiment que la politique de sécurité informatique de leur entreprise étouffe l’innovation.

« Pour qu’une entreprise puisse innover, elle doit prendre des risques – ceux-ci sont inévitables lorsque l’on développe un projet novateur. Toutefois, certaines mesures concrètes peuvent être mises en œuvre pour assurer au maximum le succès d’un lancement. La cybersécurité ne doit pas être une contrainte supplémentaire pour les entreprises, mais plutôt faire partie intégrante du projet tout au long de son déroulement. Il est important d’inclure le RSSI dans les échanges dès les prémisses du projet, afin de mettre toutes les chances de son côté », commente Alexander Moiseev, Chief Business Officer de Kaspersky.


À propos de l’étude

Kaspersky a chargé l’agence indépendante d’études de marché Savanta d’explorer différents domaines liés à l’innovation dans les entreprises. L’innovation se définissant dans cette étude comme le processus d’introduction de nouvelles idées, technologies, méthodologies, services ou produits qui visent à apporter des changements positifs au sein des entreprises.

Un total de 304 décideurs de haut niveau impliqués dans l’innovation ont été interrogés en ligne en juillet 2020. Ces individus travaillent dans des organisations de plus de 500 employés, dans différents secteurs d’activités, et sont issus des zones EMEA, APAC, LATAM, Amérique du Nord et Russie.

À la suite de ces enquêtes, 15 entretiens qualitatifs approfondis ont été menés avec des décideurs de haut niveau impliqués dans l’innovation, travaillant dans de grandes organisations et appartenant à des secteurs divers.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants